Allez au contenu, Allez à la navigation

ESSEUL Fernand

Ancien sénateur de Maine-et-Loire

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 26 septembre 1965
  • Fin de mandat le 1er octobre 1974 (ne se représente pas)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires économiques
  • Membre du Groupe des Républicains et Indépendants

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

ESSEUL (Fernand)

Né le 19 octobre 1901 à La Pommeraye (Maine-et-Loire)

Décédé le 10 mars 1993 à Angers (Maine-et-Loire)

Sénateur de Maine-et-Loire de 1965 à 1974

Fils de vétérinaire, Fernand Esseul voit le jour à l'orée du XXe siècle, le 19 octobre 1901, à La Pommeraye, dans les Mauges. Profondément attaché à sa commune natale et à l'Anjou, il y passe toute son existence et y inscrit la plus grande part de son action publique. Après une scolarité secondaire au collège Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Beaupréau, il étudie à la faculté d'Angers et y obtient une licence en droit en 1922. Il débute ensuite, en 1925, une carrière d'expert foncier en ouvrant un cabinet à La Pommeraye. Lorsque le second conflit mondial éclate en septembre 1939, il est mobilisé comme sous-lieutenant au 403e Régiment d'infanterie. Fait prisonnier à Épinal en juin 1940, il passe toute la guerre en captivité en Allemagne.

C'est à la Libération qu'il fait son entrée dans la vie publique de l'Anjou. Non candidat aux élections municipales, il est pourtant élu maire de La Pommeraye en mai 1945. Constamment reconduit par ses concitoyens, il occupe pendant trente-deux ans le fauteuil majoral de cette cité agricole et viticole, spécialisée dans l'arboriculture fruitière et la production de vin des Coteaux-de-la-Loire. Désireux de développer le tourisme à La Pommeraye, située près de la Loire et du bocage des Mauges, il est notamment à l'origine de la construction d'un village-vacances.

Fernand Esseul siège en outre à l'assemblée départementale de Maine-et-Loire. Élu conseiller général du canton de Saint-Florent-le-Vieil en septembre 1945, il conserve ce mandat sans aucune interruption jusqu'en 1979. En septembre 1962, succédant à Jean de Jourdan, il est élu président du Conseil général de Maine-et-Loire. Reconduit très aisément dans ces fonctions à cinq reprises, il préside aux destinées du département pendant dix-sept ans, jusqu'en mars 1979. Il lance notamment un programme de construction de logements sociaux et de foyers pour les personnes âgées et oeuvre en faveur de l'équilibre départemental. Il est aussi à la tête du syndicat intercommunal d'électricité et des eaux de la Loire ainsi que de l'Entente interdépartementale de la Vallée de l'Authion. Il joue également un rôle important dans la création de l'université d'Angers, en 1971.

Très implanté en Maine-et-Loire, il décide de solliciter pour la première fois en 1965 un mandat parlementaire. Le président du Conseil général de Maine-et-Loire se présente ainsi aux élections sénatoriales du 26 septembre 1965 à la tête d'une liste d'union républicaine et indépendante, en compagnie de deux vice-présidents de l'assemblée départementale, Lucien Gautier et Émile Boumier. Dans leur profession de foi électorale, les candidats mettent du reste l'accent sur l'oeuvre déjà réalisée par le Conseil général. Après avoir recueilli 667 voix sur 1 374 suffrages exprimés au premier tour, Fernand Esseul est élu sénateur de Maine-et-Loire au second tour avec 286 des 1 363 suffrages exprimés. Son suivant de liste Lucien Gautier, maire de Saumur, fait lui aussi son entrée au Sénat en obtenant 787 voix au second tour. Le troisième élu du département est l'ancien député Jean Sauvage, candidat isolé, qui obtient 617 suffrages au second tour.

Au Palais du Luxembourg, Fernand Esseul siège au sein du groupe des Républicains indépendants (RI). Il est membre de la commission des lois de 1965 à 1971 puis de la commission des affaires économiques de 1971 à 1974. Il est par ailleurs élu juge suppléant de la Haute Cour de justice en 1968. Comme ses responsabilités locales, à commencer par celle de président du Conseil général de Maine-et-Loire, absorbent la plupart de son activité, il se montre très discret dans l'hémicycle sénatorial. Il ne prend ainsi qu'une seule fois la parole en séance publique au cours de son mandat. Cet ancien expert foncier, qui a exercé son métier durant quarante ans et pris sa retraite en 1965, au moment de son entrée à la Haute Assemblée, intervient en effet en juin 1971 en qualité de rapporteur de la commission des lois sur la proposition de loi relative aux experts judiciaires. En 1967, il est l'un des trente-quatre sénateurs à se prononcer contre la loi Neuwirth relative à la régulation des naissances. En 1972, il s'abstient lors du vote sur la loi portant création et organisation des Régions. En 1973, il vote la loi Royer d'orientation du commerce et de l'artisanat et, en 1974, la loi fixant à dix-huit ans l'âge de la majorité.

Après avoir siégé neuf ans au Palais du Luxembourg, Fernand Esseul ne sollicite pas le renouvellement de son mandat lors des élections sénatoriales du 22 septembre 1974. Il se consacre alors pleinement au Maine-et-Loire et à La Pommeraye pendant plusieurs années avant d'abandonner un à un ses différents mandats locaux. Ne se portant pas candidat aux élections municipales de mars 1977, il quitte la mairie de sa cité natale trente-deux ans après y avoir fait son entrée. Puis, en mars 1979, il renonce à son mandat de conseiller général de Saint-Florent-le-Vieil. Il quitte donc la présidence du Conseil général de Maine-et-Loire qu'il occupait depuis 1962 et à laquelle il avait été une dernière fois réélu en 1973. Il abandonne également la vice-présidence du Conseil régional des Pays de la Loire qu'il exerçait depuis 1974. Fernand Esseul se retire alors dans sa maison de La Pommeraye. Officier de la Légion d'honneur et du Mérite social, chevalier du Mérite civil et du Mérite agricole, il reçoit encore la croix de commandeur de l'ordre national du Mérite en 1988. Cette grande figure de la vie publique de Maine-et-Loire, qui a continûment occupé le devant de la scène politique départementale de 1945 à 1979, s'éteint le 10 mars 1993, à l'âge de quatre-vingt-onze ans, à l'hôpital d'Angers.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Fernand ESSEUL, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe des Républicains et Indépendants
Etat-civil
Né le 19 octobre 1901
Décédé le 10 mars 1993
Profession
Expert agricole et foncier
Département
Maine-et-Loire