Allez au contenu, Allez à la navigation

DUSSERRE Jean-Yves

Ancien sénateur des Hautes-Alpes

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 28 septembre 2014
  • Fin de mandat le 27 décembre 2014 (décédé)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires sociales
  • Membre du Groupe Union pour un Mouvement Populaire
  • Membre de la délégation sénatoriale aux entreprises

Travaux parlementaires

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

DUSSERRE (Jean-Yves)

Né le 1er janvier 1953 à Gap (Hautes-Alpes)

Décédé le 27 décembre 2014 à Chabottes (Hautes-Alpes)

Sénateur des Hautes-Alpes en 2014

Fils d'agriculteurs établis à Chabottes, petite commune de la vallée du Champsaur, Jean-Yves Dusserre voit le jour le 1er janvier 1953 à Gap. Il accomplit sa scolarité secondaire dans la préfecture des Hautes-Alpes, aux lycées Dominique Villars et Aristide Briand. Il étudie ensuite le droit à l'université Paul Cézanne Aix-Marseille III. Après avoir obtenu une maîtrise en droit privé en 1976, il regagne sa chère vallée du Champsaur et devient responsable d'une société commerciale.

C'est alors qu'il s'engage dans la vie publique : en 1977, il fait son entrée au conseil municipal de Chabottes. Deux ans plus tard, il est élu maire de cette commune rurale et montagnarde. Reconduit ensuite à quatre reprises, il préside à ses destinées sans aucune interruption jusqu'en 2008.

Puis, en juin 1988, il devient suppléant de Patrick Ollier, secrétaire départemental du Rassemblement pour la République, élu député de la deuxième circonscription des Hautes-Alpes. Il exerce cette suppléance durant trois législatures, Patrick Ollier conservant son siège au Palais Bourbon à deux reprises, en mars 1993 et juin 1997.

Le premier édile de Chabottes joue dès lors un rôle de plus en plus important dans la vie politique haut-alpine. Président de la communauté de communes du Champsaur à partir de 1989, il enlève aussi le canton de Saint-Bonnet-en-Champsaur en 1992. Il occupe ensuite les plus hautes responsabilités au conseil général des Hautes-Alpes : il en exerce successivement la deuxième vice-présidence de 1998 à 2001 et la première vice-présidence de 2001 à 2004. Puis, en mars 2008, ce membre de l'Union pour un mouvement populaire est élu président du conseil général des Hautes-Alpes, prenant la succession du maire de Briançon Alain Bayrou. Il abandonne alors la mairie de Chabottes à son premier adjoint Christiane Mioletti, tout en continuant à siéger au conseil municipal comme adjoint au maire. En 2011, il est réélu à la présidence du conseil général.

Pendant les six années qui le voient diriger les Hautes-Alpes, il n'a de cesse de se battre pour le développement économique de son département. Très attaché à l'agriculture de montagne, il oeuvre également en faveur de l'essor du tourisme. Il est notamment à l'origine de la création de l'Agence départementale de développement économique et touristique des Hautes-Alpes. Par ailleurs, il noue des relations entre son département et la Société du Tour de France qui lui permettent d'obtenir le passage de la plus grande course cycliste mondiale dans les Hautes-Alpes pendant quatre jours à l'été 2015. Il lutte en outre pour le désenclavement de son département en faisant refaire des routes.

Également président du conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement des Hautes-Alpes de 1993 à 2008, il aspire à représenter son département au niveau national. Aussi brigue-t-il à plusieurs reprises un mandat parlementaire. Il sollicite ainsi un siège de sénateur aux élections du 27 septembre 1998 : candidat sous l'étiquette de Démocratie libérale, il se présente contre le sénateur sortant Marcel Lesbros investi par l'Union pour la démocratie française. Il ne réunit néanmoins que 90 des 386 suffrages exprimés au premier tour et se désiste en faveur de Marcel Lesbros qui, en recueillant 148 voix, remporte cette primaire à droite.

Jean-Yves Dusserre se porte par la suite candidat aux élections législatives des 9 et 16 juin 2002 dans la deuxième circonscription des Hautes-Alpes. Il brigue en effet la succession de Patrick Ollier, dont il assure la suppléance depuis 1988 et qui choisit alors de se présenter dans les Hauts-de-Seine. Il se retrouve en ballotage favorable à l'issue du premier tour : avec 40,55 % des suffrages exprimés, il devance nettement le radical de gauche Joël Giraud qui ne recueille que 34,77 % des suffrages exprimés. Pourtant, de manière inattendue, il est battu au second tour : Joël Giraud sort vainqueur de leur affrontement avec 50,90 % des suffrages exprimés contre 49,10 % pour le premier magistrat de Chabottes.

C'est seulement à sa troisième tentative que Jean-Yves Dusserre parvient, après une longue carrière d'élu local, à remporter un mandat parlementaire. Le président du conseil général est en effet élu sénateur des Hautes-Alpes le 28 septembre 2014. Après avoir réuni 168 des 430 suffrages exprimés au premier tour contre 137 à son premier vice-président au conseil général Jean-Michel Arnaud, il sort très largement vainqueur du second tour : il obtient 288 des 411 suffrages exprimés contre seulement 91 au socialiste Christian Graglia et succède ainsi à Pierre Bernard-Reymond qui ne se représentait pas.

Au Palais du Luxembourg, où il fait son entrée le 1er octobre 2014, il s'inscrit au groupe de l'Union pour un mouvement populaire. Membre de la commission des affaires sociales, il prend la parole en son sein le 26 novembre 2014 lors de l'examen du rapport pour avis du budget 2015 de la mission « Égalité des territoires et logement » : il s'indigne de « l'hypocrisie qui consiste à croire que les logements destinés aux personnes en détresse seront financés par des loyers alors que c'est en réalité à la collectivité d'en assumer la charge. » Par ailleurs, il est nommé membre de la Délégation sénatoriale aux entreprises.

Toutefois, atteint par une longue maladie, Jean-Yves Dusserre ne peut se consacrer pleinement à son mandat sénatorial. Déjà victime d'un malaise lors des cérémonies commémoratives de l'armistice de la Première Guerre mondiale le 11 novembre 2014 à Gap, le président du conseil général des Hautes-Alpes succombe brutalement le 27 décembre suivant, à quatre jours de son soixante-deuxième anniversaire, à son domicile de Chabottes. Cet homme qui a consacré sa carrière d'élu local à défendre son territoire rural et montagnard n'a ainsi passé que trois mois à la Haute Assemblée, où Patricia Morhet-Richaud, sa suppléante, lui succède.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jean-Yves DUSSERRE, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Union pour un Mouvement Populaire
Etat-civil
Né le 1er janvier 1953
Décédé le 27 décembre 2014
Profession
Commerçant
Département
Hautes-Alpes