Allez au contenu, Allez à la navigation

THARRADIN Lucien

Ancien sénateur du Doubs

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 novembre 1948
  • Réélu le 19 juin 1955
  • Fin de mandat le 2 septembre 1957 (Décédé)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

THARRADIN (Lucien)

Né le 7 janvier 1904 à Villafans (Haute-Saône)

Décédé le 2 septembre 1957 à Montbéliard (Doubs)

Sénateur du Doubs de 1948 à 1957

Issu d'une vieille famille comtoise, Lucien Tharradin est né en 1904, à Villafans en Haute-Saône, d'un père garde-forestier.

Au terme de ses études secondaires au collège de Lure, il obtient les baccalauréats de sciences-langues puis de mathématiques et se destine à l'enseignement.

Après avoir été surveillant d'internat à Vesoul, il est répétiteur au collège de Luxeuil au printemps 1924, lorsqu'il est appelé sous les drapeaux. Après ses classes au 13e BCA à Andernack, il effectue le peloton des élèves-officiers de réserve au 12e BCA à Trèves puis celui des aspirants d'infanterie à Saint-Cyr et est nommé sous-lieutenant au 31e BCA.

Rendu à la vie civile, il est répétiteur puis surveillant général du collège Cuvier de Montbéliard puis s'oriente en octobre 1938, après une nouvelle période militaire effectuée à Ottmarsheim comme lieutenant de réserve, commandant une compagnie du 10e RIC, vers l'enseignement technique pour occuper le poste de sous-directeur de l'Ecole d'apprentissage des Usines Peugeot de Sochaux jusqu'en 1948.

Par ailleurs, Lucien Tharradin est très actif dans le mouvement scout et anime également l'association des officiers de réserve du pays de Montbéliard.

Lorsque la seconde guerre mondiale éclate, il est capitaine de réserve et participe à la campagne de France à la tête d'une compagnie du 2e Bataillon de Chasseurs à Pied. Sa conduite à la bataille de Rethel, lui vaut une citation à l'ordre de la Division. Fait prisonnier le 12 juin 1940, il est incarcéré en Poméranie à l'Oflag II D. Rapatrié en avril 1942 à la demande des Usines Peugeot, il s'engage dans la Résistance dès le 1er novembre au sein du groupe OCM et est le premier à créer une zone de parachutage dans le canton de Villersexel. Détaché comme agent P2 au profit du réseau César Buckmaster, il est à la tête d'une section de sabotage industriel des usines Peugeot qui oeuvre pour éviter un deuxième bombardement sur Sochaux et Montbéliard. Il participe à de nombreuses actions dont celles exécutées sur les transformateurs de l'usine. Arrêté par la Gestapo dans la nuit du 26 au 27 octobre 1943 avec une cinquantaine d'officiers de la résistance agissant entre Maîche et Belfort, il est incarcéré à la Butte, transféré à Compiègne puis déporté à Buchenwald le 22 janvier 1944, il est libéré le 21 janvier 1945 par la 7e Armée américaine. A l'issue de la guerre, il est décoré de la croix de guerre 1939-1945 avec étoile d'argent, de la rosette de la Résistance ainsi que de la palme britannique pour conduite valeureuse.

Alors président-fondateur de l'association des déportés politiques du pays de Montbéliard, il est appelé à siéger, le 25 octobre 1947, à la tête du conseil municipal de Montbéliard, fonction qu'il occupera jusqu'à son décès. Pendant dix ans, Lucien Tharradin s'emploiera à faire de sa ville d'adoption une grande cité moderne en réalisant plusieurs projets d'urbanisme (lotissements, grand ensemble de la Chiffogne et projet de la Zup de la Petite Hollande), un programme scolaire ambitieux (construction du lycée technique Viette et agrandissement du lycée Cuvier) ainsi qu'un vaste programme d'adduction d'eau sans compter de multiples travaux (agrandissement de l'hôpital, construction de bains-douches et de la gare routière), participant ainsi à l'essor économique de sa région.

