Allez au contenu, Allez à la navigation

CHAUMET Jean

Ancien sénateur de la Gironde

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 28 janvier 1923
  • Réélu le 6 janvier 1924
  • Fin de mandat le 27 janvier 1932 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

CHAUMET (JEAN, CHARLES, JOSEPH) dit CHARLES-CHAUMET né le 21 février 1866 à Prignac-et-Gazelles (Gironde), mort le 27 janvier 1932 à Paris-16e.

Député de la Gironde de 1902 à 1919.

Sénateur de la Gironde de 1923 à 1932.

Sous-Secrétaire d'Etat aux Postes et Télégraphes du 2 mars 1911 au 22 mars 1913.

Ministre de la Marine du 10 août au 16 novembre 1917.

Ministre du Commerce et de l'Industrie du 17 avril au 29 octobre 1925.

Enfant de la Guyenne, fils d'un instituteur, Charles Chaumet fit ses études de droit à Bordeaux, puis entra dans le journalisme, Il devint rédacteur à La Gironde, puis rédacteur en chef de L'Avenir. Il créa La Tribune ouvrière, journal syndicaliste, puis La Tribune agricole (devenue Le Monde agricole), fit des conférences en faveur de la mutualité, de l'entraide sociale et des oeuvres de prévoyance, Il subit un échec aux élections générales législatives des 8 et 22 mai 1898 dans la première circonscription de Bordeaux, n'obtenant au deuxième tour de scrutin que 6.886 voix, contre 7.805 à M. Albert Chiché, député sortant, sur 14.814 votants. Mais il prit sa revanche aux élections générales des 27 avril et 11 mai 1902, battant M. Albert Chiché au deuxième tour de scrutin, par 6.944 voix contre 4.790 à ce dernier, sur 14.252 votants. inscrit au groupe de l'Union démocratique, il appartint à diverses commissions spéciales, et notamment à celle des patentes, à celle du commerce et de l'industrie, à celle des affaires extérieures, des colonies et des protectorats, et à celle du budget pour l'exercice 1905. Il fut également membre du Conseil supérieur du travail.

Son activité fut intense. Il serait vain de vouloir énumérer ses propositions de loi, les rapports dont il fut chargé et ses nombreuses interventions à la tribune. Son action fut toujours dominée par le souci des grands problèmes économiques et sociaux, des questions de mutualité encore balbutiantes, et de celles du commerce ou de l'industrie pouvant intéresser sa région. Nous pouvons cependant noter, parmi les problèmes qui lui tinrent à coeur celui des constructions navales (1902 et 1904), celui des congrégations enseignantes (1903), le contrat d'association (1903), les Caisses régionales de crédit agricole (1904), le budget du commerce et de l'industrie, celui des postes et télégraphes, celui de la marine (1905), le tarif général des douanes (1905), le commerce des vins de Bordeaux (1905), le budget des colonies et celui de la guerre (1906), etc.

Réélu aux élections générales du 6 mai 1906, au premier tour de scrutin, par 7.987 voix contre 3.315 à M. Buscaillet, 2.476 à M Grossard et 2,082 à M. Albert Chiché, sur 16.907 votants, il s'inscrivit au groupe de la gauche démocratique. Membre de diverses commissions et notamment de celle du commerce et de l'industrie, de celle de la crise viticole, de celle du budget pour les exercices 1908, 1909, 1910, de celle de la marine et de la Commission d'enquête sur la marine, son activité ne se ralentit pas. Il revint sur la plupart des thèmes qu'il avait déjà exposés sous la précédente législature tarif général des douanes (1906 et 1909), constructions navales (1906), budget des finances, des postes et télégraphes (1906), exercice du droit syndical (1907), enquête sur la viticulture (1907), enquête sur la marine (1909). Il rapporta le budget de la marine pour les exercices 1908, 1909 et 1910, et celui du commerce pour l'exercice 1910.

