Allez au contenu, Allez à la navigation

PUJES Théophile

Ancien sénateur des Bouches-du-Rhône

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 14 janvier 1930
  • Fin de mandat le 9 janvier 1939 ( Non réélu )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

PUJÈS (THÉOPHILE), né le 4 novembre 1863 à Saint-Gaudens (Haute-Garonne).

Sénateur des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1939.

Ingénieur diplômé de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées, Théophile Pujès acquit rapidement dans sa profession une notoriété certaine puisqu'il devint ingénieur en chef du service vicinal, puis architecte en chef du département des Bouches-du-Rhône.

Attiré par la politique, il se présenta à l'élection sénatoriale du 7 janvier 1912 et fut proclamé élu au troisième tour de scrutin par 230 voix contre 224 à M. Mascle, les deux candidats ayant obtenu chacun 227 suffrages au deuxième tour. Mais le Sénat, faisant droit à une réclamation contre un bulletin douteux attribué au deuxième tour à M. Pujes, invalida celui-ci au profit de son adversaire au cours de la séance du 3 février 1912.

Théophile Pujès dut attendre le 20 octobre 1929 pour entrer au Palais du Luxembourg, devançant ce jour-là le sénateur sortant, M. Flaissières.

Au renouvellement partiel suivant, le 23 octobre 1938, il fut battu par M. Henri Tasso.

Socialiste indépendant, il ne s'inscrivit à aucun groupe sénatorial et ses interventions en séance publique furent rares. Il s'intéressa surtout, en 1934, à un projet de loi relatif aux conditions de délivrance et à l'usage du titre d'ingénieur diplômé. Il obtint alors que ce titre puisse être officiellement suivi du nom de l'école ayant délivré le diplôme, défendant ainsi particulièrement celle des Ponts et Chaussées qui lui tenait à coeur.

La même année, on le trouve parmi les défenseurs de la voirie communale, dont le financement était menacé par la loi de finances.

Son action en commission fut plus étoffée puisqu'il appartint à celles de la marine, des travaux publics, des mines et des départements libérés de l'invasion.

Théophile Pujès a publié un ouvrage en deux volumes intitulé L'Art de l'Ingénieur.

Il était officier d'Académie et titulaire du mérite agricole.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

PUJÈS (Théophile)

SENAT


PUJÈS (Théophile)

Né le 4 novembre 1862 à Saint-Gaudens (Haute-Garonne)

Décédé le 22 novembre 1941 à Marseille (Bouches-du-Rhône)

Sénateur des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1939

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VII, p. 2767)

Battu au renouvellement partiel de 1938, Théophile Pujès quitte la vie politique. Il décède à Marseille le 22 novembre 1941 âgé de 79 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Théophile PUJES, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 4 novembre 1863
Décédé le 22 novembre 1941
Profession
Ingénieur
Département
Bouches-du-Rhône
  • Mis à jour le 22 novembre 2014