Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Silence radio sur le comportement hostile et inacceptable à l'égard de la frégate Courbet !

L’attitude turque à l’égard de la frégate Courbet en mission OTAN : "démonstration de la mort cérébrale" de l’OTAN pour le Président Macron, absente du compte-rendu du Bureau de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN


Mardi 23 juin 2020

Communiqué de Philippe Folliot, président (député du Tarn - La République en Marche), et de Christian Cambon, vice-président (sénateur du Val-de-Marne - Les Républicains)

L’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP-OTAN) a réuni son Bureau le lundi 22 juin, quelques jours à peine après la réunion des Ministres de la Défense de l’OTAN. Si l’Assemblée est, sur le plan institutionnel, distincte de l’OTAN, elle offre aux parlementaires des pays membres de l’Alliance atlantique un cadre leur permettant de débattre de la sécurité de l’Alliance, des enjeux liés à la sécurité de la zone euro-atlantique et elle participe au renforcement des valeurs qui sous-tendent l’Alliance. Elle doit également veiller à la bonne qualité des relations entre Alliés.

Dans une période de doutes stratégiques au sein de l’Alliance atlantique, la réunion de Londres en décembre 2019 a acté le lancement à l’OTAN d’un processus de réflexion stratégique sur les fondamentaux de l’Alliance atlantique. L’AP‑OTAN a décidé d’y contribuer pleinement.

Au nom de la délégation française dans son ensemble, Philippe Folliot, président, et Christian Cambon, vice-président, regrettent donc profondément que la réunion du Bureau de l’Assemblée parlementaire n’ait pas été, comme l’atteste son compte-rendu, l’occasion explicite de discuter du comportement hostile et inacceptable de navires militaires turcs à l'égard de la frégate Courbet, navire d’un Allié de l’OTAN sous commandement OTAN menant une mission OTAN.

Un incident de cette gravité entre deux Alliés ne peut que générer de la méfiance là où, pour pouvoir agir ensemble, il faut de la confiance. Ce sujet touche le cœur même du processus de réflexion stratégique de l’OTAN, qui doit définir une vision partagée des risques et des menaces et garantir une meilleure coordination sur tous les sujets qui ont un impact sur tous les Alliés.

Une réflexion stratégique sur l’Alliance est par essence politique, c’est donc avec une approche politique qu’elle doit se mener. Or c’est bien là le rôle d’une assemblée parlementaire, en particulier quand un sujet est abordé par les ministres de la défense de l’OTAN.

Contact(s) presse :