Allez au contenu, Allez à la navigation

GASPARD André

Ancien sénateur représentant les Français établis hors de France

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 20 janvier 1998 (en remplacement de M. Pierre CROZE, décédé)
  • Fin de mandat le 30 septembre 1998 (ne se représente pas)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées
  • Membre du Groupe des Républicains et Indépendants

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

GASPARD (André)

Né le 17 février 1925 à Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Décédé le 21 juin 1999 à Monaco

Sénateur représentant les Français établis hors de France en 1998

André Gaspard voit le jour le 17 février 1925 à Perpignan. Il prend part à la Résistance aux côtés de son père, puis débute dans le journalisme comme reporter dans les services d'information de la France libre avant d'être employé par la Radiodiffusion française à la Libération.

En 1950, il est recruté à Radio Monte-Carlo où il accomplit toute sa carrière. Il devient directeur de l'antenne de Radio Monte-Carlo en 1974 puis directeur de l'antenne des programmes français en 1978 avant d'être nommé secrétaire général des programmes et responsable des relations internationales en 1988.

Parallèlement à son activité professionnelle, A. Gaspard s'engage au service de la défense des intérêts des Français installés dans la principauté de Monaco. Il est président de l'Union des Français de Monaco de 1980 à 1998, avec une seule interruption de 1984 à 1988 au cours de laquelle il préside la Fédération des groupements français de Monaco. Il siège également au Conseil supérieur des Français de l'étranger à compter de 1988.

Suivant l'exemple de son père Joseph Gaspard, sénateur radical-socialiste des Pyrénées-Orientales de 1948 à 1959, il brigue un siège de sénateur des Français établis hors de France le 24 septembre 1989 : il occupe la deuxième place sur la liste pour l'Union et la solidarité des Français de l'étranger conduite par Pierre Croze, élu à la Haute Assemblée depuis 1971. A. Gaspard n'entre au Sénat que le 20 janvier 1998 au lendemain du décès de P. Croze. Il renonce à ses fonctions de membre du Conseil supérieur des Français de l'étranger et de président de l'Union des Français de Monaco.

Au Palais du Luxembourg, où il siège au sein du groupe des Républicains et indépendants, il est membre de la commission des affaires étrangères.

Au cours des huit mois qu'il passe au Sénat, A. Gaspard n'intervient pas en séance publique et ne dépose pas de proposition de loi. Il vote cependant la loi d'orientation et d'incitation relative à la réduction du temps de travail en 1998.

Terminant le mandat de sénateur des Français établis hors de France débuté par P. Croze, il ne se représente pas aux élections sénatoriales du 27 septembre 1998.

Il s'éteint le 21 juin 1999 à Monaco à l'âge de soixante-quatorze ans. Chevalier de l'ordre national du Mérite en 1989, il avait reçu des mains de P. Croze les insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 1995.

Sources

Archives du Sénat : dossier personnel de sénateur ; tableau des élections.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. André GASPARD, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe des Républicains et Indépendants
Etat-civil
Né le 17 février 1925
Décédé le 21 juin 1999
Profession
Journaliste
Département