Allez au contenu, Allez à la navigation

PUJOL Pierre

Ancien sénateur de la Seine-et-Oise

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Réélu le 7 novembre 1948
  • Fin de mandat le 18 mai 1952 (Ne se représente pas)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

PUJOL Pierre

Né le 1er janvier 1900 à Toulouse (Haute-Garonne).

Décédé le 7 mars 1966 à Saint-Cloud (Seine-et-Oise)

Conseiller de la République puis sénateur de Seine-et-Oise de 1946 à 1952.

Né avec le siècle le 1er janvier 1900, Pierre Pujol fait ses études aux facultés de lettres de Toulouse et de Paris. Devenu professeur agrégé, il enseigne au lycée de Chartres puis au lycée Hoche de Saint-Cloud.

Il entre très jeune dans la vie politique : il devient conseiller municipal de Meaux en 1929. Il est également maire adjoint de la ville de Saint-Cloud d'octobre 1944 à mai 1945.

Il entre au Conseil de la République le 8 décembre 1946, élu sur la liste présentée par la SFIO en Seine-et-Oise, et y sera réélu lors des élections du 7 novembre 1948.

Au Conseil, il siège durant ses deux mandats à la commission du travail et de la sécurité sociale, ainsi qu'à la commission de l'éducation nationale, des beaux-arts, des sports, de la jeunesse et des loisirs, dont il est vice-président en 1951 et 1952.

En raison de son statut de professeur, il prend une part active aux travaux du Conseil sur l'éducation nationale ; ses rapports et ses interventions sur ce thème sont très nombreux. Il dépose ainsi, dès 1946-47, un rapport sur le projet de loi relatif à la conservation du souvenir du débarquement en Normandie, ainsi qu'une proposition de résolution demandant au gouvernement la suspension du projet de réduction des dépenses de l'éducation nationale.

L'année suivante, il dépose une proposition de résolution et un rapport tendant au reclassement du personnel enseignant de l'école des langues orientales et de l'école des chartes. Il demande également au gouvernement de ne pas augmenter les droits d'examen pour l'année 1948. En 1949, il dépose encore une proposition de résolution tendant à faire supporter par l'Etat, et non par les communes, les dépenses d'entretien des établissements publics du second degré, et un rapport sur la création d'une cité internationale de l'astronomie.

En 1950, Pierre Pujol dépose deux rapports au nom de la commission de l'éducation nationale sur la proposition de résolution de Michel Debré tendant à la suppression du baccalauréat, et un rapport en 1951 au sujet du statut du personnel remplaçant de l'enseignement du premier degré.

Ses interventions en séance publique sur ce sujet portent notamment sur le paiement des heures supplémentaires dans l'enseignement (1946-47), le statut de la formation professionnelle, les écoles privées des houillères nationales, le financement des constructions scolaires (1948), le statut des centres d'apprentissage, les publications destinées à la jeunesse (1949), l'enseignement des langues et des dialectes locaux, la modification des programmes d'histoire et géographie (1950), les dates des vacances scolaires, la sécurité sociale des étudiants, ou encore l'enseignement primaire obligatoire en Afrique française (1951).

Pierre Pujol s'est tout autant intéressé aux questions budgétaires touchant à l'enseignement, en prenant part aux discussions sur le budget de l'éducation nationale (1946-47, 1949, 1950 et 1951).

Membre de la commission du travail et de la sécurité sociale, Pierre Pujol n'a pas délaissé ces questions et est intervenu à plusieurs reprises, comme lors des débats sur l'organisation administrative de la sécurité sociale, sur l'élection des membres des conseils d'administration des organismes de sécurité sociale, ou sur les accidents du travail dans les professions non agricoles (1946-47 et 1950), sur l'extension des assurances sociales aux étudiants (1948) ou aux écrivains non salariés (1949), mais aussi sur le relèvement du taux de l'allocation aux aveugles et grands infirmes (1948) et des taux des allocations et pensions de la sécurité sociale (1949).

Concernant sa circonscription, Pierre Pujol est intervenu à plusieurs reprises en faveur de ses électeurs, pour apporter de l'aide aux victimes de la catastrophe de Rueil-Malmaison en 1946-47, pour la réorganisation des transports de voyageurs en région parisienne (1948), et pour le transfert des bancs d'essai de moteurs d'avion, nuisance pour les riverains de Seine-et-Oise (1949).

Enfin, il s'est intéressé à des débats importants du Conseil, comme la discussion du projet de loi portant statut organique de l'Algérie en 1946-47, et celle du projet de loi relatif aux loyers en 1948. Il fut enfin rapporteur du 3° bureau sur l'élection par l'Assemblée nationale du représentant des citoyens français résidant en Indochine (1948).

Son mandat prit fin le 21 juin 1952, Pierre Pujol ne s'étant pas représenté.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Pierre PUJOL,
Appartenance politique
Groupe de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines
Etat-civil
Né le 1er janvier 1900
Décédé le 7 mars 1966
Profession
Professeur agregé
Département
Seine-et-Oise