Allez au contenu, Allez à la navigation

SAUNIER Claire

Ancien sénateur élu(e) par l'Assemblée Nationale

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elue le 19 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Ne se représente pas)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

SAUNIER Claire

Née le 6 avril 1908 à Paris

Décédée le 26 mars 1998 à Paris 14ème

Conseiller de la République élue par l'Assemblée nationale de 1946 à 1948

Claire Saunier, après des études primaires et secondaires, prépare les certificats de licences de psychologie, de pédagogie et de droit, sans toutefois passer les examens ; après des études supérieures à l'école normale des Batignolles, elle passe son brevet supérieur et devient institutrice. Elle adhère à la Confédération générale du travail (CGT).

Pendant la seconde guerre mondiale, Claire Saunier exerce sous le pseudonyme de "Corinne" une importante activité dans la Résistance, en assurant la distribution de journaux clandestins, comme Franc-Tireur. Elle est agent de liaison de ce journal résistant créé par Jean-Pierre Lévy, paru de novembre 1941 à août 1944. Elle devient aussi secrétaire générale adjointe du Mouvement de Libération nationale (MLN) et secrétaire générale de la branche féminine de ce mouvement, Femmes de la Libération nationale (FLN), dirigée par Lucie Aubrac. Les FLN avaient notamment pour mission la lutte contre la déportation des prisonniers politiques. A tous ces titres, "Corinne" reçoit la médaille de la Résistance avec rosette.

Après la guerre, en 1496, Claire Saunier est brièvement chargée de mission auprès du ministre du ravitaillement Yves Farge, ancien combattant et membre du mouvement Franc-Tireur.

Nommée au Conseil de la République le 19 décembre 1946, Claire Saunier fait partie des 21 premières femmes à siéger à la Haute Assemblée. Elle est désignée par l'Assemblée nationale, en application de l'article 20 de la loi du 27 octobre 1946, au titre du groupe de l'Union démocratique et socialiste de la Résistance. Ses pairs la choisissent pour être secrétaire du Conseil de la République, en 1946-1947 comme en 1948.

Pendant ses deux années de mandat, Claire Saunier intervient à de très nombreuses reprises à la tribune du Conseil. Ses prises de parole concernent principalement le domaine de l'éducation.

Elle siège en 1946-1947 et en 1948 à la commission de l'éducation nationale, des beaux-arts, des sports, de la jeunesse et des loisirs. A ce titre, elle dépose plusieurs propositions de lois ou de résolutions tendant par exemple à encourager le développement de la culture populaire, notamment en mettant fin aux compressions du personnel enseignant, à favoriser la fréquentation scolaire des enfants paralysés, à octroyer un traitement aux élèves des écoles normales supérieures et de l'école des chartes, à modifier le régime d'attribution des bourses d'enseignement (1948).

Elle intervient également dans la discussions du budget de l'éducation nationale, ou à propos du paiement des heures supplémentaires dans l'enseignement (1946-47), de l'enseignement du ski, de la création d'un ensemble universitaire et scientifique en région parisienne, des effectifs dans l'enseignement technique, de l'octroi aux étudiants de certaines prestations de la sécurité sociale, du financement des constructions scolaires, du reclassement de la fonction enseignante, ou encore de l'exploitation des oeuvres littéraires et de la création d'une caisse nationale des lettres (1948). Elle demande que soit accordée la Légion d'honneur aux écoles normales primaires (1948).

Elle siège également à la commission du travail et de la sécurité sociale (1946-1947) et propose une résolution sur la réforme de la formation professionnelle (1946-47 et 1948).

En 1948, elle appartient à la commission de la famille, de la population et de la santé publique. Elle intervient alors à plusieurs reprises en faveur des droits à réparation des veuves et orphelins de guerre, ou pour l'amélioration de la situation des victimes de guerre.

Claire Saunier prend la parole sur d'autres sujets plus généraux, notamment économiques et budgétaires. Outre ses interventions dans les discussions du budget de l'éducation nationale, elle prend part à la discussion du projet de loi portant diverses dispositions d'ordre financier (1946-47). Elle participe également au débat sur la réforme du statut des entreprises (1948), aux débats relatifs aux loyers, à l'aménagement de certains impôts directs, au projet de loi tendant au redressement économique et financier, au budget ordinaire (1948).

Elle dépose enfin une proposition tendant à inviter le gouvernement à réexaminer le projet de construction d'un tunnel sous la Manche (1948).

Son mandat prend fin le 15 novembre 1948.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de Mme Claire SAUNIER,
Appartenance politique
Groupe de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines
Etat-civil
Née le 6 avril 1908
Décédée le 26 mars 1998
Profession
Institutrice
Département
élu(e) par l'Assemblée Nationale