Allez au contenu, Allez à la navigation

VINCENT Emile

Ancien sénateur de la Côte-d'Or

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 16 février 1936
  • Réélu le 10 janvier 1939
  • Fin de mandat le 21 octobre 1945

Extraits de la table nominative :

1936 , 1937 , 1938 , 1939 , 1940

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

VINCENT (JULES, Emile, OLIVIER), né le 27 juin 1870 à Pierrefontaine-les-Varans (Doubs). Décédé le 20 octobre 1947 à Boymont/Senec (Aisne).

Député de la Côte D'Or de 1910 à 1936.

Sénateur de la Côte D'Or de 1936 à 1941.

Fils d'un brigadier de gendarmerie, Emile Vincent fait de bonne heure connaissance avec la réussite. Poursuivant sans défaillance de solides études essentiellement axées sur les disciplines scientifiques, il devient bientôt professeur à l'école de médecine et de pharmacie de Dijon.

Ses concitoyens devinent vite en lui un homme de qualité ; aussi l'appellent-ils à les représenter. C'est ainsi qu'il devient successivement maire de Voulaines en 1904, conseiller général du canton de Recey-sur-Ource en 1907 et, le 8 mai 1910, député de l'arrondissement de Châtillon-sur-Seine.

Ayant obtenu 4.362 voix au premier tour contre 4.337 à Tenting, député sortant, pratiquement son seul concurrent, sur 9.382 votants, il recueille, au second tour, 5.700 suffrages contre 4.087 à son adversaire, sur 9.895 votants. Son mandat lui sera renouvelé le 10 mai 1914, au deuxième tour, par 5.055 voix contre 4.480 à Montenod, progressiste, sur 9.640 votants, alors qu'il avait recueilli 4.317 suffrages au premier tour; le 16 novembre 1919, alors qu'il arrive en deuxième position sur la liste d'action républicaine et sociale, recueillant 51.664 voix sur 73.705 votants ; le 11 mai 1924 où, se classant au troisième rang des candidats de la liste d'union républicaine et sociale, il est élu au bénéficie de la plus forte moyenne, obtenant 37.133 voix sur 78.879 votants ; le 22 avril 1928, au premier tour, par 6.498 voix sur 12.411 votants ; enfin, le 1er mai 1932, toujours au premier tour, par 6.641 voix sur 11.713 votants.

A la Chambre des députés, sa formation scientifique développée dans le professorat de la pharmacie et de la médecine, trouve vite son emploi dans les questions d'hygiène et d'assistance. Cette même préparation lui permet d'aborder, avec une égale compétence, les problèmes relevant de la chimie agricole. D'autre part, un souci scrupuleux des besoins du Châtillonnais lui confère une autorité spéciale dans les débats relatifs à la protection forestière. Les intérêts généraux de l'agriculture et de la viticulture bourguignonnes ont d'ailleurs en lui un défenseur attentif, documenté.

Ainsi a-t-il l'occasion, lors de la discussion des divers budgets de l'Hygiène et de la Santé publique, de faire une grande impression à la Chambre.

Emile Vincent n'oublie pas sa formation de chimiste. Aussi ne manque-t-il pas d'intervenir dans la discussion des textes concernant la fabrication de l'ammoniaque synthétique ou la production des superphosphates nécessaires à l'agriculture, s'efforçant d'orienter l'industrie vers la fabrication des nitrates afin que la France devienne moins tributaire de l'Amérique du Sud. Il s'emploie encore à la sauvegarde de nos forêts, richesse nationale, s'élevant contre les coupes abusives et les entraves apportées à l'usage des routes et chemins forestiers. Il milite en faveur du tannage à l'écorce de chêne, méthode susceptible d'augmenter la valeur de nos taillis.

Sur le plan de la politique générale, il soutient avec le groupe des indépendants le gouvernement d'union nationale de Poincaré, puis ceux qu'il considère comme ayant la charge de continuer son oeuvre, à savoir les gouvernements de Briand, de Laval et de Tardieu.

Le 16 février 1936, étant alors député radical indépendant, il devient sénateur, élu au premier tour par 609 voix contre 234 à Kuhn, radical-socialiste, et 167 à Guénin, socialiste S.F.I.O. sur 1.010 suffrages exprimés. Il succède ainsi à Montenot, qui avait démissionné le 28 novembre précédent. En compagnie des deux autres sénateurs sortants : Jossot et Chauveau, il sera réélu le 23 octobre 1938, toujours dès le premier tour et en tête de liste, obtenant 719 voix sur 992 suffrages exprimés.

Au Sénat, où il fait partie des commissions de l'enseignement ainsi que de l'hygiène et de la prévoyance sociale, puis, en 1940, de la commission des douanes, il poursuit son inlassable activité dans les domaines qui lui sont familiers. Entre-temps, le 20 octobre 1937, il est devenu vice-président du Conseil général de la Côte D'Or

Le 10 juillet 1940, Emile Vincent vote le projet de loi constitutionnelle accordant les pleins pouvoirs au gouvernement du maréchal Pétain.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

VINCENT (Emile)

Né le 27 juin 1871 à Pierrefontaine-les-Varans (Doubs)

Décédé le 20 octobre 1947 à Bosmont-sur-Serre (Aisne)

Député de la Côte d'Or de 1910 à 1936

Sénateur de la Côte d'Or de 1936 à 1941

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VIII, p. 3195)

Le 10 juillet 1940, Emile Vincent se prononce en faveur du projet de loi constitutionnelle attribuant les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et se retire de la vie publique.

Il meurt le 20 octobre 1947 à Bosmont-sur-Serre à l'âge de 77 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Emile VINCENT, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 27 juin 1871
Décédé le 20 octobre 1947
Profession
Enseignant
Département
Côte-d'Or
  • Mis à jour le 20 août 2014