Allez au contenu, Allez à la navigation

LAUBRY Charles

Ancien sénateur de l'Yonne

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 3 janvier 1897
  • Fin de mandat le 26 septembre 1899 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1897 , 1898 , 1899

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

LAUBRY (CHARLES), né le 19 avril 1842 à Avrolles (Yonne), mort le 25 septembre 1899 à Flogny (Yonne).

Sénateur de l'Yonne de 1897 à 1899.

Charles Laubry, après des études à l'école normale de son département, était devenu un modeste instituteur de campagne. Mais, intéressé par les questions juridiques, il s'orienta peu à peu dans cette voie et se retrouva greffier de la justice de paix du canton de Flogny, dans l'Yonne, au coeur de sa campagne natale.

Cependant, la politique le tentait bientôt et principalement l'activité sénatoriale dont on suivait alors passionnément les péripéties d'un bout à l'autre de la province française.

Il avait été un fervent républicain sous le second Empire et, dès 1870, il avait connu ses premiers succès électoraux. Il avait été en effet, élu successivement conseiller d'arrondissement, puis conseiller général de l'Yonne.

Aux élections sénatoriales de 1894, il fit acte de candidature sous les couleurs radicales, mais n'obtint que 350 voix. Deux ans plus tard, en 1896, un des sénateurs de l'Yonne, Jules Guichard, décédait. Charles Laubry posa de nouveau sa candidature, puis renonça à se présenter. Mais, la veille des élections, le député de l'Yonne, Villéjean, proposait à l'électorat sénatorial de son département la candidature de Laubry, sans même que celui-ci en fût informé et le lendemain, dès le premier tour, Charles Lanbry arrivait en tête avec 369 voix contre 358 voix à Bienvenu-Martin, et 112 voix à Dujon sur 868 votants. Au second tour, Charles Laubry l'emportait avec 553 voix sur 864 votants.

Au Palais du Luxembourg, le radical qu'il était s'inscrivit, en toute logique, au groupe de la gauche démocratique. Au cours de maints discours prononcés dans son département, il se déclara partisan de la révision constitutionnelle relative à l'assemblée unique, de la séparation des églises et de l'Etat, d'une politique anticléricale, de l'impôt progressif.

En séance publique, au Palais du Luxembourg, il intervint dans la discussion du projet de loi sur les warrants agricoles (1898).

Ce modeste élu d'un département rural, mort à 57 ans, n'eut pas le bonheur d'assister au succès de son fils, le professeur Charles Laubry, qui devait devenir membre de l'Académie de médecine.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Le Sénat vers 1950
Etat-civil
Né le 19 avril 1842
Décédé le 26 septembre 1899
Profession
Enseignant
Département
Yonne
  • Mis à jour le 22 juillet 2014