Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

France-Russie : le Sénat pour un "Agenda de confiance"

Le Président du Sénat, Gérard LARCHER, et la Présidente du Conseil de la Fédération de Russie, Valentina MATVIENKO, sont engagés dans un dialogue parlementaire dense entre la France et la Russie.


Mardi 23 juin 2020

À l’occasion du 75e anniversaire de la célébration de la victoire des alliés sur le nazisme, le Sénat publie un rapport préparé conjointement avec le Conseil de la Fédération de Russie, intitulé "France-Russie : pour un agenda de confiance". Sur chacun des volets de la relation (politique, économique, culturel…), sénateurs français et russes présentent chacun leurs analyses et leurs attentes, dans les deux langues. La Russie est le seul pays avec lequel le Sénat français a entamé un tel exercice de passage en revue de la relation bilatérale dans son ensemble.

Lors d’une cérémonie qui s’est déroulée simultanément dans les deux assemblées, à Paris et à Moscou, par visioconférence, M. Christian CAMBON, président de la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat et M. Konstantin KOSSATCHEV, président du comité des affaires internationales du Conseil de la Fédération de Russie, ont remis officiellement leur rapport à M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, et à Mme Valentina MATVIENKO, Présidente du Conseil de la Fédération de Russie, ainsi qu’aux ambassadeurs des deux pays.

"Nous avons mené à bien ce projet, engagé depuis des mois, malgré la crise du Covid-19", souligne M. Gérard LARCHER . "Car à nos yeux, il est essentiel que le dialogue franco-russe puisse se poursuivre et s’approfondir, quelles que soient les difficultés. Accompagner les efforts des gouvernements, mais aussi prévoir, anticiper, c’est la vocation de la diplomatie parlementaire".

"Il s’agit d’une démarche originale et inédite, qui nous permet d’exposer nos visions respectives et de nous parler franchement", déclare Christian CAMBON. "Dans le rapport, nous ne faisons pas de langue de bois sur nos divergences. Nous soulignons aussi les points de convergence : nécessité de maîtrise des armements, lutte contre le terrorisme islamiste, préservation de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, lutte contre le changement climatique, dénonciation des mesures à portée extra-territoriale, en particulier."

Aller plus vite et plus loin dans la relation franco-russe : telle est l’orientation du rapport.

Mais pour ce faire, le Sénat exprime clairement les attentes françaises vis-à-vis de la Russie : avancées dans le règlement du conflit à l’est de l’Ukraine et l’application des accords de Minsk, qui permettraient de sortir progressivement des sanctions, amélioration de nos relations sur le terrain en Afrique, engagement de la Russie, aux côtés de la France, dans un dialogue visant à la reconstruction d’un régime de maîtrise des armements. À l’heure où une nouvelle étape dans la déconstruction vient d’être franchie avec la sortie des États-Unis du traité Ciel Ouvert, le Sénat estime que ce chantier devrait être une priorité pour nos deux pays.

"Le temps est venu", a déclaré Gérard Larcher, "de réfléchir à un nouvel acte d’Helsinki, pour rétablir la confiance en Europe".

L'activité du Sénat se déroule dans le strict respect des conditions sanitaires dictées par la nécessité d'enrayer la pandémie du COVID-19.

Contact(s) presse :