Vous êtes ici : Travaux parlementaires > Comptes rendus > Compte rendu intégral


SEANCE DU 27 JUIN 2001


M. le président. « Art. 50 bis AC. - Il est inséré, au début de l'article 22-1 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 précitée, un alinéa ainsi rédigé :
« Lorsqu'un cautionnement pour les sommes dont le locataire serait débiteur dans le cadre d'un contrat de location conclu en application du présent titre est exigé par le bailleur, celui-ci ne peut refuser la caution présentée au motif qu'elle ne possède pas la nationalité française. »
Par amendement n° 79, M. Gournac, au nom de la commission, propose de supprimer cet article.
La parole est à M. Gournac, rapporteur.
M. Alain Gournac, rapporteur. Il s'agit de l'article qui tend à interdire à un bailleur de refuser une caution au motif que celle-ci n'aurait pas la nationalité française. On peut partager l'objectif de l'initiateur de cette mesure mais la réponse apportée pose une série de difficultés.
En premier lieu, il faut constater que l'article 50 affirme l'interdiction de discrimination en matière d'accès au logement et que le juge est appelé, sur plainte du candidat, à se prononcer pour savoir s'il y a eu ou non discrimination. Ce mécanisme se suffit à lui-même pour permettre de lutter contre les discriminations.
En deuxième lieu, il faut rappeler la nature du cautionnement. Le cautionnement est un acte de confiance mutuelle qui lie le locataire et sa caution, et ces derniers avec le bailleur. La caution se substitue au locataire en cas de défaillance de celui-ci. Si certains propriétaires ne souhaitent pas accepter de caution étrangère, leur manque de confiance est justifié dans la plupart des cas par la crainte qu'en cas de défaillance cette caution s'avère plus difficile, voire impossible, à mettre en oeuvre.
En troisième lieu, la rédaction de l'article soulève une ambiguïté. L'interdiction faite au bailleur de refuser une caution au motif qu'elle ne possède pas la nationalité française doit-elle être comprise au sens étroit ou au sens large ? Au sens étroit, il s'agirait d'interdire le refus d'une caution au seul motif que cette dernière n'aurait pas la nationalité française alors même qu'elle réside régulièrement en France. Au sens large, cette interdiction couvrirait l'ensemble des non-ressortissants français, y compris établis à l'étranger.
Le juge saisi d'une plainte considérerait que le refus d'une caution ne résidant pas en France serait assimilable aux cas que l'article propose de proscrire. Il semble, aux yeux de la commission des affaires sociales, que seul le propriétaire est à même de juger de la qualité d'une caution, que ce jugement doit être formulé au regard d'éléments objectifs, tout en reconnaissant que des abus peuvent être commis et, je le répète, réprimés par les mécanismes prévus à l'article 50. Les rapports entre locataires et propriétaires ne doivent pas entrer dans une ère de soupçon.
En conséquence, il est proposé de rester à l'état du droit en vigueur et de supprimer cet article. Tout à l'heure, il s'agissait des chaises ou des tables, maintenant on est en train d'encadrer tout le processus.
M. le président. Quel est l'avis du Gouvernement ?
Mme Nicole Péry, secrétaire d'Etat. Le Gouvernement est contre la suppression de cette disposition, qui est un outil pour lutter contre les discriminations.
M. le président. Personne ne demande la parole ?...
Je mets aux voix l'amendement n° 79, repoussé par le Gouvernement.

(L'amendement est adopté.)
M. le président. En conséquence, l'article 50 bis AC est supprimé.

Article 50 bis AD





Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat
Recherche | Liste de diffusion | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Liens | Ameli