Allez au contenu, Allez à la navigation

PICHON Louis

Ancien sénateur du Finistère

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 28 janvier 1900
  • Réélu le 4 janvier 1903
  • Réélu le 7 janvier 1912
  • Fin de mandat le 12 août 1916 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

PICHON (Louis, GABRIEL), né le 11 juin 1849 à Brest (Finistère), mort le 12 août 1916 à Treflez (Finistère).

Député du Finistère de 1897 à 1898.

Sénateur du Finistère de 1900 à 1916.

Louis Pichon, avant d'entrer dans la politique, avait fait une brillante carrière d'ingénieur. Entré à l'Ecole polytechnique en 1870, il avait, à sa sortie, opté pour le corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées. La guerre avec l'Allemagne le voit servir comme sous-lieutenant d'artillerie et prendre part à la défense de Paris.

En 1887 il est ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, mais ce technicien n'est pas étranger à la politique car il est maire de la petite ville de Treflez. Aussi n'est-il pas étonnant qu'à l'occasion d'une élection partielle en 1897, il devienne député de Brest, en remplacement de l'amiral Vallon, décédé. Il recueille au second tour 4.853 voix contre 4.167 à son concurrent Isnard.

Inscrit au centre gauche et à la gauche républicaine, son passage à la Chambre ne sera marqué que par quelques interventions sur les sujets techniques dont il est professionnellement expert. En effet, aux élections de 1898, il perd son siège de député.

Ce n'est que deux ans plus tard qu'il se présente à une élection sénatoriale, le 28 janvier 1900 où, avec 794 voix sur 1.234 il est élu en remplacement de Savary, décédé. Dès lors, il sera constamment mandaté par ses concitoyens pour les représenter au Luxembourg : le 4 janvier 1903, il l'emporte par 644 voix sur 1.273 votants, et le 7 janvier 1912 par 732 voix sur 1.315 votants ; il est seul élu au premier tour.

Inscrit à la gauche républicaine, représentant du grand port de guerre breton, tout sujet abordé par le Sénat et touchant à la marine le voit intervenir : projet d'augmentation de la flotte (1900), médaille des vieux marins, organisation du corps des officiers de marine (1901), marine marchande (1902), recrutement de l'armée (1903), programme naval (1906), etc... Il s'intéresse cependant aussi aux questions de santé publique, aux questions agricoles et même à l'organisation administrative jusqu'en 1906, il dépose une proposition de loi tendant à la suppression des sous-préfets. Sénateur de la Bretagne catholique, il se battra avec courage en 1905 et 1906 contre la loi de séparation des Eglises et de l'Etat et la limitation de l'exercice des cultes, démontrant dans une intervention vibrante où il mettait toute la profondeur de la conviction de sa foi, que la loi de séparation était moins libérale de l'édit de Nantes qu'Henri IV octroya aux protestants.

Il est mort le 12 août 1916 dans sa propriété de Toullouarn, à Treflez, âgé de 67 ans.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Louis PICHON, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 11 juin 1849
Décédé le 12 août 1916
Profession
Ingénieur
Département
Finistère
  • Mis à jour le 16 avril 2014