Il se présente ensuite au Conseil de la République le 7 novembre 1948 en tête de la liste du RPF, dont il sera conseiller national de 1952 à 1953. Cette liste remporte au deuxième tour un des deux sièges à pourvoir et Lucien Tharradin est donc élu avec 595 voix sur 1029 suffrages exprimés.

A son arrivée à la Haute Assemblée, il rejoint le groupe d'Action démocratique et républicaine, et siège aux commissions du travail et de la sécurité sociale de 1948 à 1957, de la production industrielle de 1948 à 1951 puis de 1952 à 1957, et de la presse, de la radio et du cinéma en 1951. Il fera aussi partie, en 1949, de la commission chargée d'étudier et de soumettre au gouvernement les simplifications pouvant être apportées à la législation et au fonctionnement du régime général de sécurité sociale et, en1950, de la commission supérieure des comités d'entreprise. Il sera également nommé membre suppléant des commissions de la reconstruction et des dommages de guerre de 1953-1957, de la presse en 1955 et de l'éducation nationale de 1955 à 1957. Enfin, il sera secrétaire du Conseil de la République de janvier 1952 à juillet 1953.

Parlementaire très actif, Lucien Tharradin dépose vingt-six rapports, trois avis législatifs et deux propositions de résolution et de loi. Il pose trois questions orales sur le projet d'installation d'une colonie de vacances dans son département malgré les avis défavorables du conseil municipal de la ville et des commissions départementale et nationale compétentes (1950), le payement des dépenses communales (1951) et les conventions signées entre la France et le Maroc (1957).

Ses interventions publiques sont également nombreuses, que ce soit en son nom propre, ou comme rapporteur de la commission du travail et de la sécurité sociale dont il est le porte-parole assidu.

Ainsi s'exprime-t-il, entre 1948 et 1951, sur le statut des centres d'apprentissage et le régime des assurances sociales dans les professions non agricoles, les ressources des comités d'entreprise, les conventions collectives et les règlements des conflits du travail, la reconduction de l'allocation temporaire aux vieux et le bénéfice de la sécurité sociale aux grands invalides, aux veuves et orphelins de guerre.

Vice-président de la commission du travail et de la sécurité sociale de 1951 à 1957, il prend part à des débats intéressant principalement cette commission : les conditions d'entrée et de séjour en France des étrangers (1951), le régime de l'allocation de vieillesse aux personnes non salariées (1952) et agricole (1954), la convention sur l'égalité de rémunération entre la main d'oeuvre féminine et masculine (1952), les comités d'entreprises (1953), le statut de la mutualité et la revalorisation des indemnités pour accidents de travail et les maladies professionnelles (1954), la réduction des taux d'abattement servant au calcul des prestations familiales (1956).

Il est également rapporteur de la commission de la défense nationale sur le projet de loi portant création de contingents de croix de la Légion d'honneur et de médailles militaires en faveur des personnels n'appartenant pas à l'armée active (1954). Au nom de la commission de la production industrielle, il rapporte sur la proposition de loi du groupe communiste visant à distribuer gratuitement du charbon aux vieux de France (1954), et sur deux projets de loi portant organisation de la sécurité sociale dans les mines et prorogation exceptionnelle de mandat des administrateurs de ses organismes (1950, 1955). Il prend part enfin à d'autres discussions concernant divers textes budgétaires.

Reconduit entre-temps sans difficulté à son siège comme candidat républicain-social aux élections du 19 juin 1955, ses fonctions sénatoriales vont cependant prendre fin prématurément suite à une grave maladie. Lucien Tharradin meurt le 2 septembre 1957. Prononçant son éloge funèbre le 17 septembre 1957, Yves Estève, vice-président du Conseil de la République, soulignera son « tempérament simple et aimable, [sa] grande finesse de jugement et [sa] parfaite honnêteté intellectuelle et morale ».

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Lucien THARRADIN,
Appartenance politique
Groupe du Rassemblement du Peuple Français
Etat-civil
Né le 7 janvier 1904
Décédé le 2 septembre 1957
Profession
Sous-directeur d'école professionnelle
Département
Doubs