Allez au contenu, Allez à la navigation

BONNET Eugène

Ancien sénateur de la Haute-Garonne

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 9 juillet 1974 (en remplacement de M. Marcel CAVAILLE, nommé membre du Gouvernement)
  • Fin de mandat le 1er octobre 1980 (non réélu)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées
  • Membre du Groupe de l'Union des Républicains et des Indépendants

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

BONNET (Eugène, Auguste, Alphonse)

Né le 20 avril 1922 à Lapasset (Oran, Algérie)

Décédé le 17 juillet 2003 à Toulouse (Haute-Garonne)

Sénateur de Haute-Garonne de 1974 à 1980

Bachelier, Eugène Bonnet s'engage à dix-huit ans comme combattant volontaire dans le 2e Régiment de Spahi de Reconnaissance. Sur le plateau de Langres, à l'automne 1944, il se distingue en capturant quatorze soldats allemands, dont un officier. Cet acte courageux lui vaut la Croix de guerre, avec étoile de bronze. Démobilisé en février 1946 avec le grade de maréchal des logis, il obtient par la suite la Médaille militaire. Chef de service au ministère des armées (air), il s'installe à Balma en 1956, où il est élu conseiller municipal en 1965, puis maire en 1971. Retraité de l'administration en 1974, il échoue dans sa tentative de conquête d'un siège de conseiller général, sous l'étiquette indépendante, lors des élections des 7 et 14 mars 1976. En revanche, élu aux élections sénatoriales du 26 septembre 1971 en tant que suppléant, sur une liste d'union pour la sauvegarde et la promotion des communes de Haute-Garonne, Eugène Bonnet devient sénateur le 9 juillet 1974, lorsque Marcel Cavaillé est nommé secrétaire d'Etat dans le premier gouvernement de Jacques Chirac. Il s'inscrit alors au groupe des Républicains indépendants devenu, après le renouvellement de septembre 1977, le groupe de l'Union des républicains et des indépendants. Il est nommé membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.

Au Sénat, Eugène Bonnet met sa connaissance de l'administration militaire au service de son travail parlementaire. Il se consacre notamment à la défense des intérêts des anciens combattants. Les problèmes économiques qui touchent son département en pleine mutation économique expliquent également ses interventions à l'occasion de la discussion des projets de lois de finance. Dans tous les cas, il se fait un censeur critique de l'action gouvernementale, même s'il appartient à la majorité sénatoriale et à la majorité présidentielle.

Le 2 décembre 1974, il met en avant l'importance de la crise qui frappe l'industrie aéronautique et les menaces que font peser sur elle la concurrence étrangère. Deux ans plus tard, lors de la discussion du budget de la défense, il souligne la faiblesse des traitements des sous-officiers, des retraités de l'armée et des veuves de militaires. Il propose le regroupement des grades en fonction des échelles de solde. En 1977, lors de l'examen en séance publique de la partie du projet de loi de finance pour 1978 consacrée aux universités, il déplore le brutal arrêt de la progression des crédits alloués à ce budget. L'année suivante, il intervient pendant la discussion du budget consacré à la jeunesse et aux sports. Il souhaite également le développement du tourisme vert et de l'hôtellerie, afin de garantir le maintien de la population en zone rurale. Il plaide en faveur de l'économie touristique en réclamant l'étalement des vacances et en dénonçant le gaspillage économique lié à la concentration des congés.

Eugène Bonnet est l'auteur d'une proposition de loi déposée le 17 mai 1979 et tendant à modifier certaines dispositions du code électoral portant sur les élections sénatoriales. Mais à défaut d'être inscrit à l'ordre du jour, ce texte devient caduc. Une de ses dernières interventions au Sénat consiste à amender le projet de loi pour le développement des responsabilités des collectivités locales, en proposant la suppression de la dépense communale relative au logement de l'instituteur.

Bien que membre de la majorité présidentielle, Eugène Bonnet ne vote pas le projet de loi relatif à l'interruption volontaire de grossesse. Par contre, il approuve le texte portant réforme du divorce.

Lors des élections sénatoriales du 28 septembre 1980, Eugène Bonnet et son suppléant, ainsi que les autres candidats de la majorité présidentielle, sont défaits en Haute-Garonne par les listes socialistes de défense des libertés communales et départementales. Du fait de la présence d'un dissident centriste au second tour de scrutin, Eugène Bonnet ne rassemble que 563 voix, alors que sa liste en avait obtenu 794 en 1971. Battu aux élections sénatoriales, il perd également son mandat de conseiller régional de Midi-Pyrénées, qu'il détenait de droit depuis 1974.

Ce revers ne l'empêche nullement de poursuivre sa carrière politique dans un département donnant pourtant sa préférence aux idées socialistes. Elu conseiller général en 1982, Eugène Bonnet exerce cette responsabilité jusqu'en 2001, tout en restant maire de Balma jusqu'en 1995, date à laquelle il ne sollicite pas le renouvellement de son mandat. De décembre 1992 à juillet 1995, il est vice-président du district du Grand Toulouse. Cette longévité politique remarquable sur le plan local est la preuve d'une implantation réussie : « On ne préside pas aux destinées d'une ville pendant une telle durée par hasard », dira de lui son successeur.

Ses obsèques sont célébrées le 19 juillet 2003, à Balma, en présence de nombreuses personnalités et d'une foule imposante venue témoigner de ses qualités d'élu et de son dévouement envers ses compatriotes. Le maire de Balma, Alain Fillola, souligne qu'il a fait passer sa ville du « stade de village à celui d'une cité dynamique et moderne » intégrée à la grande métropole toulousaine. Eugène Bonnet « fut aussi un homme attentif au malheur d'autrui, à la misère, à la précarité. Il savait écouter les gens et résoudre avec discrétion les situations les plus difficiles ».

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Eugène BONNET, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe de l'Union des Républicains et des Indépendants
Etat-civil
Né le 20 avril 1922
Décédé le 17 juillet 2003
Profession
Fonctionnaire
Département
Haute-Garonne