Allez au contenu, Allez à la navigation

CHEVANDIER Antoine

Ancien sénateur de la Drôme

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 21 août 1892
  • Fin de mandat le 9 janvier 1893 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

CHEVANDIER (ANTOINE, DANIEL), né le 27 mai 1822 à Serres (Hautes-Alpes), mort le 9 janvier 1893 à Paris.

Représentant de la Drôme à l'Assemblée Nationale de 1871 à 1876.

Député, de la Drôme de 1876 à 1892.

Sénateur de la Drôme de 1892 à 1893.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 93.)

Il retrouva son siège aux élections générales législatives du 22 septembre 1889, dans la circonscription de Die, par 9.963 voix contre 4.135 à M. de Chivré, sur 14.339 votants, au premier tour de scrutin.

Siégeant dans la majorité républicaine, il appartint à diverses commissions spéciales, il déposa une proposition de loi sur l'exercice de la médecine, qu'il fut chargé de rapporter et qu'il soutint à la tribune (1889, 1891 et 1892), et intervint au cours de la discussion du budget des postes et télégraphes de l'exercice 1891 pour réclamer l'amélioration des services des P. et T.

Il fut élu sénateur le 21 août 1892. Au premier tour de scrutin il n'était arrivé qu'au second rang avec 307 voix, sur 752 votants, contre 309 pour Laurens et 127 pour Maurice Faure. Au second tour Chevandier l'emporte avec 387 voix - dont une partie venait d'électeurs qui avaient voté pour Maurice Faure au premier tour - et contre 354 pour Laurens et 4 seulement pour Maurice Faure qui avait maintenu sa candidature. Il donna sa démission de député le 22 octobre suivant.

Au Sénat le docteur Chevandier n'eut pas le temps de marquer sa présence : il mourut en effet le 9 janvier 1893. Le 10 janvier, M. Théry, Doyen d'âge, prononça son éloge funèbre, très bref, déclarant, en substance, que le Sénat n'avait pas eu le temps de connaître Daniel Chevandier mais que, si il l'avait pu, il n'aurait pas manqué d'apprécier ses qualités.

Il fit de nombreuses communications à l'Académie de médecine sur les bains thermo-résineux et publia à ce sujet : Etablissements du Martouret (1857) ; Notice sur les eaux salines iodo-chlorurées du Miral (1862) ; Notice sur l'emploi médical des bains de vapeur térébenthinée (1865) ; De la médication thermo-résineuse (1873). Il publia en outre : De la vérification des décès et de l'organisation de la médecine cantonale (1862). Il fut un des fondateurs de La Cigale qui comprenait des poètes méridionaux, et publia dans le bulletin de l'association, une ode au Mont Glandaz.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Antoine CHEVANDIER, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 27 mai 1822
Décédé le 9 janvier 1893
Profession
Médecin
Département
Drôme
  • Mis à jour le 16 septembre 2014