Allez au contenu, Allez à la navigation

PICHERY Pierre

Ancien sénateur de Loir-et-Cher

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 11 janvier 1920
  • Réélu le 6 janvier 1924
  • Réélu le 10 janvier 1933
  • Fin de mandat le 31 décembre 1941

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

PICHERY (PIERRE), né le 14 juin 1863 à Villeny (Loir-et-Cher).

Député de Loir-et-Cher de 1902 à 1920.

Sénateur de Loir-et-Cher de 1920 à 1941.

Pierre Pichery appartenait à une vieille famille de Cour-Cheverny (Loiret-Cher) où ses ancêtres exerçaient la médecine depuis de nombreuses générations. Son père avait abandonné la tradition familiale pour étudier le droit et s'installer comme industriel non loin de son pays natal, à Villeny, où il acquit le domaine de Bonneville.

Pierre Pichery fit ses études à Paris et y demeura ensuite un certain temps, s'adonnant à des recherches d'histoire locale. Puis il revint à Villeny pour s'occuper du domaine que lui avait laissé son père. C'est ainsi qu'il fut conduit à s'intéresser aux questions agricoles et qu'il fut bientôt appelé par ses concitoyens à siéger dans les diverses assemblées locales et ensuite à les représenter au Parlement au cours d'une carrière publique fort longue qui ne connut aucune interruption.

En 1892, il entre au conseil municipal de Villeny dont il sera maire à partir de 1900. Il siège au conseil d'arrondissement de 1895 à 1897 et est élu pour la première fois conseiller général dans le canton de Neung-sur-Beuvron le 7 mai 1899. En 1902, il se présente aux élections législatives dans la circonscription de Romorantin : il est élu député le 11 mai, l'emportant de peu au second tour par 7.818 voix contre 7.240 à son concurrent Georges Martin, ancien sénateur. Pierre Pichery sera ensuite constamment réélu en rencontrant de moins en moins d'opposition.

Le 6 mai 1906, il obtient 11.382 suffrages sur 16.225 suffrages exprimés ; le 24 avril 1910, il est seul candidat et obtient 10.881 suffrages sur les 19.543 inscrits ; le 26 avril 1914, c'est par 10.792 voix sur 14.684 suffrages exprimés qu'il est réélu ; enfin, aux élections du 16 novembre 1919, il arrive en tête de la liste républicaine radicale, avec 19.089 suffrages.

Très peu de temps après cette dernière élection, il est amené à quitter la Chambre des députés - dans laquelle il a siégé pendant quatre législatures complètes - pour entrer au Sénat. Il est en effet élu sénateur de Loir-et-Cher le 11 janvier 1920, au deuxième tour de scrutin, par 317 voix sur 620 suffrages exprimés et, en conséquence, se démet de son mandat de député le 22 janvier suivant. Il sera confirmé dans son mandat sénatorial le 6 janvier 1924, au premier tour, par 517 voix sur 588 suffrages exprimes et le 16 octobre 1932, au troisième tour, par 418 voix sur 620 suffrages exprimés.

Ainsi, Pierre Pichery a représenté au Parlement son département de Loir-et-Cher, de façon continue, de 1902 à 1941, date d'expiration de son dernier mandat sénatorial. Il s'était inscrit au groupe de la gauche radicale au Palais Bourbon et, au Sénat, au groupe de la gauche démocratique radicale et radicale-socialiste, avant de devenir non-inscrit pendant les dernières années.

Comme député, il fit partie, durant la guerre de 1914-1918, de la commission des affaires extérieures et de la commission de l'armée, commissions qui lui confièrent plusieurs missions à accomplir : il se rendit, notamment, deux fois auprès de l'armée d'Orient, fit un rapport sur la Grèce et un autre sur l'accord franco-anglais relatif au statut de la Syrie, accord qui prévoyait de placer sous influence française la région pétrolifère de Mossoul. Il avait également participé aux travaux de la commission de législation fiscale depuis 1902 et présenté à ce titre plusieurs rapports.

Au Sénat, il fut membre de la commission des chemins de fer et des travaux publics, de la commission des douanes et, en 1938, de la commission des affaires étrangères. Mais les questions sociales - en particulier celles qui concernaient l'agriculture - retenaient aussi son attention : c'est ainsi qu'il déposa en 1937 une proposition de résolution relative à l'application à l'agriculture de la législation sur les allocations familiales.

Le 10 juillet 1940, à Vichy, il vota en faveur du projet de loi constitutionnelle présenté par le gouvernement du maréchal Pétain.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

PICHERY (Pierre)

Né le 14 juin 1863 à Villemy (Loir-et-Cher)

Décédé le 2 septembre 1952 à Villemy (Loir-et-Cher)

Député de Loir-et-cher de 1902 à 1920

Sénateur de Loir-et-Cher de 1920 à 1941

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VII, p. 2689)

Après avoir voté en faveur du projet de loi constitutionnelle, le 10 juillet 1940, Pierre Pichery se retire de la vie politique.

Il meurt le 2 septembre 1952 à Villemy à l'âge de 89 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Pierre PICHERY, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 14 juin 1863
Décédé le 2 septembre 1952
Profession
Propriétaire agricole
Département
Loir-et-Cher
  • Mis à jour le 27 novembre 2014