Il retrouva son siège au premier tour de scrutin, aux élections générales du 24 avril 1910, par 7.722 voix, contre 4.252 à M. Baylet, et 3.201 à M. Grossard, sur 15.387 votants. Toujours inscrit au groupe de la gauche démocratique, il siégea à la Commission de la marine. Nommé Sous-Secrétaire d'Etat aux Postes et Télégraphes dans le Cabinet Monis du 2 mars 1911, il le demeura dans le Cabinet Caillaux du 27 juin 1911, dans le premier Cabinet Raymond Poincaré du 14 janvier 1912, dans le troisième Cabinet Aristide Briand du 21 janvier 1913 et dans le quatrième Cabinet Aristide Briand du 18 février 1913. Il ne fit pas partie du Ministère Barthou du 22 mars 1913; Mais pendant les deux années où il conserva ce portefeuille, il put soutenir son budget tant à la Chambre qu'au Sénat, faire approuver les conventions relatives à l'exploitation de services maritimes postaux et d'intérêt général, faire améliorer la situation du personnel des postes, des télégraphes et des téléphones, des contributions directes et des douanes, résoudre les grèves d'inscrits maritimes et ouvrir à une exploitation provisoire, le service maritime postal entre Le Havre et New York.

Retourné le 22 mars 1913 à son banc de député, il s'occupa de la durée du service dans l'armée active (1913), de la loi de finances de l'exercice 1913, de l'exploitation du service maritime postal entre Le Havre et New York (1913), des délimitations régionales (1913), de l'exploitation des lignes Sud-Atlantique (1914), etc.

Il fut encore réélu au premier tour de scrutin, aux élections générales du 26 avril 1914, par 8.965 voix contre 3.342 à M. Baylet et 1.818 à M. Cassadou, sur 15.273 votants. Inscrit au groupe des républicains de gauche, il appartint à la commission de la marine, à la Commission de la marine marchande et à celle de la marine de guerre. Auteur de diverses propositions de loi : tendant à instituer pour la durée de la guerre, un régime spécial de l'industrie des transports maritimes (1916), tendant à organiser le corps des officiers de réserve de la marine (1917), tendant à assurer leur place légitime, dans le défilé de la victoire, aux généraux qui ont remporté la première victoire de la Marne (1919) et concernant la création d'un organisme juridique international (1919), il se préoccupe tout particulièrement : du ravitaillement en blé et en farine de la population civile (1915), de la politique de défense nationale du Gouvernement (1915), du régime de la presse en temps de guerre (1916). Nommé président de la Commission de la marine de guerre, il s'intéressa aux réquisitions des bateaux de la marine marchande (1916), à l'organisation du contrôle aux armées (1916), à la conduite de l'expédition d'Orient (1916), à l'assurance obligatoire pour les navires français (1917), à la guerre sous-marine (1917).

Il obtint le portefeuille de Ministre de la Marine le 10 août 1917, dans le cinquième Cabinet Ribot formé le 20 mars précédent, en remplacement du contre-amiral Lacaze démissionnaire le 2 août. Il n'eut pas le temps d'intervenir, ce Ministère ayant démissionné le 7 septembre suivant. Mais il conserva ce portefeuille dans le premier Cabinet Paul Painlevé du 12 septembre. Il répondit à diverses interpellations sur la politique générale du Gouvernement et soutint la proposition de loi tendant à modifier divers articles du Code de justice militaire pour l'armée de mer (1917).

Le premier Cabinet Paul Painlevé ayant été renversé le 13 novembre, Charles Chaumet regagna son banc de député, pour s'occuper des ports maritimes (1918), de l'organisation des consortiums (1918), de la durée du travail sur les navires (1918), etc.

Il subit un échec aux élections générales du 16 novembre 1919 qui eurent lieu au scrutin de liste avec représentation proportionnelle. Il avait pris la tête de la liste républicaine qui n'eut aucun élu. Il obtint personnellement 33.572 voix sur 159.336 votants. Il accepta ce revers avec sérénité et eut la satisfaction de succéder à Mascuraud à la présidence du Comité républicain du commerce, de l'industrie et de l'agriculture. Il avait toujours pensé qu'il y avait entre les intérêts privés et la chose publique, une étroite solidarité. C'était la mise en action de ce qu'il avait toujours rêvé et conseillé au cours de sa carrière d'homme d'Etat et de militant républicain.

