Allez au contenu, Allez à la navigation

JAYR René

Ancien sénateur de l'Aveyron

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

JAYR (René)

Né le 6 juin 1900 à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron)

Décédé le 15 avril 1980 à Villefranche-de-Rouergue

Conseiller de la République de l'Aveyron de 1946 à 1948.

René Jayr ne quitte son pays aveyronnais et plus précisément rouergat que pour ses études qu'il fait au collège Stanislas à Paris. Mais il revient rapidement sur les terres de son grand-père, pendant la guerre, où l'on a d'autant plus besoin de lui que son père vient de tomber au combat et que son frère aîné s'est engagé dans les troupes françaises. C'est son grand-père, le poète agrarien Charles de Pomayrols qui prend en main son éducation, l'amène jusqu'au baccalauréat et lui transmet cet amour de la terre.

En tant que propriétaire exploitant, René Jayr connaît les difficultés qui se présentent aux paysans et ne cessera de défendre avec vigueur leurs intérêts. En 1924, il est élu conseiller municipal de Villefranche-de-Rouergue. L'UNSA (Union nationale des syndicats agricoles) le désigne secrétaire départemental puis président départemental jusqu'en 1939. Il devient ensuite délégué cantonal adjoint de la CGA (Confédération générale de l'agriculture) et président de la mutualité agricole de l'Aveyron. René Jayr est un personnage d'autant plus respecté dans sa région qu'il s'engage par deux fois pendant la deuxième guerre mondiale : en 1939, dans la première armée jusqu'à l'armistice et en 1944, où refusant le syndicalisme de Vichy, il prend part à la Résistance au sein du Front national.

Toutes ces responsabilités locales et sa glorieuse participation à la Libération en font pour le MRP auquel il est rattaché, un candidat idéal pour les élections sénatoriales de décembre 1946. Le 3 décembre 1946, Le Pays, journal rouergat, titre à propos de René Jayr : « enfin un vrai candidat paysan » pour les élections sénatoriales. C'est en effet l'atout majeur de René Jayr que d'être véritablement issu du monde paysan car il peut prétendre défendre « les deux classes laborieuses » : celle des paysans et celle des ouvriers. « Pour lui, poursuit Le Pays, travail, effort et fatigue ont un vrai sens ».

Elu conseiller de la République, René Jayr tient son engagement et défend auprès de ses pairs les revendications des paysans. En 1947, il est nommé membre de la Commission de l'agriculture et de la Commission de la France d'outre-mer. Il intervient d'abord dans une discussion sur la proposition de loi qui vise à encourager la culture du blé et du seigle par l'établissement d'une prime à l'hectare pour les récoltes à venir de 1947 et 1948. Il s'intéresse également à la réglementation du travail dans les professions agricoles. La Commission de l'agriculture le désigne en 1948 comme rapporteur afin de réagir en son nom à une proposition de loi invitant le gouvernement à améliorer la politique céréalière. Ses interventions pour défendre les agriculteurs sont nombreuses et concrètes. Preuve en est l'importante question qu'il pose au ministre de l'agriculture à propos de la ficelle lieuse, indispensable au bon déroulement des moissons. Les agriculteurs manquent en effet de cette précieuse ficelle lieuse et alors même que le gouvernement leur avait promis d'en envoyer un contingent, certaines régions manquent du tiers et parfois de la moitié de cet envoi. Le marché noir en revanche se développe et vend des pelotes jusqu'à trois fois le prix normal. René Jayr attire donc l'attention du ministre sur ce phénomène et lui demande de remplir ses engagements, d'enquêter et de sanctionner les protagonistes du marché noir. Pierre Pfimlin, alors ministre de l'agriculture, répondra à cette question.

Même si René Jayr intervient par deux fois sur l'avenir des territoires d'outre-mer et notamment sur l'application de la Constitution et l'élection des députés dans ces territoires, l'essentiel de ses préoccupations touche au monde rural. C'est là qu'est sa véritable vocation. Quand en 1948, il n'est pas réélu au Sénat, il s'empresse d'ailleurs de reprendre la direction de son exploitation.

Il meurt le 15 avril 1980 dans sa commune natale de Villefranche-de-Rouergue.

JAYR (René)

Né le 6 juin 1900 à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) Décédé le 15 avril 1980 à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron)

Conseiller de la République de l'Aveyron de 1946 à 1948

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome IV, p. 391-392)

Battu aux élections sénatoriales de 1948, René Jayr reprend la direction de son exploitation agricole. Il meurt à l'âge de 79 ans. Une rue porte son nom à Villefranche-de-Rouergue.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. René JAYR,
Appartenance politique
Groupe du Mouvement Républicain Populaire
Etat-civil
Né le 26 juin 1900
Décédé le 15 avril 1980
Profession
Exploitant agricole
Département
Aveyron