Allez au contenu, Allez à la navigation

CASIMIR-PERIER Paul

Ancien sénateur de la Seine-Inférieure

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 4 janvier 1891
  • Fin de mandat le 8 juin 1897 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1876 , 1891 , 1894 , 1895 , 1896 , 1897

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)
1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

avant 1889

PÉRIER (AUGUSTE-CASIMIR-VICTOR-LAURENT), député de 1846 à 1848, représentant en 1849 et en 1871, ministre, sénateur de 1875 à 1876, fils aîné du précédent, né à Paris le 20 août 1811, mort à Paris le 6 juin 1876, entra de bonne heure dans la carrière diplomatique ; secrétaire d'ambassade à Londres (1831), à Bruxelles (1833), à la Haye (1836), il fut envoyé ensuite comme chargé d'affaires à Naples (1839), à Saint-Pétersbourg (1841), et comme ministre plénipotentiaire en Hanovre (1843). Du conseil général de l'Aube depuis 1845, il fut élu, le 1er août 1846, par les conservateurs, député du 1er arrondissement de Paris par 750 voix (1,331 votants, 1,686 inscrits). 11 se démit alors de ses fonctions diplomatiques, siégea au centre droit, et suivit la ligne politique de Guizot, tout en évitant de se compromettre avec les partisans de la résistance, en se consacrant surtout au travail des bureaux. Après la révolution de février, il se retira dans ses Propriétés de l'Aube. 11 ne fut pas élu à l'Assemblée constituante ; mais les élections du 13 mai 1849 le firent entrer à la Législative. Représentant de l'Aube, le 2e sur 5, par 30,392 voix (60,618 votants, 81,911 inscrits), il se prononça avec la majorité pour l'expédition de Rome, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, pour la loi restrictive du suffrage universel, fit partie de la commission de permanence, vota pour la révision de la Constitution, mais se sépara de l'Elysée lors de la formation du ministère qui prépara le coup d'Etat, contre lequel il protesta. Incarcéré pendant quelques jours au Mont-Valérien, il consacra ensuite les loisirs que lui fit le gouvernement impérial à des travaux agricoles et à la publication d'un certain nombre de traités économiques : les Finances de l'Émpire, le Budget de 1863, la Réforme financière, les Finances et la politique, les Sociétés de coopération, etc. Très vivement combattu par les préfets « à poigne » que le gouvernement envoya successivement dans l'Aube, il se porta sans succès candidat à la députation, d'abord en 1863, puis le 24 mai 1869, dans la 1re circonscription de l'Aube, qui ne lui donna que 15,195 voix contre 20,878 au député officiel sortant, réélu, M. Argence, et 2,949 à M. Mocqueris. En 1861, il avait été réélu membre du conseil général de l'Aube par le canton de Nogent-sur-Seine, qu'il avait déjà représenté de 1845 à 1851. L'Académie des sciences morales et politiques l'élut membre libre en 1867. Pendant la guerre franco-allemande, il resta dans ses propriétés de Pont-sur-Seine (Aube), fut arrêté par les Prussiens, envoyé comme otage à Reims, et mis en liberté après l'armistice. Trois départements, le 8 février 1871, l'envoyèrent siéger à l'Assemblée nationale : 10 l'Aube, où il fut élu le 2c sur 5, par 38,548 voix (56,484 votants, 82,271 inscrits) ; 2° les Bouches-du-Rhône, le 6e sur 11, par 48,776 voix (75,803 votants, 140,189 inscrits); 3° l'Isère, le 11° sur 12, par 52,490 voix (92,816 votants, 162,174 inscrits). Il opta pour l'Aube, prit place au centre droit, et fut choisi, en raison de sa compétence spéciale, comme rapporteur du budget exceptionnel de 1871. La même année, il devint président du conseil général de l'Aube et, le 11 octobre, à la mort de M. Lambrecht, fut appelé par M. Thiers à remplacer ce député au ministère de l'Intérieur. Rallié à la République conservatrice, après avoir voté pour la paix, pour les prières publiques, pour l'abrogation des lois d'exil, il inclina sensiblement vers le centre gauche et se prononça notamment pour le retour de l'Assemblée à Paris et pour l'impôt sur le revenu. Comme ministre, il s'associa pleinement aux actes du chef de l'Etat, suspendit le Pays, journal bonapartiste, réorganisa les bureaux du ministère de l'Intérieur, et créa quatre grandes directions, ainsi qu'une direction des affaires civiles de l'Algérie (18 novembre). Il se retira le 2 février 1872, devant le vote de la Chambre qui refusait de rentrer à Paris. Il s'occupa des lors activement d'opérer la « conjonction des centres », multiplia les déclarations républicaines, et, en janvier 1873, fonda la réunion dite de la République conservatrice. Après le scrutin du 17 avril, à Paris, qui donna la majorité à M. Barodet, M. Casimir Périer déclara qu'il persévérait « de plus en plus dans son attitude ». Il revint encore sur le même sujet, avec la même netteté, dans un banquet au concours agricole de Bar-sur-Seine (12 mai), et lorsque, à la veille de la journée du 24 mai, Thiers tenta de reconstituer son cabinet en s'appuyant principalement sur le centre gauche, il confia de nouveau (18 mai 1873) le portefeuille de l'Intérieur à M. Casimir Périer. Mais au bout de six jours, le vote de l'ordre du jour Ernoul entraîna tout à la fois la chute du ministère et la démission du président de la République. M. C. Périer reprit sa. place au centre, combattit résolument la politique de M. de Broglie, protesta contre les projets de restauration monarchique, et s'efforça d'amener l'Assemblée nationale à se prononcer en faveur de l'établissement définitif des institutions républicaines. Membre des diverses commissions chargées d'examiner les lois constitutionnelles, il prit une part importante à leurs discussions, et attacha son nom à la proposition tendant à rétablissement définitif et à l'organisation de la République : « Le gouvernement de la République française se compose de deux chambres et d'un président, chef du pouvoir exécutif. » Cette proposition fut prise en considération le 16 juin, mais, le 23 juillet, 374 voix contre 333 en prononcèrent le rejet. Après le vote de la Constitution de 1875, auquel il s'associa, M. Casimir Périer fut porté au premier rang sur la liste des candidats des gauches pour les élections des membres inamovibles du nouveau Sénat. Elu, le 10 décembre 1875, le 17e sur 75. par 347 voix (690 votants), il intervint auprès des électeurs de l'Aube lors de l'élection des sénateurs départementaux, par une circulaire très remarquée, où il traçait le programme d'une « République irréprochable, étroitement liée aux intérêts conservateurs, ne séparant jamais la démocratie de la liberté, la liberté de l'ordre. » Il refusa, peu après, de former le premier cabinet constitutionnel dont le maréchal de Mac-Mahon lui offrait la présidence, à cause des conditions restreintes où le pouvoir se présentait à lui, et s'assit au centre gauche de la Chambre haute. Il mourut presque aussitôt, le 6 juillet 1876, des suites d'un refroidissement. « Il y a, écrivait un biographe, dans la grande avenue des Champs-Elysées, à gauche en montant à l'Arc de Triomphe, peu après le rond-point, une construction massive et carrée, de style incertain, mais de forte architecture, avec des pans de murs en brique pleine, et un petit fosse orné de grilles. L'ensemble est médiocrement aristocratique, il manque de légèreté et d'élégance. Cet hôtel-là se montre bourgeois dans sa forme, dans ses murailles, dans ses lignes ; mais il ne rappelle en rien les somptuosités folles de la bourgeoisie financière, qui aime à éparpiller ses écus et à les faire reliure sur la devanture de ses édifices; n'y cherchons pas non plus un spécimen de l'architecture millionnaire. Il ne rappelle pas non plus la bourgeoisie épicière qui s'en va faire du faux gothique, planter des donjons, échelonner des tourelles sur les coteaux d'Asnières. Il a sa couleur locale, mais toute moderne et toute particulière. C'est un hôtel centre gauche. Ses lignes droites, sa brique sombre, ses murailles épaisses, tout représente, et cette classe moyenne, qui va croissant chaque jour en influence comme en raison, se développant et s'établissant dans la République, et l'institution nouvelle dont elle a déjà jeté les bases, quelque chose de simple et de solide à la fois, qui ne s'élèvera pas en un jour, mais qui durera des siècles. C'est l'hôtel Casimir Périer. » (Les Portraits de Kel-Kun, 1875.) Grand officier de la Légion d'honneur du 27 avril 1846. On a de lui : Les Sociétés de coopération (1864); L'article 75 de la Constitution de l'an VIII (1867), etc.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

