Allez au contenu, Allez à la navigation

HEBRARD Adrien

Ancien sénateur de la Haute-Garonne

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 5 janvier 1879
  • Réélu le 5 janvier 1888
  • Fin de mandat le 2 janvier 1897 ( Non réélu )

Extraits de la table nominative :

1879 , 1880 , 1881 , 1882 , 1883 , 1884 , 1885 , 1886 , 1888 , 1891 , 1892 , 1894 , 1896

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)
1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

avant 1889

HÉBRARD (FRANÇOIS-MARIE-ADRIEN), membre du Sénat, né à Grisolles (Tarn-et-Garonne) le 1er janvier 1834, vint à Paris, fit ses débuts littéraires au journal le Temps, dont il devint le gérant et plus tard le directeur et auquel il apporta de notables améliorations ; l'agrandissement du format, la part de plus en plus considérable réservée aux informations politiques et aux correspondances de l'étranger élevèrent bientôt le tirage du journal à un chiffre important et contribuèrent à en faire l'organe autorisé de la bourgeoisie libérale et de l'opposition modérée à l'Empire. Membre du syndicat de la presse (1870) pour la réforme de l'impôt du timbre, M. Hébrard, après la guerre franco-allemande, mit le Temps au service de la politique républicaine conservatrice préconisée par Thiers, fut porté, d'ailleurs sans succès, sur la liste des candidats des principaux journaux de Paris aux élections générales du 8 février 1871, qui lui donnèrent 47,332 voix, se mêla comme publiciste aux grands débats politiques qui précédèrent et suivirent l'établissement en France du gouvernement républicain, et, après avoir, a-t-on dit, refusé la décoration de la Légion d'honneur en janvier 1877, entra dans la vie parlementaire le 5 janvier 1879, comme sénateur de la Haute-Garonne, élu par 347 voix (671 votants). Il s'inscrivit aux groupes du centre gauche et de la gauche républicaine, vota pour le ministère Dufaure, pour les lois Ferry sur l'enseignement, pour l'article 7, pour les lois nouvelles sur la presse et le droit de réunion, pour la modification du serment judiciaire, pour la réforme du personnel de la magistrature, pour le rétablissement du divorce, pour la politique opportuniste, pour les crédits de l'expédition du Tonkin, prit quelquefois la parole dans l'Assemblée, notamment (juin 1880) sur l'amnistie qu'il conseilla au gouvernement de préférence à la grâce, « afin de se débarrasser de cette question, » et (juillet 1883) sur la loi relative à la protection de l'enfance, qu'il appuya. En juin 1886, il s'abstint sur la question de l'expulsion des princes, abstention toute de convenance, le duc d'Aumale étant un des principaux actionnaires du journal le Temps. M. Hébrard obtint sa réélection comme sénateur, le 5 janvier 1888, par 540 voix sur 1,012 votants, et se prononça pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (13 février 1889), s'abstint sur le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, et appuya la procédure à suivre devant le Sénat contre le général Boulanger. M. Hébrard est membre de la commission supérieure des bâtiments civils, du conseil supérieur des Beaux-Arts, du conseil supérieur des monuments historiques, etc.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

1889-1940

HÉBRARD (FRANÇOIS, MARIE, Adrien), né le 1er juin 1833 à Grisolles (Tarn-et-Garonne), mort le 29 juillet 1914 à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise).

Sénateur de la Haute-Garonne de 1879 à 1897.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. III, p. 328.)

Président du syndicat de la presse parisienne, grand patron à l'autorité incontestée du journal Le Temps, Adrien Hébrard renonça en faveur de son journal à la grande carrière politique qui lui était offerte.

De 1889 à 1897 il n'intervint pratiquement pas à la tribune. Son seul grand discours parlementaire avait été prononcé le 3 juillet 1880 pour obtenir de la Haute Assemblée le vote de la loi amnistiant les condamnés de la Commune de Paris. Par cette intervention mémorable, il fut le « single speech Hamilton » du Sénat, mais avec combien de différence !

Il siégeait au centre gauche, à la gauche républicaine

Il fut battu au renouvellement sénatorial de janvier 1897, n'ayant obtenu que 452 voix contre 501 à Abeille, élu.

Adrien Hébrard s'identifia à son journal. La meilleure preuve en est fournie par l'extraordinaire page spéciale que lui dédia la rédaction du Temps le lendemain de sa mort, survenue à Saint-Germain-en-Laye le 29 juillet 1914. Juste entre la fin du procès Caillaux et le déclenchement de la première guerre mondiale, un texte long et dense, dont les accents ne trompent pas, exprime à l'évidence la véritable fascination qu'il exerçait sur ses collaborateurs. Pas un détail du journal ne lui échappait et son humanité rayonnait sur tout et sur tous.

Il avait 81 ans .

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Adrien HEBRARD, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 1er janvier 1834
Décédé le 29 juillet 1914
Profession
journaliste
Département
Haute-Garonne
  • Mis à jour le 28 novembre 2014