Allez au contenu, Allez à la navigation

RENAUD Michel

Ancien sénateur des Basses-Pyrénées

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 8 janvier 1882
  • Fin de mandat le 29 janvier 1885 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1882 , 1883 , 1884 , 1885

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)

avant 1889

RENAUD (PIERRE-MICHEL), représentant en 1848, en 1849, en 1871, et sénateur de 1882 à 1885, né à Saint-Jean-Pied-de-Port (Basses-Pyrénées) le 12 avril 1812, mort à Pau (Basses-Pyrénées) le 29 janvier 1885, fit ses études au collège Henri IV et son droit à Paris, et s'établit comme négociant à Saint-Jean-Pied-de-Port. Il refusa, en février 1848, les fonctions de sous-commissaire du gouvernement provisoire à Mauléon, et fut élu, le 23 avril 1848, représentant des Basses-Pyrénées à l'Assemblée constituante, le 4e sur 11, par 60,521 voix (90,262 votants, 116,890 inscrits). Membre du comité des cultes, il siégea à gauche et vota avec les républicains modérés: contre le rétablissement du cautionnement et de la contrainte par corps, contre les poursuites contre L. Blanc et Caussidière, pour l'abolition de la peine de mort, contre l'amendement Grévy, contre le droit au travail, pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac, pour l'amnistie, contre l'interdiction des clubs, contre les crédits de l'expédition romaine. Réélu dans son département à l'Assemblée législative, le 10e et dernier de la liste, par 30,580 voix (71,463 votants, 117,931 inscrits), il reprit sa place à gauche et s'associa aux efforts et aux protestations comme aux votes de la minorité républicaine. Il se prononça contre le siège de Rome, contre la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, contre la loi restrictive du suffrage universel, et eut un duel célèbre avec M. de Montalembert, chef d'escadron de cuirassiers, qu'il blessa grièvement. Ayant protesté vivement contre le coup d'Etat du 2 décembre 1851, il fut emprisonné, puis compris dans le premier décret d'expulsion, et se réfugia en Espagne où il séjourna jusqu'en 1860, bien qu'il eut été l'objet d'une mesure particulière qui l'autorisait à rentrer en France. Il se tint à l'écart des affaires publiques pendant toute la durée de l'Empire, s'engagea comme simple soldat dans les mobiles de Bayonne lors de la guerre de 1870, fut envoyé dans l'Est, et séjourna, comme malade, à l'hôpital de Besançon. Elu, le 8 février 1871, représentant des Basses-Pyrénées à l'Assemblée nationale, le 4e sur 9, par 51,477 voix (61,049 votants, 110,425 inscrits), il fit partie de la gauche républicaine, ne prit pas part au vote sur la paix et se prononça contre l'abrogation des lois d'exil, contre la pétition des évêques, contre le pouvoir constituant de l'Assemblée, contre la chute de Thiers au 24 mai, contre le septennat, la loi des maires, l'état de siège, pour les amendements Wallon et Pascal Duprat, et pour l'ensemble des lois constitutionnelles. Candidat aux élections législatives du 20 février 1876 dans l'arrondissement de Mauléon, M. Renaud échoua avec 4,298 voix contre 7,649 à l'élu conservateur, M. Harispe; il se représenta, le 14 octobre 1877, dans l'arrondissement da Bayonne et n'y obtint que 5,778 suffrages contre 10,354 au candidat officiel du cabinet du 16 mai. Le 8 janvier 1882, il fut élu sénateur des Basses-Pyrénées par 408 voix (646 votants). Il suivit à la Chambre haute la même ligne de conduite que précédemment, soutint la politique opportuniste, vota pour la réforme du personnel judiciaire, pour le divorce, etc., et mourut en janvier 1885. Il fut remplacé, le 26 avril suivant, par M. Th. Plantié.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Le Sénat vers 1950
Etat-civil
Né le 12 avril 1812
Décédé le 29 janvier 1885
Profession
Négociant
Département
Basses-Pyrénées
  • Mis à jour le 17 septembre 2014