Allez au contenu, Allez à la navigation

LAFFONT Paul

Ancien sénateur de l'Ariège

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 14 janvier 1930
  • Réélu le 10 janvier 1939
  • Fin de mandat le 13 juillet 1944 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1930 , 1931 , 1932 , 1933 , 1934 , 1935 , 1936 , 1937 , 1938 , 1939 , 1940

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

LAFFONT (PAUL), né le 25 avril 1885 au Mas d'Azil (Ariège). DCD 13.7.1944.

Député de l'Ariège de 1914 à 1930.

Sénateur de l'Ariège de 1930 à 1944.

Sous-secrétaire d'Etat aux P.T.T. de 1921 à 1924.

Paul Laffont fit des études de droit, passa le doctorat et s'inscrivit au barreau de Toulouse.

Membre du parti républicain radical, il se présenta aux élections législatives du 10 mai 1914 et fut élu député de l'arrondissement de Saint-Girons par 8.644 voix sur 17.395 votants, à l'âge de 29 ans. Mais lorsque la guerre éclata, bien que son mandat de député le dispensât du service armé, il s'engagea dans l'aviation et, partageant son temps entre le front et la Chambre, servit comme lieutenant-pilote dans une escadrille. Il fut blessé le 12 octobre 1916. Quelques mois auparavant, il avait essayé, mais en vain, d'obtenir un débat public sur l'état de l'aviation militaire dont il connaissait, mieux qu'un autre, les faiblesses. Durant ces années de guerre, il se montra surtout préoccupé des difficultés éprouvées par les agriculteurs de son département du fait des hostilités et intervint en leur faveur dans différents débats. En 1917, la commission de l'armée le chargea de rapporter une proposition de loi concernant les agriculteurs sursitaires. En 1918 il prit part à la discussion de plusieurs interpellations et de nombreux textes de loi ainsi qu'au débat sur le budget des P.T.T. Il interpella lui-même le gouvernement sur les conditions déplorables dans lesquelles s'effectuait le retour des prisonniers puis, en 1919, sur les-modalités de la démobilisation.

Aux élections législatives du 16 novembre 1919 il se présenta sur la liste de concentration républicaine et fut réélu député de l'Ariège par 24.249 voix sur 39.881 votants. Un mois après il devenait conseiller général du département et devait le rester jusqu'à sa mort.

Revenu siéger au groupe radical, Paul Laffont traita à la tribune de la Chambre des sujets les plus variés. En 1920, il fut notamment rapporteur du budget des Colonies ; mais il ne cessa pas de défendre les intérêts des paysans et des communes rurales. Il disait de lui-même : « je suis le député des agriculteurs ».

Il entra dans le 7e cabinet Briand comme sous-secrétaire d'Etat aux Postes, Télégraphes et Téléphones, le 17 janvier 1921 et garda le même portefeuille dans le cabinet Poincaré qui succéda au précédent, jusqu'au 29 mars 1924. A ce titre, il fit voter par le parlement trois projets de loi réorganisant l'administration des P.T.T. sur le plan financier, technique et administratif. Il s'efforça aussi de rompre l'isolement rural en multipliant les relations téléphoniques et postales.

Réélu le 11 mai 1924, toujours comme radical-socialiste, par 21.054 voix sur 44.663 votants, il se montra - simple député de nouveau - orateur aussi actif que par le passé. L'une de ses interventions les plus remarquées fut son interpellation sur les poursuites judiciaires ordonnées par le gouvernement français contre l'écrivain espagnol, Blasco Ibanez, dont il prit véhémentement la défense. Le scrutin du 29 avril 1928 dans l'arrondissement de Saint-Girons fut, après un premier tour indécis le 22 avril, marqué par de violents incidents, assez graves pour que la Chambre, au terme d'une discussion houleuse, décide de n'autoriser Paul Laffont à siéger qu'à titre provisoire, jusqu'au dépôt des conclusions d'une commission d'enquête, bien qu'il ait remporté 7.517 voix contre 7.382 à son concurrent Galy-Gasparrou : les deux candidats s'accusaient réciproquement de fraude. Finalement, la commission d'enquête conclut à la validation de l'élection de Paul Laffont.

Mais celui-ci se présenta le 20 octobre 1929 aux élections sénatoriales dans son département, fut élu au premier tour par 305 voix sur 579 votants et renonça à son mandat de député.

Au Sénat, il siégea au groupe radical et fit partie de plusieurs commissions. Il intervint fréquemment dans les débats intéressant notamment l'agriculture, les P.T.T. et l'armée. A partir de 1933 il présenta de très nombreux rapports pour la commission du commerce et la commission des affaires étrangères.

Il fut réélu le 23 octobre 1938, au premier tour, par 398 voix sur 588 votants.

En avril 1939, le Conseil général de l'Ariège le choisit comme président.

Le 10 juillet 1940, il vota les pouvoirs constituants demandés par le maréchal Pétain.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

LAFFONT (Paul)

Né le 25 avril 1885 au Mas d'Azil (Ariège)

Décédé le 13 juillet 1944 à Rimont (Ariège)

Député de l'Ariège de 1914 à 1930 Sénateur de l'Ariège de 1930 à 1944

Sous-secrétaire d'Etat aux PTT de 1921 à 1924

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VI, p. 2093)

Paul Laffont se prononce en faveur de la délégation de pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Mais l'évolution du Gouvernement de Vichy le heurte et il s'engage dans la Résistance.

Il meurt le 13 juillet 1944 à Rimont lors des combats pour la libération de son département de l'Ariège.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Paul LAFFONT, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 25 avril 1885
Décédé le 13 juillet 1944
Profession
Avocat
Département
Ariège
  • Mis à jour le 24 octobre 2014