Allez au contenu, Allez à la navigation

BEAUVAIS Jacques

Ancien sénateur de l'Aisne

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 novembre 1948
  • Fin de mandat le 19 juin 1955 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

1949 , 1950 , 1951 , 1952 , 1953 , 1954 , 1955

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

BEAUVAIS (Jacques)

Né le 14 décembre 1902 à Maubeuge (Nord)

Décédé le 12 juin 1981 à Saint-Quentin (Aisne)

Sénateur de l'Aisne de 1948 à 1955

Fils de Georges Beauvais, important industriel du tissage, Jacques Beauvais naît dans le Nord, mais fait toutes ses études à Paris.

Elève du lycée Jeanson-de-Sailly, de l'école libre des sciences politiques et de la faculté de droit, il s'installe à St-Quentin pour y exercer les fonctions d'avocat, après l'obtention de son doctorat en droit. Sa réussite professionnelle alliée à l'estime de ses pairs le conduisent à devenir bâtonnier du barreau de St-Quentin.

En 1948, porté par ses nombreux succès, le RPF présente aux sénatoriales une liste dont les trois membres remportent au deuxième tour les trois sièges à pourvoir dans l'Aisne.

Jacques Beauvais est ainsi élu au deuxième tour avec 767 voix sur 1 507 suffrages exprimés.

Au Conseil de la République, il siège aux commissions des affaires économiques, des douanes et des conventions commerciales, et à la Commission de la justice. Il s'inscrit au groupe indépendant d'Action Républicaine et Sociale, rattaché au groupe des Républicains Indépendants.

Dès sa première année de mandat, ses qualités de juriste le conduisent à rapporter en séance publique, au nom de la Commission des affaires économiques, un projet de loi relatif aux infractions à la législation économique et, au nom de la Commission de la justice, un projet de loi sur la prorogation du terme statutaire de certaines sociétés. Il défend, à cette occasion, une conception libérale de l'activité économique.

En 1950, il poursuit dans cette voie en demandant la limitation des réquisitions et rapporte, pour la Commission des affaires économiques, la proposition de loi tendant à la prorogation du mandat du Conseil économique.

En 1953, il s'oppose à la proposition de loi relative au traitement des alcooliques et rapporte, pour la Commission de la justice, celle portant réglementation de la profession d'avocat ; cette discussion lui donne l'occasion d'exposer les enseignements qu'il a tirés de ses fonctions de bâtonnier ; l'année suivante, toujours au nom de la Commission de la justice, il rapporte encore deux projets de loi sur la vente des fonds de commerce, et sur les annonces judiciaires et légales.

Aux sénatoriales de juin 1955, sa liste, identique à celle de 1948, mais présentée cette fois par le CNIP et le RGR, n'obtient aucun élu. Il reprend ses fonctions d'avocat à St-Quentin, où il meurt le 12 juin 1981.

BEAUVAIS (Jacques)

Né le 14 décembre 1902 à Maubeuge (Nord)

Décédé le 12 juin 1981 à Saint-Quentin (Aisne)

Sénateur de l'Aisne de 1948 à 1955

Fils de Georges Beauvais, important industriel du tissage, Jacques Beauvais naît dans le Nord,

mais fait toutes ses études à Paris.

Elève du lycée Jeanson-de-Sailly, de l'école libre des sciences politiques et de la faculté de droit, il s'installe à St-Quentin pour y exercer les fonctions d'avocat, après l'obtention de son doctorat en droit. Sa réussite professionnelle alliée à l'estime de ses pairs le conduisent à devenir bâtonnier du barreau de St-Quentin.

En 1948, porté par ses nombreux succès, le RPF présente aux sénatoriales une liste dont les trois membres remportent au deuxième tour les trois sièges à pourvoir dans l'Aisne.

Jacques Beauvais est ainsi élu au deuxième tour avec 767 voix sur 1 507 suffrages exprimés. Au Conseil de la République, il siège aux commissions des affaires économiques, des douanes

et des conventions commerciales, et à la Commission de la justice. Il s'inscrit au groupe

indépendant d'Action Républicaine et Sociale, rattaché au groupe des Républicains

Indépendants.

Dès sa première année de mandat, ses qualités de juriste le conduisent à rapporter en séance publique, au nom de la Commission des affaires économiques, un projet de loi relatif aux infractions à la législation économique et, au nom de la Commission de la justice, un projet de loi sur la prorogation du terme statutaire de certaines sociétés. Il défend, à cette occasion, une conception libérale de l'activité économique.

En 1950, il poursuit dans cette voie en demandant la limitation des réquisitions et rapporte, pour la Commission des affaires économiques, la proposition de loi tendant à la prorogation du mandat du Conseil économique.

En 1953, il s'oppose à la proposition de loi relative au traitement des alcooliques et rapporte, pour la Commission de la justice, celle portant réglementation de la profession d'avocat ; cette discussion lui donne l'occasion d'exposer les enseignements qu'il a tirés de ses fonctions de bâtonnier ; l'année suivante, toujours au nom de la Commission de la justice, il rapporte encore deux projets de loi sur la vente des fonds de commerce, et sur les annonces judiciaires et légales.

Aux sénatoriales de juin 1955, sa liste, identique à celle de 1948, mais présentée cette fois par le CNIP et le RGR, n'obtient aucun élu. Il reprend ses fonctions d'avocat à St-Quentin, où il meurt le 12 juin 1981.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jacques BEAUVAIS,
Appartenance politique
Groupe du Rassemblement du Peuple Français
Etat-civil
Né le 14 décembre 1902
Décédé le 12 juin 1981
Profession
Avocat
Département
Aisne