1889-1940

CASIMIR-PERIER (CHARLES, FORTUNAT, PAUL), né à Paris le 10 décembre 1812, mort à Paris le 8 juin 1897.

Député de la Seine-Inférieure de 1878 à 1889.

Sénateur de la Seine-Inférieure de 1891 à 1897.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 588.)

Paul Casimir-Périer ne se représenta pas aux élections législatives des 22 septembre et 6 octobre 1889.

Mais au renouvellement du 4 janvier 1891, il fut élu Sénateur de la Seine-Inférieure, battant M. Ancel, Sénateur sortant et candidat de la droite, par 854 voix contre 621. Au Luxembourg, il siégea sur les bancs de la gauche.

Malheureusement, son état de santé ne lui permit pas de siéger à la haute assemblée.

Il mourut en cours de mandat le 8 juin 1897, âgé de 85 ans. Son éloge funèbre fut prononcé par Emile Loubet, alors président du Sénat, à la séance du 10 juin: « L'état de sa santé, déclara-t-il, ne lui permit pas de prendre à nos travaux une part active. Mais sa courtoisie parfaite et sa modestie lui avaient attiré les sympathies de tous ».

« Le Sénat conservera précieusement le souvenir de son trop court passage dans notre assemblée. »

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Paul CASIMIR-PERIER, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 10 décembre 1812
Décédé le 8 juin 1897
Profession
Armateur
Département
Seine-Inférieure
  • Mis à jour le 16 avril 2014