Allez au contenu, Allez à la navigation

JARRIE Fernand

Ancien sénateur du Gard

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

JARRIÉ (Fernand)

Né le 10 juillet 1899 à Bagnols-sur-Cèze (Gard)

Décédé le 2 juillet 1996 à Bagnols-sur-Cèze

Conseiller de la République du Gard de 1946 à 1948

Quand la France appelle ses jeunes gens au front, Fernand Jarrié n'a que dix-sept ans et apprend le métier de boulanger. A son retour du combat, il séjourne dans les colonies pendant quelques années. Puis il revient dans sa ville natale de Bagnols-sur-Cèze où il installe un commerce de biscuits qui, en 1939, devient une biscuiterie. Femand Jarrié se lance alors dans une vie publique dans laquelle il cumule les fonctions de vice-président du syndicat des biscuitiers du Gard, de conseiller municipal de Bagnols-sur-Cèze, à partir de 1945, et de vice-président fédéral du MRP dans le Gard.

Le MRP, qui compte Femand Jarrié parmi ses militants les plus fidèles, le présente en décembre 1946 comme candidat au Conseil de la République, élections dont il sort victorieux. Sa carrière n'y sera que de deux courtes années. Néanmoins, il y est reconnu par ses pairs qui le désigneront plusieurs fois comme rapporteur.

Femand Jarrié n'aura de cesse de défendre les travailleurs, ouvriers ou paysans, lui qui est issu d'une famille ouvrière où on lui a enseigné la vertu du travail. En 1947, il est logiquement nommé membre de la Commission du travail et de la sécurité sociale et de la Commission supérieure de la caisse nationale d'assurance en cas d'accidents. Cette même année, il dépose une proposition de résolution invitant le gouvernement à indemniser les agriculteurs victimes de la grêle et des orages dans la département du Gard.

L'Organisation internationale du travail, dont les nombreuses sessions ont lieu à Genève, a adopté plusieurs conventions que le Président de la République française peut désormais ratifier. Des projets de loi acceptés par l'Assemblée Nationale sont en débat au Conseil de la République. La Commission du travail a chargé Fernand Jarrié d'être rapporteur sur ces questions : réparation des maladies professionnelles, assurance-maladie des travailleurs de l'industrie et du commerce ainsi que des gens de maison. En 1948, Fernand Jarrié se fait à nouveau le porte-parole des travailleurs lorsqu'il propose une résolution poussant le gouvernement à améliorer la politique céréalière et lorsqu'il intervient en faveur de la formation professionnelle.

Fernand Jarrié n'oublie pas que ces ouvriers et paysans ont une tâche d'autant plus difficile qu'ils travaillent dans une France qu'il faut rebâtir et dont les ressources sont amoindries. On le voit ainsi intervenir dans la discussion du projet de loi autorisant un prélèvement exceptionnel afin de lutter contre l'inflation, menace majeure dans la France de l'après-guerre. Il est nommé, en 1948, membre de la Commission du ravitaillement, et en cette qualité peut intervenir sur l'épineuse question de la coopération économique entre la France et les États-Unis.

Malgré sa défaite aux élections de novembre 1948, la carrière politique de Fernand Jarrié ne s'achève pas. Il retrouve sa région et devient, dans les années soixante et soixante-dix, conseiller général du Gard (de 1964 à 1976) et premier adjoint au maire de Bagnols-sur-Cèze (de 1965 à 1971). Fernand Jarrié meurt le 2 juillet 1996 dans sa ville natale de Bagnols-sur-Cèze, à la veille de ses 97 ans.

JARRIÉ (Fernand)

Né le 10 juillet 1899 à Bagnols-sur-Cèze (Gard)

Décédé le 2 juillet 1996 à Bagnols-sur-Cèze (Gard)

Conseiller de la République du Gard de 1946 à 1948

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome III, p. 387-388)

Battu aux élections sénatoriales du 7 novembre 1948, Fernand Jarrié conserve son mandat de conseiller municipal de Bagnols-sur-Cèze jusqu'en 1971, et de conseiller général du Gard jusqu'en 1976.

Âgé de 77 ans, il se retire de la vie politique et décède quelques jours avant son 97e anniversaire.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Fernand JARRIE,
Appartenance politique
Groupe du Mouvement Républicain Populaire
Etat-civil
Né le 10 juillet 1899
Décédé le 2 juillet 1996
Profession
Boulanger
Département
Gard