Allez au contenu, Allez à la navigation

de CORNULIER-LUCINIERE Hippolyte

Ancien sénateur Inamovible

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 11 décembre 1875
  • Fin de mandat le 16 avril 1886 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1876 , 1878 , 1879 , 1880 , 1881 , 1882 , 1886

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)

avant 1889

CORNULIER-LUCINIÈRE (ALBERT-HIPPO-LYTH-HENRI, COMTE DE), représentant à l'Assemblée nationale de 1871, sénateur inamovible de 1875 à 1886, né à Joué-sur-Erdre (Loire-Inférieure), le 17 juillet 1809, mort à Nantes (Loire-Inférieure), le 17 avril 1886, était issu d'une vieille famille bretonne, qui avait fourni de nombreux échevins à la ville de Nantes; il était le frère du contre-amiral du même nom. Il débuta lui-même dans la marine royale, mais dut bientôt la quitter à cause des souffrances intolérables que lui faisait endurer le mal de mer, et passa, en 1830, dans les gardes du corps de Charles X. Les journées de Juillet le décidèrent à s'expatrier. Il servit quelque temps, comme lieutenant, dans l'armée de don Miguel de Portugal, lorsque celui-ci se fut emparé du trône au détriment de Dona Maria. Revenu en France, il se consacra entièrement à l'administration du domaine des Bretaudières, à Saint-Philbert-de-Grandlieu, domaine dont son mariage l'avait rendu propriétaire, fut nommé conseiller général de la Loire-Inférieure de 1848 à 1852, et. sous l'empire, devint conseiller municipal de Nantes. Il observa à l'égard du gouvernement de Napoléon une attitude très réservée, et, quoique légitimiste convaincu, évita, semble-t-il, de rompre en visière à l'autorité établie. Il fut seulement candidat indépendant au Corps législatif le 24 mai 1869, dans la 1re circonscription de la Loire-Inférieure, et obtint 12,610 voix contre 19,946 accordées au candidat officiel élu, le député sortant, M. Thoinnet de la Turmelière. Lors des élections de 1871 à l'Assemblée nationale, M. de Cornulier-Lucinière fut porté sur la liste conservatrice, et devint représentant de la Loire-Inférieure, le 7e sur 12, par 63,938 voix (95,897 votants, 155,400 inscrits). Il alla siéger à l'extrême-droite, dans le groupe des royalistes et des catholiques intransigeants, et, sans prendre aucune part aux discussions de l'Assemblée, se signala par ses votes, comme un des champions les plus zélés de la monarchie et de la papauté. « Il a été à Lourdes, écrivait M. Jules Clère (Biographie des députés, 1875), à Paray-le-Monial, et suit, scrupuleusement, chaque année, la procession de la Fête-Dieu; enfin il est marguillier de la cathédrale de Nantes. Dans le cercle de ses intimes, on lui donne parfois le surnom de saint-Jérôme. » Au surplus, les adversaires politiques de M. de Cornulier-Lucinière se plaisaient à rendre hommage à la droiture de son caractère. Signataire de l'adresse en l'honneur du Syllabus, ainsi que de la proposition tendant au rétablissement de la monarchie (15 juin 1874), et l'un des huit députés qui refusèrent de s'associer au vote de la prorogation des pouvoirs du maréchal de Mac-Mahon, il se prononça encore dans le cours de la législature : pour la paix, pour les prières publiques, pour l'abrogation des lois d'exil, pour les pétitions des évêques, contre le retour de l'Assemblée à Paris, pour le pouvoir constituant, pour la démission de Thiers au 24 mai, pour 1 état de siège, pour la loi des maires, contre le ministère de Broglie (16 mai 1874), contre la dissolution, contre l'amendement Wallon et contre l'ensemble des lois constitutionnelles. Il s'abstint dans le scrutin sur l'amendement Pascal Duprat (élection du Sénat par le suffrage universel). Au moment des élections des sénateurs inamovibles par l'Assemblée nationale (1875), il fut du groupe des légitimistes qui, pour empêcher le succès des orléanistes, s'unirent aux républicains de l'Assemblée. Il gagna lui-même à cette alliance son siège d'inamovible avec 351 voix, le 11 décembre 1875. Conseiller général du 2e canton de Nantes le 8 octobre 1871, il fut remplacé, aux élections départementales de 1874, par un candidat libéral. M. de Cornulier-Lucmiére siégea à l'extrême-droite du Sénat, vota (1877) la dissolution de la Chambre des députés, et, quand les conservateurs-monarchistes furent devenus la minorité an Luxembourg, il s'associa à tous les votes de protestation de ses collègues contre les actes du gouvernement républicain. Il opina notamment contre l'article 7 (1880) et contre les diverses lois Ferry sur l'enseignement, contre l'application des décrets aux congrégations religieuses, contre les lois nouvelles sur la presse et le droit de réunion, contre la nouvelle formule du serment judiciaire (1882), contre la réforme judiciaire (1883), contre le rétablissement du divorce (1884). - Il mourut à Nantes, en 1886, peu de temps après son frère, le contre-amiral. Ses obsèques eurent lieu à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Hippolyte de CORNULIER-LUCINIERE, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 17 juillet 1809
Décédé le 16 avril 1886
Département
Inamovible
  • Mis à jour le 18 avril 2014