Allez au contenu, Allez à la navigation

THIBON Alphonse

Ancien sénateur de l'Ardèche

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 19 juin 1955
  • Fin de mandat le 26 avril 1959 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

THIBON (ALPHONSE, JULES, ISIDORE), né le 7 novembre 1887 à Chandolas (Ardèche).

Député de l'Ardèche de 1936 à 1942.

Natif d'une petite commune rurale de 411 habitants, sur le Chassézac, à quelques kilomètres de Vallon-Pont-d Arc, pays calcaire producteur de vignobles et de fruits, Alphonse Thibon est issu d'une famille de cultivateurs de souche ardéchoise. Père de onze enfants, son épouse recevra la médaille d'or de la famille française.

Alphonse Thibon accomplit son service militaire de deux ans au 40e R.I. à Nîmes. Le 3 août 1914, il est mobilisé au 255e R.I. à Pont-Saint-Esprit. Blessé à la bataille de la Marne, promu sergent en décembre 1914, il retourne au front en mars 1915 avec le 59e R.I. et participe à la bataille de Verdun : il reçoit la Croix de guerre le 6 avril 1916. Il est démobilisé le 31 mars 1919.

Propriétaire exploitant agricole, il fonde en 1920, la mutuelle agricole contre les accidents de Chandolas. En 1921, il devient président des caisses mutuelles agricoles accidents et incendie et le restera jusqu'en 1942. En 1928, il est élu membre de la Chambre d'agriculture de l'Ardèche où il exercera les fonctions de secrétaire. La même année, il fonde la cave coopérative de Baulieu dont il sera le président l'année suivante. En 1930, il est président de la Fédération des caves coopératives de l'Ardèche et vice-président de la distillerie coopérative de Vallon. Pour toutes ces activités, il est fait Chevalier du mérite agricole en 1931.

Cela le conduit tout naturellement à la politique, dont il gravira graduellement bien des échelons. En 1934, il est élu conseiller d'arrondissement du canton de Joyeuse et représente ce même canton au Conseil général en 1937.

A 49 ans, il est pressenti comme candidat aux élections législatives de 1936 au congrès de l'union nationale républicaine à Largentière, afin de mettre son expérience agricole au service de la Nation.

Il est élu le 3 mai 1936 au second tour avec 8.282 voix sur 14.678 votants, distançant largement son adversaire Blanc. A la Chambre, il s'inscrivit au groupe de la fédération républicaine de France présidée par Louis Marin. Il est membre de la commission de l'enseignement et des beaux-arts, de celle des boissons et de celle de l'agriculture, dont il est le secrétaire.

Voué à la défense de l'agriculture, il intervient à propos de la noix de Grenoble, de la vente des produits agricoles, de l'aide aux familles nombreuses agricoles et de l'indemnité législative.

Au congrès de Vichy, le 10 juillet 1940, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958


THIBON (Alphonse, Jules, Isidore)

Né le 7 novembre 1887 à Chandolas (Ardèche)

Décédé le 24 avril 1973 à Xxxxxxx (Dpt)*

Député de l'Ardèche de 1936 à 1942

Sénateur de l'Ardèche de 1955 à 1958

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VIII , p 3075)

Le 10 juillet 1940, Alphonse Thibon vote en faveur de l'octroi des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

Sous l'occupation, il est délégué à la propagande de la corporation paysanne et figure parmi les membres du conseil départemental de l'Ardèche. A la Libération, frappé d'inéligibilité pour son vote de 1940, il n'exerce plus d'activité politique mais continue son action sur le plan agricole, en participant notamment à la création de multiples associations paysannes, mutualités et caves coopératives. Membre de la chambre d'agriculture de l'Ardèche en 1950, il est élu président de cet organisme le 19 novembre 1953.

En 1955, il obtient l'investiture de l'union républicaine ardéchoise pour les élections au Conseil de la République et est élu. Membre du groupe du centre républicain d'action rurale et sociale au sein de la Haute Assemblée, il siège aux commissions des boissons, de l'éducation nationale puis des affaires sociales. En 1956, il dépose une proposition de loi tendant à modifier les pénalités encourues en matière de production d'animaux domestiques et intervient en séance publique, l'année suivante, dans la discussion des propositions de loi portant transformation en contravention de certaines infractions.

Les 2 et 3 juin 1958, Alphonse Thibon vote en faveur des pleins pouvoirs et de la révision constitutionnelle.

*Décédé à Chandolas (Ardèche). Source dossier archives sénat.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Alphonse THIBON,
Appartenance politique
Groupe du Centre Républicain d'Action Rurale et Sociale
Etat-civil
Né le 7 novembre 1887
Décédé le 25 avril 1973
Profession
Agriculteur
Département
Ardèche