Allez au contenu, Allez à la navigation

de POMMERY Joseph

Ancien sénateur de la Meurthe-et-Moselle

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 23 août 1961 (en remplacement de M. Raymond PINCHARD, décédé.)
  • Fin de mandat le 1er octobre 1965 (ne se représente pas)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires sociales
  • Membre du Groupe des Républicains et Indépendants

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

BERTHE de POMMERY (Joseph)

Né le 29 août 1904 à Fontainebleau (Seine-et-Marne).

Décédé le 18 juin 1981 à Ville-au-Val (Meurthe-et-Moselle).

Sénateur de la Meurthe-et-Moselle de 1961 à 1965

Les Berthe de Pommery, d'origine picarde, s'installent en Meurthe-et-Moselle au XIXe siècle. Ils s'y allient avec plusieurs vieilles lignées lorraines, comme les Houx de Hennecourt ou les Baudel de Vaudrecourt.

Les familles paternelle comme maternelle de Joseph Berthe de Pommery sont marquées par une double tradition de service des armes et d'exploitation de la terre.

Quoique né à Fontainebleau, Joseph Berthe de Pommery choisit de vivre en Lorraine et de consacrer son existence à l'agriculture. Installé au château de Ville-au-Val, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nancy, il a pour épouse une Bazelaire de Lesseux : cette famille, installée dans la vallée de la Fave, à l'est du département des Vosges, s'étaient distinguée par son goût pour la chose publique depuis la fin du XIXe siècle. Ce lignage avait donné un député aux Vosges entre 1919 et 1928, en la personne d'Hubert de Bazelaire de Lesseux.

Chevalier de la Légion d'honneur et titulaire de la Croix de guerre 1939-1945, Joseph Berthe de Pommery exerce la responsabilité de maire de Ville-au-Val lorsque Raymond Pinchard, maire de Nancy depuis mai 1953, lui propose d'être son suppléant pour les élections sénatoriales du 26 avril 1959. Le duo Pinchard-Pommery, qui se réclame du Centre national des indépendants et paysans (CNIP), paraît en mesure de rallier de nombreux suffrages : le premier, sénateur sortant, préside aux destinées de la plus grande cité du département de la Meurthe-et-Moselle ; la commune que dirige le second ne compte que 96 habitants en 1962, ce qui rééquilibre les soutiens de Raymond Pinchard dans le monde rural.

Le 26 avril 1959, les grands électeurs de Meurthe-et-Moselle désignent trois sénateurs issus de la droite modérée : le mieux élu est Robert Gravier, président du Conseil général. Le tandem Raymond Pinchard-Joseph de Pommery se place immédiatement après, avec 888 voix sur 1630 suffrages exprimés dès le premier tour de scrutin.

A la mort de Raymond Pinchard, en août 1961, son suppléant Joseph de Pommery devient sénateur de la Meurthe-et-Moselle. Le maire de Ville-au-Val s'inscrit comme son prédécesseur au groupe du centre républicain d'action rurale et sociale. Il est nommé membre de la commission des affaires sociales à laquelle il appartient jusqu'en 1965, et membre titulaire de deux commissions mixtes paritaires chargées de questions très techniques (modification du Code du travail dans les territoires d'Outre-mer et statut de certains personnels de la navigation aérienne) en 1964.

Joseph Berthe de Pommery ne se montre guère actif au Palais du Luxembourg pendant la durée de son mandat. Il n'y prend jamais la parole et ne dépose aucune proposition de loi entre 1961 et 1965. Le sénateur de la Meurthe-et-Moselle approuve néanmoins l'ensemble du projet de loi portant réforme des régimes matrimoniaux le 11 mai 1965.

Soucieux d'acquérir une légitimité électorale plus personnelle, le maire de Ville-au-Val choisit de se présenter aux élections législatives de novembre 1962 dans la première circonscription de Meurthe-et-Moselle. Le sénateur Joseph de Pommery reçoit à cette occasion l'investiture du Centre national des indépendants et paysans et affronte notamment le député sortant Roger Souchal, avocat au barreau de Nancy et électron libre du gaullisme politique. Le contexte électoral favorise les Républicains indépendants de Valéry Giscard d'Estaing et les Gaullistes au détriment des candidats du Centre national des indépendants et paysans. Dans nombre de circonscriptions, les électeurs souhaitent en effet sanctionner l'opposition du CNIP à l'élection du chef de l'Etat au suffrage universel. Le parti de Camille Laurens est en outre affaibli par le souvenir de ses divisions pendant la guerre d'Algérie.

Alors que l'Indépendant Robert Linard était arrivé en tête au premier tour des législatives de novembre 1958, Joseph de Pommery ne rassemble que 12,1% des suffrages exprimés le 18 novembre 1962, soit moins que le candidat communiste, l'ancien sénateur Georges Lacaze (15,1%). Il obtient son meilleur résultat dans le canton de Nomeny, avec 13,2% des voix, ce qui ne suffit pas à empêcher la réélection de Roger Souchal dès le premier tour de scrutin.

Bien que sénateur sortant, Joseph de Pommery se trouve en position délicate pour solliciter des grands électeurs le renouvellement de son mandat, à l'occasion des élections du 26 septembre 1965. Il ne se porte pas candidat au second tour de scrutin : c'est le conseiller d'Etat Marcel Martin, futur maire de Nancy, qui est élu à sa place.

Joseph de Pommery se consacre dès lors à son mandat municipal et à sa famille composée de neuf enfants.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Joseph de POMMERY, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe des Républicains et Indépendants
Etat-civil
Né le 29 août 1904
Décédé le 18 juin 1981
Profession
Agriculteur
Département
Meurthe-et-Moselle