Allez au contenu, Allez à la navigation

MARTENOT Charles-Auguste

Ancien sénateur de l'Allier

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 30 janvier 1876
  • Fin de mandat le 24 janvier 1885 ( Non réélu )

Extraits de la table nominative :

1876 , 1877 , 1878 , 1879 , 1880 , 1881 , 1882 , 1883 , 1884

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)
1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

avant 1889

MARTENOT (CHARLES-AUGUSTE), représentant en 1871, sénateur de 1876 à 1885, né à Ancy-le-Franc (Yonne) le 11 décembre 1827, fut reçu ingénieur civil des mines en 1851, et fut attaché, en qualité d'ingénieur, à la compagnie des forges de Châtillon et Commentry. Il devint, en 1865, directeur de la section du Châtillonnais, où déjà il avait eu à lutter contre la crise qui menaçait les établissements métallurgiques de la Bourgogne à la suite de la nouvelle législation commerciale inaugurée en 1860. En 1863 il échoua au Corps législatif comme candidat bonapartiste non officiel, car il avait été combattu par M. de Persigny. A la mort de son père, en 1870, il retourna, à Commentry, dont il devint maire après le 4 septembre, et où il sut maintenir l'ordre malgré l'excitation des esprits. Elu représentant de l'Allier à l'Assemblée nationale, le 8 février 1871, le 1er sur 7, par 51,381 voix (76,640 votants, 106,359 inscrits), il se fit inscrire dans le groupe de l'Appel au peuple, et vota pour la paix, pour l'abrogation des lois d'exil, pour la pétition des évêques, contre le service militaire de trois ans, pour la démission de Thiers, pour le septennat, contre les lois constitutionnelles. Il avait été nommé conseiller général du canton de Commentry le 8 octobre 1871. Le 30 janvier 1876, il fut élu sénateur de l'Allier par 208 voix (385 votants) ; il siégea de nouveau parmi les membres de l'Appel au peuple, et vota la dissolution de la Chambre demandée, le 23 juin 1877, par le ministère de Broglie. Il échoua au renouvellement triennal du Sénat, le 6 janvier 1885, avec 286 voix (835 votants). Sa fille a épousé le petit-fils du baron Evain, pair de France sous Louis-Philippe.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

1889-1940

MARTENOT (CHARLES, AUGUSTE), né le 11 décembre 1827 à Ancy-le-Franc (Yonne), mort le 15 octobre 1900 à Commentry (Allier).

Représentant de l'Allier à l'Assemblée Nationale de 1871 à 1876.

Sénateur de l'Allier de 1876 à 1885.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 287.)

Neveu d'Auguste, député de l'Yonne, bien que de dix ans seulement son cadet, Charles Martenot, après son échec au renouvellement sénatorial de 1885, tenta sa chance aux élections législatives de 1889 dans la 1re circonscription de Montluçon et faillit réussir. En tête au premier tour avec 5.555 voix sur 16.214 votants, le siège lui fut soufflé au scrutin de ballottage par Thivier, 5.685 sur 16.677 alors qu'il en réunissait lui-même 5.628 soit un écart de 57 voix seulement.

Il se détourna désormais de la compétition électorale et, retiré à Commentry, y mourut le 15 octobre 1900, dans sa soixante-treizième année.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Charles-Auguste MARTENOT, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 11 décembre 1827
Décédé le 15 octobre 1900
Profession
Ingénieur
Département
Allier
  • Mis à jour le 21 septembre 2014