Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Le groupe d’amitié France-Russie dénonce la campagne de désinformation menée par l’ambassade de Russie en France dans le contexte de l’agression russe en Ukraine


Mercredi 23 mars 2022

La Fédération de Russie a lancé, le 24 février dernier, une guerre qui constitue l’une des plus graves violations de l’ordre de sécurité européen depuis des décennies. Les victimes de cette agression se comptent déjà par milliers ; les réfugiés et déplacés, par millions. Faute d’avancée décisive sur le plan militaire, l’armée russe multiplie les bombardements contre les populations civiles et les centres urbains, en violation du droit international humanitaire.

Le coût humain et économique de cette guerre fratricide sera par ailleurs considérable pour la population russe.

Dans ce contexte dramatique, l’ambassade de Russie à Paris se livre à une campagne de désinformation scandaleuse et absurde, dénonçant notamment "la nature inhumaine du régime nazi au pouvoir en Ukraine", la préparation de "différents scénarios de provocation, notamment au moyen d’agents chimiques toxiques" ou pouvant "mener à la contamination radioactive (…)", dénonçant encore un supposé "programme américain de guerre biologique réalisé en Ukraine" [communiqués de l’ambassade de Russie en France des 15 et 16 mars 2022].

Gérard Longuet, président du groupe interparlementaire d’amitié France-Russie, dénonce vigoureusement ces communiqués de l’ambassade de Russie, adressés aux parlementaires et diffusés sur les réseaux sociaux. La désinformation russe ne repose sur aucun fait avéré. La mémoire du prix considérable payé par la population soviétique face au nazisme devrait interdire toute invocation indue d’un objectif de "dénazification". Quant aux accusations portant sur l’emploi d’armes bannies par le droit international, elles sont particulièrement préoccupantes, faisant craindre le risque d’une escalade intolérable dans ce conflit.

La communication des autorités russes s’apparente aujourd’hui à une tentative orwellienne de construction d’une réalité alternative pour légitimer une agression et des modes d’action inacceptables.

Dans ce contexte, le groupe d’amitié France-Russie du Sénat se réunira le 12 avril prochain pour examiner les suites à donner à son activité.

 

Pour consulter la liste des membres du groupe d’amitié France-Russie :
www.senat.fr/groupe-interparlementaire-amitie/ami_608.html

Contact(s) presse :