Allez au contenu, Allez à la navigation

BAUDENS Gustave

Ancien sénateur des Hautes-Pyrénées

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 22 janvier 1893
  • Fin de mandat le 27 janvier 1900 ( Non réélu )

Extraits de la table nominative :

1893 , 1894 , 1895 , 1896 , 1897 , 1898 , 1899

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

BAUDENS (GUSTAVE, PAUL, CHARLES), né le 1er octobre 1843 à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées), mort le-8 janvier 1915 à Puntous (Hautes-Pyrénées).

Sénateur des Hautes-Pyrénées de 1893 à 1900.

Après avoir terminé sa licence en droit, Gustave Baudens, qui était fils d'un notaire installé à Castelnau-Magnoac, rentra dans son pays natal pour s'occuper de sa propriété familiale sise à Puntous.

Il débuta dans la politique, comme Maire de cette commune, proche de Castelnau-Magnoac, puis en 1870, fut élu au conseil général des Hautes-Pyrénées. Il en devint secrétaire en 1871 et vice-président en 1883.

Le 22 janvier 1893, il brigua le siège de sénateur des Hautes-Pyrénées devenu vacant à la suite du décès -du Général Deffis. Il l'emporta aisément. Il prit place parmi les modérés et appartint à diverses Commissions. Il se fit entendre dans plusieurs débats, notamment sur : le Budget de l'exercice 1894, la durée de la législature (1893) ; les victimes des orages et des inondations en France en 1894, la réforme des prestations, le Budget du Ministère de la Guerre, la loi de finances (1895) ; cette même année, il interpella le Gouvernement sur l'insuffisance des services des Ponts et Chaussées et le manque de surveillance des chantiers. Il parla également des accidents du travail et de l'assurance obligatoire.

En 1896, il revint sur la question des accidents du travail, et posa une question sur les dépenses de constructions scolaires.

En 1897, il prit part à divers débats sur : le Budget du Ministère de l'Agriculture, le Budget des recettes, les taxes ou redevances en matière d'irrigation, la réforme de l'impôt des prestations. En 1898, il interpella le Gouvernement sur le fonctionnement des conseils de révision, puis intervint sur la question de l'évaluation des propriétés non bâties, sur le Budget de l'agriculture, et développa une interpellation sur la nouvelle qualification du cheval demi-sang.

Non réélu au renouvellement du 28 janvier 1900 et se retira à Puntous où il s'occupa de sa propriété jusqu'à son décès.

On lui doit quelques travaux historiques, notamment: Une petite ville pendant la révolution, Une série de procès sous l'ancien régime etc.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Le Sénat vers 1950
Etat-civil
Né le 1er octobre 1843
Décédé le 8 janvier 1915
Profession
Propriétaire agricole
Département
Hautes-Pyrénées
  • Mis à jour le 21 octobre 2014