Allez au contenu, Allez à la navigation

LEGEAY Adolphe

Ancien sénateur de la Seine-et-Marne

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

LEGEAY (Adolphe)

Né le 22 septembre 1901 à Combrée (Maine-et-Loire)

Décédé le 3 mars 1985 à Saint-Jean-du-Falga (Ariège)

Conseiller de la République de Seine-et-Marne de 1946 à 1948

Ajusteur outilleur de profession, Adolphe Legeay a d'abord une activité syndicale comme membre du syndicat de la métallurgie, avant de s'intéresser plus directement à la politique, en 1936, en devenant le secrétaire d'un député.

Ce début de carrière est interrompu par la seconde guerre mondiale. Il est en effet mobilisé dès 1939. Capturé par les Allemands en 1940, il s'évade de sa prison en sauvant trois camarades en même temps que lui. Rentré à Chelles après la signature de l'armistice, il réorganise la section communiste de cette ville et procède à la diffusion de l'appel de Jacques Duclos et Maurice Thorez pour lutter contre l'envahisseur. Arrêté par la Gestapo, il est envoyé au camp d'Aincourt puis il s'évade à nouveau afin de rejoindre les rangs des Francs-Tireurs et Partisans. Les Brigades Spéciales le retrouvent et le livrent aux Allemands qui le torturent. Mais cette abominable épreuve n'est pas la dernière du calvaire vécu par Adolphe Legeay pendant ces années. Un tribunal allemand le condamne à mort en 1944. Il est alors déporté et interné au camp de Neuengamme. Il s'échappe miraculeusement de la colonne humaine qui va tout droit à la mort et est délivré peu de temps après par les troupes anglaises. A son retour, il obtient la légion d'honneur et la croix de guerre avec pal mes pour services exceptionnels pendant la Résistance.

Comprenant le courage et la valeur de cet homme hors du commun, les communistes l'inscrivent sur la liste qu'ils présentent aux élections au Conseil de la République de 1946. Il y est élu le 8 décembre 1946 pour représenter ses concitoyens de Seine-et-Marne.

Nommé membre de la commission de la défense nationale et de la commission de la presse, de la radio et du cinéma, Adolphe Legeay a une activité parlementaire dense même si elle ne dure que deux années. Il consacre, dans ses interventions, une large place à la vie rurale. Ainsi, en 1947, il dépose une proposition de résolution pour que le Conseil de la République discute la réglementation du temps de travail et le repos hebdomadaire dans les professions agricoles. Le ravitaillement surtout mobilise son énergie afin de rendre la répartition équitable. Il intervient notamment en faveur du ravitaillement des non-producteurs des localités rurales, qui ne profitent pas d'une production vivrière comme les agriculteurs propriétaires. Dans la même lignée, il dépose un amendement pour faire bénéficier les enfants des campagnes des suppléments dont bénéficient les enfants des villes. Il intervient encore pour réprimer les manoeuvres tendant à faire obstacle à la collecte des denrées.

Outre cet intérêt porté à la vie des ruraux et se souvenant de sa propre expérience de soldat pendant la guerre, il est favorable aux permissions spéciales pour les soldats agriculteurs et s'intéresse au budget militaire, à l'appel sous les drapeaux et aux crédits militaires. Il se manifeste également sur des sujets comme la réorganisation des transports parisiens ou les facilités accordées aux chauffeurs de taxi. Enfin, en tant que membre de la commission chargée du cinéma, il intervient sur les crédits accordés au festival de Cannes, sur l'aide temporaire à l'industrie cinématographique et dépose un amendement en faveur d'une taxe de 25 % pour les films étrangers doublés en français.

L'activité parlementaire d'Adolphe Legeay laisse entrevoir la variété de ses centres d'intérêt ainsi que les nombreuses idées qu'il parvient à faire accepter par ses collègues. Toutefois, comme nombre de ses collègues communistes, il n'est pas réélu lors des élections du 7 novembre 1948.

Il meurt le 3 mars 1985 en Ariège à l'âge de 83 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Adolphe LEGEAY,
Appartenance politique
Groupe Communiste
Etat-civil
Né le 22 septembre 1901
Décédé le 3 mars 1985
Profession
Ajusteur outilleur
Département
Seine-et-Marne