Allez au contenu, Allez à la navigation

SAHOULBA Gontchomé

Ancien sénateur du Tchad

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 9 décembre 1951
  • Réélu le 19 juin 1955
  • Fin de mandat le 15 juillet 1959 (Cessation de mandat en application de l'ordonnance n°58-974 du 17 octobre 1958, relative au fonctionnement provisoire des pouvoirs publics)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

SAHOULBA (Gontchomé)

Né le 16 octobre 1916 à Léré (Tchad)

Décédé en novembre 1963

Sénateur du Tchad de 1951 à 1959

Sultan des Moundangs, Gontchomé Sahoulba est né en 1916 au Tchad.

Après des études primaires effectuées comme boursier à l'école de Fort-Lamy, il est en 1931 secrétaire dactylographe à l'intendance militaire du Tchad puis chef du canton de Léré à partir de 1946. Il exerce également plusieurs activités professionnelles comme commerçant, transporteur, propriétaire agriculteur et éleveur.

Alors membre du conseil représentatif du Tchad, il se présente le 30 janvier 1947 aux élections au Conseil de la République pour le deuxième collège. Cependant n'ayant obtenu que 5 voix des 20 suffrages exprimés au premier tour du scrutin, il n'est pas élu. C'est à l'occasion de l'élection sénatoriale partielle du 9 décembre 1951 destinée à pourvoir au remplacement de Mohamed Béchir Sow, élu à l'Assemblée nationale, qu'il opère son entrée au palais du Luxembourg comme candidat d'Union Démocratique Tchadienne et du RPF.

A son arrivée au Conseil de la Répulique, Gontchomé Sahoulba adhère d'abord au groupe du Rassemblement d'Outre-Mer, au sein duquel il siège à l'intergroupe du RPF, puis se rattache au groupe des Indépendants d'Outre-Mer. Au cours de ses mandats, il est nommé aux commissions de la France d'outre-mer (1952-1958), du travail et de la sécurité sociale (1953-1958), de la famille (1955-1958) et de la justice (1955-1958).

N'ayant recours à aucun des instruments du contrôle et de l'initiative parlementaires, il intervient cependant le 7 juin 1956 dans la discussion du projet de loi-cadre relatif au territoires d'outre-mer pour notamment demander « au gouvernement de la République d'étendre à tous ses enfants les même droits, afin de resserrer les liens entre la métropole et l'outre-mer ».

Reconduit entre-temps à son siège de sénateur du Tchad lors des élections du 19 juin 1955 par 16 voix sur 31 suffrages exprimés, Gontchomé Sahoulba se prononce en faveur des pleins pouvoirs et approuve la révision constitutionnelle les 2 et 3 juin 1958. Alors inscrit au groupe de l'Union Démocratique et Socialiste de la Résistance et du Rassemblement Démocratique Africain et membre de la commission des affaires culturelles, il conserve son mandat jusqu'au 15 juillet 1959.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Gontchomé SAHOULBA,
Appartenance politique
Groupe du Rassemblement d'Outre-Mer (Ratt. RPF) (Ratt. RS en 1955)
Etat-civil
Né le 16 octobre 1916
Décédé le 3 novembre 1963
Profession
Sultan des Moundangs
Département
Tchad