Un siège de sénateur s'étant trouvé vacant dans sa Gironde natale, par suite du décès de M Vayssière le 23 novembre 1922, Charles Chaumet fit acte de candidature et fut élu triomphalement à l'élection partielle du 28 janvier 1923, au premier tour de scrutin, par 1.062 voix sur 1.295 votants, son concurrent le plus favorisé n'obtenant que 159 suffrages. Inscrit à l'Union démocratique et radicale qu'il avait fondée, et membre de la Commission de la marine, il se fit entendre au cours de la discussion du projet de loi relatif au port du Verdon.

Il fut réélu au renouvellement triennal du 6 janvier 1924, toujours au premier tour de scrutin, par 892 voix, sur 1.307 votants. Ayant retrouvé son siège à la Commission de la marine, il eut l'occasion de se faire entendre au cours de différentes discussions, notamment sur les accords de Londres (1924).

Le 17 avril 1925, le Président Paul Painlevé lui confia le portefeuille de Ministre du Commerce et de l'Industrie dans son deuxième Cabinet, qu'il venait de constituer. En cette qualité, il intervint dans plusieurs débats, notamment sur : un cahier de crédits, les baux de locaux à usage commercial ou industriel, le budget de l'exercice 1926 et l'arrangement commercial entre la France et l'Allemagne. Le deuxième Cabinet Painlevé démissionna le 27 octobre 1925.

Comme sénateur, il parla sur le projet de loi portant création de nouvelles ressources fiscales (1926). Le 2 décembre 1927, il entra à la Commission des affaires étrangères en remplacement de M. Paul Dupuy, décédé. Il se fit entendre en 1928 au cours de la discussion de l'interpellation relative aux menées révolutionnaires, et, à partir de ce moment, son activité se ralentit. Une longue maladie amoindrit progressivement ses forces physiques, sans parvenir cependant à rien diminuer de son activité d'esprit.

A la séance du 28 janvier 1932, le Président Albert Lebrun annonçait son décès au Sénat. Il venait de mourir la veille, à Paris, âgé de 66 ans.

Après avoir retracé sa longue carrière, le Président Lebrun s'exprima en ces termes dans son éloge funèbre : « Charles Chaumet fut toujours aussi, je n'aurais garde de l'oublier ici, un patriote de tradition. Dans une profession de foi qu'il adressait à ses électeurs en 1914, il disait notamment : « J'ai toujours mis au premier rang de mes préoccupations la défense nationale. Notre premier devoir est d'assurer la sécurité du territoire, de garantir l'existence de la patrie, de conserver le patrimoine de gloire et de grandeur morale que nous ont légué nos aînés », et, n'oubliant jamais qu'il était, avant tout, un esprit pratique, il ajoutait : « Un pays faible est nécessairement un pays pauvre. »... «Inclinons-nous bien bas devant la mémoire de cet homme qui sut, à sa finesse gasconne, allier de hautes qualités de coeur et d'esprit. Il nous quitte après une vie toute faite d'ardentes convictions et de saine raison. Méditons l'exemple qu'il nous laisse, de modération et de sagesse.»

Il fut également président de la ligue maritime et coloniale, de l'association des grands ports français, de l'union des Chambres de commerce maritimes, et du comité interparlementaire du commerce.

Il fut conférencier à l'Ecole des hautes études sociales et publia plusieurs ouvrages : Socialistes et anarchistes (1894); Les intérêts du port de Bordeaux (1898) ; La crise navale (1908) ; La politique nouvelle (1930).

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Jean CHAUMET, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 21 février 1866
Décédé le 27 janvier 1932
Profession
Journaliste
Département
Gironde
  • Mis à jour le 23 novembre 2014