Allez au contenu, Allez à la navigation

HÉBERT Marcel

Ancien sénateur de l'Orne

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 novembre 1948
  • Fin de mandat le 18 mai 1952 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

1949 , 1950 , 1951 , 1952

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

HÉBERT (Marcel)

Né le 3 avril 1894 à Paris

Décédé le 11 février 1973 à Paris

Conseiller de la République, puis Sénateur de l'Orne de 1948 à 1952

Né à Paris le 3 avril 1894 d'une famille originaire de Normandie, Marcel Hébert après de solides études secondaires obtient, en 1913, le diplôme d'ingénieur de l'Ecole nationale des Arts et Métiers de Châlons dans la Marne.

Mobilisé le 3 septembre 1914 au 13e Régiment d'Infanterie, il est versé peu après dans une compagnie de transport-auto en raison de sa formation technique et du fait, rare à l'époque, qu'il possède son permis de conduire.

Au cours de l'hiver 1914, alors qu'il se trouve sur le front de Belgique, il a l'occasion d'assister aux exploits des fusiliers marins. Il demande alors à être versé dans leur formation d'automitrailleuse. Mais il est affecté aux auto-canons dans l'artillerie antiaérienne. Muté par la suite à la 12e section d'auto-canons qui expérimente les nouvelles méthodes de tir contre les avions, il est promu sous-lieutenant en 1917.

Au début de 1918, il est affecté, à sa demande, dans l'aviation en qualité d'élève pilote.

Breveté pilote en mai 1918, il part aussitôt dans une escadrille de Spads, se spécialisant dans le vol à basse-altitude. Le 9 août, lors d'une mission, les mitrailleuses allemandes ont raison de son avion et il est gravement blessé.

Ramené à Paris afin d'y être opéré, il rejoint peu après son escadrille dans la région de Saint-Quentin. C'est au cours d'une nouvelle mission, aux confins de la frontière belge, au nord de Hirson, dans l'Aisne, qu'il apprend l'armistice. Démobilisé, il entre dans l'aviation civile comme commandant en second du port aérien du Bourget puis devient chef du port aérien de Lyon, puis d'Orly.

Quittant l'aviation civile, Marcel Hébert s'occupe de représentation industrielle dans le Nord, alors en pleine reconstruction. En 1923, il fonde un garage à Houdan et six années plus tard, il s'installe à Alençon dans la même profession qu'il exercera jusqu'en 1959.

En 1930, il participe à la création de l'aéro-club de l'Orne dont il devient président, en 1939.

Mobilisé dès le 26 août 1939, il est affecté comme pilote d'avion estafette dans un état-major de l'armée de l'air, puis regagne Alençon, en août 1940, accordant immédiatement sa confiance au général de Gaulle qu'il recevra ainsi que le général Leclerc à l'hôtel de ville lorsqu'il sera maire de la ville.

Il s'engage alors dans les Forces Françaises Libres et fait partie d'un réseau de renseignements, placé sous l'autorité du colonel Rémy. Il est nommé chef de l'unité Combat-renseignements à Alençon, en mai 1943, avec le grade de capitaine sous le pseudonyme de Simon Grivel.

Démasqué par la Gestapo, il est arrêté le 20 février 1944, gardé quelque temps à la caserne Bonet à Alençon, puis interné à Fresnes, ensuite déporté en Allemagne, dans la région de Sarrebrück, et enfin à Buchenwald.

Gravement malade, il est rapatrié en France le 22 avril 1945.

Dès son rétablissement, il est élu conseiller municipal puis maire-adjoint puis maire d'Alençon, fonction qu'il exercera du 19 octobre 1947 au 22 mars 1959. Pendant onze ans et demi, il marque sa ville de son empreinte et donne le coup d'envoi de grands équipements.

Il est élu au Conseil de la République le 7 novembre 1948, sous l'étiquette du Rassemblement du Peuple Français (RPF), mouvement dont il est le responsable pour l'Orne. Membre de la Commission des moyens de communication et des transports et de la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre, il prend part au cours de ses quatre années de mandat aux principaux débats sur la politique de relance économique, en particulier dans le domaine des carburants. Marcel Hébert participe également en octobre 1950 à la discussion de la proposition de résolution tendant à instituer l'assurance obligatoire des véhicules automobiles et devient membre en janvier 1952 de la Commission de gestion du fonds d'investissement routier.

Aux élections de mai 1952, Marcel Hébert est battu par René Laniel, frère de l'ancien président du Conseil. Désormais sans mandat national, il se consacre à son action politique locale. D'avril 1955 à juin 1961, il est conseiller général du canton d'Alençon-Est.

Sa candidature infructueuse aux élections législatives de 1958 marque un arrêt dans sa carrière politique. L'année suivante, il décide de renoncer progressivement à tous ses mandats électifs. Il ne se représente pas aux élections municipales du printemps 1959 et se retire du Conseil général deux ans plus tard.

Commandeur de la Légion d'honneur, Marcel Hébert est titulaire des Croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945 ainsi que de la Médaille de la Résistance pour « services de guerre exceptionnels ». Il est le père de l'ingénieur Jean Hébert qui pilota et mit au point la voiture à turbine française : « L'étoile filante ».

Il décède, à Paris, le 11 février 1973, à l'âge de 79 ans. Ses obsèques sont célébrées en l'église Saint-Paul, dans le quartier du Marais, à Paris, où il s'était marié. Il repose au cimetière de Levallois-Perret.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Marcel HÉBERT,
Appartenance politique
Groupe du Rassemblement du Peuple Français
Etat-civil
Né le 3 avril 1894
Décédé le 11 février 1973
Profession
Ingénieur des Arts et Métiers
Département
Orne