Allez au contenu, Allez à la navigation

PREVOST Pierre

Ancien sénateur de la Haute-Garonne

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

PREVOST (Pierre)

Né le 13 août 1901 à Roques (Haute-Garonne)

Décédé le 12 avril 1990 à Toulouse (Haute-Garonne)

Conseiller de la République de Haute-Garonne de 1946 à 1948

Après ses études, Pierre Prévost entre à la SNCF le 3 juillet 1920 comme homme d'équipe. Cheminot, puis brigadier-reconnaisseur à la SNCF, il passe la quasi-totalité de sa carrière en poste à la gare de Toulouse.

Membre du parti communiste depuis 1920, Pierre Prévost a toujours appartenu à l'organisation syndicale de la CGT, mais sans occuper de fonction au sein du bureau.

Après la seconde guerre mondiale, candidat malheureux aux deux élections à l'Assemblée nationale constituante et aux élections législatives, il est élu le 8 décembre 1946 au Conseil de la République, sur une liste communiste, pour représenter son département de Haute-Garonne. Il y rejoint le groupe communiste.

Au Conseil, il siège en 1946-1947 à la commission de l'agriculture, en 1948 à la commission de la défense nationale, et lors de ces deux sessions à la commission des moyens de communication et des transports.

Ses interventions à la tribune du Conseil de la République concernent essentiellement les transports et les questions budgétaires.

Lors de la session 1946-1947, il intervient dans les discussions du budget de l'agriculture et du budget de la production industrielle. Il prend également part à la discussion du projet de loi tendant à la défense de la République, lors de laquelle il dépose un amendement visant à éviter toute limitation de l'exercice du droit de grève.

L'année suivante, en 1948, il prend part aux discussions concernant l'ouverture de crédits sur l'exercice 1947, le redressement économique et financier, la création de ressources nouvelles, et l'évaluation des voies et moyens du budget général de l'exercice 1948.

Concernant les transports, il intervient lors des débats portant sur la réorganisation des transports de voyageurs dans la région parisienne, sur l'institution de la compagnie nationale Air France, ou encore sur le statut provisoire de la SNECMA. Il prend également part à la discussion du projet de loi portant reclassement de la fonction publique et amélioration de la situation des victimes de guerre.

En 1948, il dépose un rapport au nom de la commission des moyens de communication et des transports, sur la proposition de résolution invitant le gouvernement à prendre les mesures indispensables pour la reconstruction de la ligne de chemin de fer Amélie-les-bains à Arles-sur-Tech.

Il se représente le 7 novembre 1948 sur la liste d'union républicaine et résistante. Celle-ci n'obtenant aucun élu, il quitte le Palais du Luxembourg.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Pierre PREVOST,
Appartenance politique
Groupe Communiste
Etat-civil
Né le 13 août 1901
Décédé le 12 avril 1990
Profession
Employé S.N.C.F.
Département
Haute-Garonne