Allez au contenu, Allez à la navigation

BLAVIER Aimé

Ancien sénateur de Maine-et-Loire

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu du 25 janvier 1884 au 5 janvier 1888 ( Fin de mandat )
  • Réélu le 5 janvier 1888
  • Fin de mandat le 23 octobre 1896 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1885 , 1886 , 1887 , 1888 , 1889 , 1890 , 1891 , 1892 , 1893 , 1894 , 1895 , 1896

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)
1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

avant 1889

BLAVIER (AIMÉ-ÉTIENNE), membre du Sénat, né à Montjean (Maine-et-Loire), le 21 août 1827, passa par l'Ecole polytechnique et par l'Ecole des mines, d'où il sortit en 1849. D'abord ingénieur de l'Etat, il entra bientôt dans l'industrie privée. Pendant la guerre franco-allemande, il prit du service et commanda un bataillon de mobiles dans le département de Maine-et-Loire, où il fixa sa résidence. Officier de la Légion d'honneur du 28 février 1871, il n'avait d'ailleurs aucun antécédent politique, lorsqu'il fut élu, le 25 janvier 1885, comme candidat des conservateurs sénateur de Maine-et-Loire, en remplacement de M. Achille Joubert, décédé ; il avait obtenu 662 voix sur 969 votants, contre 298 à M. Maillé, candidat républicain. M. Blavier fait partie de la droite sénatoriale. Il prit la parole en mars 1885, dans la discussion générale du budget et attribua aux fautes de la République l'état précaire de nos finances, renouvela ces critiques, quatre mois après, dans la discussion relative à l'émission, réclamée par M. Sadi Carnot, ministre des Finances, de 320 millions d'obligations à court terme, et affectée en grande partie à la caisse des écoles, et combattit certaines dispositions de la loi instituant des délégués mineurs pour la surveillance des travaux de fond (décembre 1885). Sa compétence en matière financière l'amena à la tribune en avril 1886, lors de la discussion de l'emprunt de 500 millions; il a pris part également, dans chaque session, à la discussion du budget. Les votes de M. Blavier se sont toujours réunis à ceux de la droite, par exemple, dans la dernière session, contre le rétablissement du scrutin uninominal (13 février 1889), contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse (18 février), contre la procédure à suivre devant le Sénat pour juger des attentats commis contre la sûreté de l'Etat (29 mars, affaire du général Boulanger).

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

1889-1940

BLAVIER (AIMÉ, ETIENNE), né le 21 août 1827 à Montjean (Maine-et-Loire), mort le 23 octobre 1896 au Château des Buhards, commune de la Jumellière (Maine-et-Loire).

Sénateur du Maine-et-Loire de 1885 à 1896. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 346).

D'une inlassable activité, il prit part à de nombreux débats, parmi lesquels en peut citer : le recrutement de l'armée; les accidents du travail ; le travail des filles mineures, des enfants et des femmes dans les établissements industriels ; le budget de l'exercice 1890 ; le livre III du Code rural (1889) ; les délégués à la sécurité des ouvriers mineurs, la conservation des monuments de l'Exposition universelle de 1889 ; le budget de l'exercice 1891 (1890) ; l'habilitation du Mont-de-Piété de Paris à faire des avances sur les valeurs mobilières ; l'invasion des sauterelles en Algérie ; le tarif général des douanes ; le budget de l'exercice 1892 (1891) ; l'exercice de la médecine ; les sociétés de secours mutuels ; les sociétés coopératives de production et de consommation ; l'hygiène et la sécurité des travailleurs dans les établissements industriels ; les droits de contrôle du Gouvernement sur la gestion du Crédit foncier de France ; la conciliation et l'arbitrage facultatifs entre patrons et ouvriers ou employés (1892) ; la limite d'émission des billets de la Banque de France ; les caisses de retraites des ouvriers mineurs ; le budget de l'exercice 1893 ; la réforme des boissons hygiéniques ; la situation du Crédit foncier de France ; le budget de l'exercice 1894 ; les Caisses d'épargne ; les habitations ouvrières (1893) ; les conseils de Prud'hommes ; l'organisation de l'artillerie et du génie ; les habitations ouvrières ; l'assainissement de Paris et de la Seine ; l'exercice de la pharmacie ; l'amélioration du port du Havre et de la basse-Seine (1894) ; la réglementation des Halles centrales ; la création d'abattoirs publics dans les petites localités ; l'organisation de l'assurance obligatoire contre les accidents du travail, le budget de l'exercice 1896 (1895) ; l'Exposition universelle de 1900 ; la réforme de l'impôt des boissons (1896).

Il est mort le 23 octobre 1896 en son château des Buhards, et le Président Emile Loubet prononça son éloge funèbre à la séance du 27 octobre : « S'il mettait une certaine vivacité dans l'exposé de ses idées, déclara-t-il, il s'efforçait de ne jamais froisser ses adversaires. Sa courtoisie était parfaite, et les rapports qu'il avait avec ceux qui ne professaient pas les mêmes opinions que lui, furent toujours cordiaux. »

Il était l'auteur de nombreux ouvrages, notamment sur : L'industrie ardoisière d'Angers, Le rachat des chemins de fer par l'Etat, La disparition de la sardine, La statistique minérale de la Grande-Bretagne et de la France, etc.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Aimé BLAVIER, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 21 août 1827
Décédé le 23 octobre 1896
Profession
Ingénieur
Département
Maine-et-Loire
  • Mis à jour le 19 septembre 2014