Allez au contenu, Allez à la navigation

MERMET-GUYENET Gustave

Ancien sénateur de l'Ain

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

MERMET-GUYENET (Gustave)

Né le 15 août 1885 à Oyonnax (Ain)

Décédé le 4 février 1963 à Oyonnax

Conseiller de la République de l'Ain de 1946 à 1948

Natif de l'Ain, Gustave Mermet-Guyenet est fabricant de peignes. Au titre de ces activités professionnelles, il appartient au bureau de la chambre syndicale des fabricants de peignes de 1901 à 1914. Il préside également le conseil de perfectionnement de l'école nationale des matières plastiques et conseiller de l'enseignement technique.

Blessé lors de la première guerre mondiale, au cours de laquelle il avait servi comme sergent tirailleur, Gustave Mermet-Guyenet débute sa carrière politique au niveau local après le conflit. Il entre au conseil municipal d'Oyonnax en 1919 et y reste jusqu'en 1939. De 1920 à 1939, il est adjoint au maire. Il fonde l'harmonie populaire municipale d'Oyonnax qu'il préside, ainsi que diverses sociétés locales. En 1920, il rejoint le parti communiste français puis deviendra président de l'association des élus communistes de l'Ain. Déjà plein de convictions politiques précoces, Gustave Mermet-Guyenet avait fondé le groupe de la Jeunesse socialiste en 1899 à l'âge de 14 ans.

Durant la seconde guerre mondiale, Gustave Mermet-Guyenet est révoqué puis interné politique en 1942-1943 à Saint Paul d'Eygeaux (Haute-Vienne). Le 14 décembre 1943, lors des « massacres d'Oyonnax », il échappe de justesse à la Gestapo venue pour le fusiller. Il est réintégré à la mairie par la Résistance en juillet 1945. Il est alors choisi pour être maire de sa ville libérée jusqu'aux premières élections municipales. Il représente le parti communiste au comité départemental de la Libération.

En 1946, le PCF demande à Gustave Mermet-Guyenet d'être candidat pour les premières élections au Conseil de la République. Au Palais du Luxembourg, Gustave Mermet-Guyenet, qui a adhéré au groupe communiste, est nommé membre de la commission des affaires économiques, des douanes, des conventions commerciales, ainsi que de la commission des pensions et de la commission du ravitaillement. Ses interventions portent sur un abattement pour les victimes de guerre, sur le prélèvement exceptionnel visant à lutter contre l'inflation. En 1948, à propos des travaux publics, Gustave Mermet-Guyenet souligne la lenteur des travaux de reconstruction du viaduc de Bourg-en-Bresse à Bellegarde. Il intervient également sur les effectifs de l'enseignement technique et sur le statut juridique des centres techniques industriels.

Aux élections du 7 novembre 1948, il est battu alors qu'il se présentait sur la liste d'union républicaine et résistante qui n'obtient aucun élu. Il sera également candidat, sans plus de succès, à l'élection partielle du 21 octobre 1951, provoquée par l'élection à l'Assemblée nationale de Jean Saint-Cyr, sénateur radical, et à l'élection du 19 juin 1955, à laquelle il se présente sur la liste de défense ouvrière et paysanne et l'union démocratique présentée par le parti communiste.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Gustave MERMET-GUYENET,
Appartenance politique
Groupe Communiste
Etat-civil
Né le 15 août 1883
Décédé le 4 février 1963
Profession
fabricant de peignes
Département
Ain