Allez au contenu, Allez à la navigation

GARAUDY Roger

Ancien sénateur de la Seine

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 26 avril 1959
  • Fin de mandat le 31 octobre 1962 (démissionnaire)

Fonctions antérieures

  • Député

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires culturelles
  • Membre du Groupe Communiste

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

GARAUDY (Roger)

Né le 17 juillet 1913 à Marseille (Bouches du Rhône)

Décédé 13 juin 2012 à Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante

Député du Tarn de 1945 à 1951

Député de la Seine de 1956 à 1958

Sénateur de la Seine de 1959 à 1962

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958,

tome IV, p. 139-140)

Redevenu enseignant au lycée Buffon à Paris de 1958 à 1959, Roger Garaudy est élu sénateur de la Seine le 26 avril 1959. Au Palais du Luxembourg, il s'inscrit au groupe communiste et siège à la commission des affaires culturelles. En février 1960, Roger Garaudy vote contre les pouvoirs spéciaux au Gouvernement pour ramener l'ordre en Algérie après la semaine des barricades.

En octobre 1962, il démissionne de son mandat sénatorial pour se consacrer à l'enseignement de la philosophie, en tant que maître de conférences à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand (1962-1965) puis en tant que professeur titulaire à la faculté des lettres de Poitiers (1969-1973). Il publie près de quatre-vingts ouvrages au cours de toute sa carrière. Bien qu'il n'exerce plus de mandat électif, Roger Garaudy demeure un militant actif du Parti communiste. De 1960 à 1970, il est également directeur du centre d'études et de recherches marxistes, évoluant vers un marxisme qu'il veut humaniste. Malgré sa présence au bureau du Parti de

1956 à 1970, il devient de plus en plus critique face au régime soviétique, surtout après l'invasion de la Tchécoslovaquie en août 1968. A la suite de cet événement qui marque une rupture dans son engagement politique, il publie deux livres intitulés Peut-on être communiste en 1968 ? puis Pour un modèle français du socialisme. Du fait de ces positions jugées non-orthodoxes, l'ancien sénateur de la Seine est exclu du Parti communiste français en 1970.

Roger Garaudy se tourne alors plus résolument vers la religion se convertissant au catholicisme dans les années 1970 puis à l'Islam au début des années 1980. En 1981, il publie Promesses de l'Islam. Il crée ensuite une fondation à son nom, à Cordoue en Espagne, visant à célébrer la présence de l'Islam dans la péninsule au Moyen âge. Cet engagement religieux se double chez Roger Garaudy d'un antisionisme de plus en plus affirmé. En 1995, il épouse explicitement les thèses négationnistes en publiant aux éditions La Vieille Taupe Les mythes fondateurs de la politique israélienne, ouvrage dans lequel il nie l'existence du génocide juif : « Je révise simplement les conclusions du procès de Nuremberg et les principes qui l'ont fondé » écrit-il dans son ouvrage. Selon l'universitaire, la Shoah aurait été inventée par les Sionistes pour justifier la création de l'Etat d'Israël. Dans un premier temps, l'Abbé Pierre prend sa défense estimant que Roger Garaudy mène un travail « de recherche de la vérité face à des déformations de la réalité indiscutables » mais le fondateur d'Emmaüs retire ses propos après le scandale médiatique qu'ils ont suscités. En 1998, Roger Garaudy, alors défendu par l'avocat Jacques Vergès, est condamné à 25 000 euros d'amende et neuf mois d'emprisonnement avec sursis pour

« contestation de crimes contre l'humanité ». Ce jugement est confirmé en appel en septembre de la même année.

L'ancien sénateur entame alors une série de séjours dans le monde arabe, notamment en Egypte, en Syrie, au Liban ou encore en Iran. En 2002, il obtient le Prix Kadhafi des droits de l'homme, décerné par la Jamahiriya arabe libyenne.

Roger Garaudy meurt le 13 juin 2012 à son domicile de la banlieue parisienne à l'âge de 98 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Roger GARAUDY, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Communiste
Etat-civil
Né le 17 juillet 1913
Décédé le 13 juin 2012
Profession
Professeur agrégé
Département
Seine