Allez au contenu, Allez à la navigation

ANGLADE Magdeleine

Ancien sénateur de Paris

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 28 septembre 1994 (en remplacement de M. François COLLET, décédé)
  • Fin de mandat le 24 septembre 1995 (ne se représente pas)

Fonctions antérieures

  • Députée européenne

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires culturelles
  • Membre du Groupe du Rassemblement pour la République

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

ANGLADE (Magdeleine)

utilisateur


ANGLADE (Magdeleine)

Née le 5 juillet 1921 à Valence (Drôme)

Décédée le 25 mars 1998 à Paris

Sénateur de Paris de 1994 à 1995

Née en 1921 à Valence, Magdeleine Bousquainaud entame, en 1940, des études supérieures à Lyon tout en s'engageant dans la section grenobloise de la Croix-Rouge comme infirmière-ambulancière où elle sert durant toute la guerre. Diplômée des facultés de droit et de lettres de Lyon, en 1945, elle est chargée par la Croix-Rouge de participer à la campagne d'Allemagne et, à ce titre, fait partie du premier convoi sanitaire qui arrive au camp de Buchenwald, tout juste libéré, pour prendre en charge les déportés. En avril 1947, elle épouse à Argelès-sur-Mer (Pyrénées Orientales) Louis Anglade. Elle poursuit son engagement d'ambulancière pour la Croix-Rouge en Indochine en y secourant, de 1950 à 1954, les soldats blessés.

De 1959 à 1962, elle est, à l'Assemblée nationale, secrétaire général du groupe parlementaire Unité de la République. Elle se consacre ensuite, et jusqu'au milieu des années 1970, aux populations qui ont dû quitter l'Algérie en raison de son accession à l'indépendance. Elle participe à la fondation en 1963 puis à la direction du Comité national pour les Musulmans français, présidé par Alexandre Parodi, qui oeuvre à l'accueil et à la réinsertion en métropole des harkis et de leur famille.

Sa rencontre avec Raymond Bourgine l'entraine vers une activité politique chez les Indépendants et Paysans. Au début des années 1970, elle s'engage ainsi dans l'action politique au sein du Centre national des Indépendants et Paysans (CNIP) et, en 1972, elle entre au Comité directeur du CNIP.

En 1979, aux premières élections du Parlement européen au suffrage universel, elle est candidate en 33e position sur la liste de « Défense des Intérêts de la France en Europe » dirigée par les deux anciens premiers ministres gaullistes, Jacques Chirac et Michel Debré. Elle n'est pas élue mais devient néanmoins député européen le 6 octobre 1982 à la suite de la démission de Jean Méo. Elle rejoint le groupe des Démocrates européens de Progrès et siège à la commission Énergie et Recherche. Elle démissionne à son tour en novembre 1983 afin de laisser la place à son suivant de liste.

Au même moment, elle entame une carrière municipale à Paris sous les couleurs du CNIP et dans le cadre de la majorité qui soutient Jacques Chirac. Le 6 mars 1983, elle est élue conseillère de Paris (8e arrondissement) et devient, quelques jours après, 19e adjointe au maire de Paris, chargée de l'Emploi et de la Formation, et 1ère adjointe au maire du 8e arrondissement, François Lebel. Elle exerce ces deux mandats jusqu'aux élections municipales de 1989. Elle s'y engage avec dévouement, créant des permanences-emplois dans certains arrondissements, organisant des « rencontres-emplois » et une association destinée à la lutte contre le chômage, l'Association Paris-Information-Emploi-Formation (APIEF).

En juin 1984, elle reprend sa carrière au Parlement européen. Candidate sur la liste « Union de l'opposition pour l'Europe et la défense des libertés » menée par Simone Veil, elle est élue et s'inscrit au groupe du Rassemblement des Démocrates européens.

En mai 1986, elle quitte le comité directeur du Centre national des Indépendants (CNI) dont elle dénonce l'évolution favorable au Front national. En décembre 1986, elle fonde avec Raymond Bourgine, devenu sénateur en 1977, Michel Labarre, Olivier Passelecq et Jean-Maxime Lévêque, l'Union nationale des Indépendants de la République (UNIR) qui se rapproche bientôt du Rassemblement pour la République (RPR).

Lors des élections municipales de mars 1989, elle est réélue conseillère de Paris, cette fois-ci dans le 1secteur (1e arrondissement) et devient 1ère adjointe spéciale au maire du 1er arrondissement, Michel Caldaguès.

Depuis 1972, elle exerce aussi les fonctions de secrétaire générale de Valmonde et Cie, société éditrice de Valeurs actuelle et du Spectacle du Monde, fondée en 1957 par Raymond Bourgine. En janvier 1991, après la mort de celui-ci, elle devient présidente du conseil de surveillance de Valmonde et Cie. L'année suivante, elle est choisie pour exercer les fonctions de vice-présidente du Syndicat de la Presse hebdomadaire parisienne (SPHP). Elle est également vice-présidente du Syndicat professionnel de la Presse magazine et d'opinion (SPPMO).

Le 20 juin 1993, des élections sénatoriales partielles sont organisées à Paris pour remplacer Roger Romani, nommé ministre dans le gouvernement d'Édouard Balladur. François Collet, conseiller de Paris, est candidat et Magdeleine Anglade est sa suppléante. Il est élu avec 1 923 voix sur 2 262 suffrages exprimés, mais il décède en septembre 1994.

Le 28 septembre 1994, Magdeleine Anglade devient donc sénateur de Paris. Elle rejoint le groupe du Rassemblement pour la République et siège à la commission des affaires culturelles. Elle quitte le Sénat au terme de son mandat et ne se représenta pas aux élections sénatoriales de septembre 1995.

En décembre 1995, elle reçoit l'insigne de chevalier de la Légion d'honneur, comme ancien sénateur de Paris, parlementaire européen honoraire et pour quarante-sept ans d'activités professionnelles et de fonctions électives. A ce moment, elle est également vice-présidente honoraire du Comité national pour les Musulmans français.

Elle décède le 25 mars 1998, à 76 ans et ses obsèques religieuses ont lieu le 31 mars en l'église de la Madeleine. Au cours de la séance du Conseil municipal de Paris du 6 avril 1998, le maire de Paris, rend un long hommage à Magdeleine Anglade, qu'il salue comme une femme de coeur, de conviction et d'action, une « femme qui, jamais durant sa vie, n'a accepté la facilité ».

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de Mme Magdeleine ANGLADE, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe du Rassemblement pour la République
Etat-civil
Née le 5 juillet 1921
Décédée le 25 mars 1998
Profession
Directeur de société
Département
Paris