Allez au contenu, Allez à la navigation

GAUTHIER Abel

Ancien sénateur du Puy-de-Dôme

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 26 septembre 1965
  • Fin de mandat le 1er octobre 1974 (ne se représente pas)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires sociales
  • Membre du Groupe Socialiste

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

GAUTHIER (Abel)

Né le 17 novembre 1905 à Orbeil (Puy-de-Dôme)

Décédé le 28 février 1991 à Orbeil (Puy-de-Dôme)

Sénateur du Puy-de-Dôme de 1965 à 1974

Né en 1905 à Orbeil dans le Puy-de-Dôme, Abel Gauthier effectue une courte scolarité avant de devenir agriculteur. Il devient maire de sa commune natale en 1934. Il participe à la seconde guerre mondiale comme soldat jusqu'en juillet 1940, puis comme résistant. A partir de 1942, il intègre l'organisation « Libération Sud ». Il participe en 1943 à la constitution du groupement de résistance paysanne qui donne naissance à la Confédération générale de l'agriculture. Cette structure regroupe essentiellement des militants socialistes et radicaux. Abel Gauthier a également été membre du comité régional de libération de Clermont-Ferrand.

Après la guerre, il intègre le Conseil économique du Puy-de-Dôme de 1947 à 1951. Toujours agriculteur, il préside de 1955 à 1965 la caisse régionale agricole. Pour ce membre de la SFIO, l'action politique et la défense des intérêts agricoles se rejoignent. Aussi, quand il se présente aux élections sénatoriales de 1965 sur une liste d'Union socialiste et républicaine, il s'engage dans sa profession de foi à être « le porte-parole compétent de tous les agriculteurs du Puy-de-Dôme ». Il est finalement élu sénateur du Puy-de-Dôme le 26 septembre 1965.

Inscrit au groupe socialiste du Sénat, il est nommé membre de la commission des affaires sociales. Au nom de celle-ci, il est rapporteur en 1967 du projet de loi autorisant l'approbation de l'accord, signé le 28 avril 1966, entre la France, les Pays-Bas et la Pologne en matière de sécurité sociale. En 1971, toujours en qualité de rapporteur de la commission, il demande à ses collègues de voter la proposition de loi tendant à modifier l'article L. 511 du code de la santé publique relatif à la définition de la qualité du médicament. Abel Gauthier participe également à plusieurs commissions mixtes paritaires ayant trait le plus souvent à la situation sociale ou économique des travailleurs. C'est le cas lorsqu'il participe aux travaux de la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion du projet de loi relatif à l'assurance maladie et maternité des travailleurs non salariés des professions non agricoles.

Abel Gauthier intervient également en séance publique à propos de deux sujets qui lui tiennent particulièrement à coeur : l'agriculture et le sort des infirmes. Le 18 avril 1967, il explique que le groupe socialiste est favorable à la proposition de loi d'extension du privilège de l'office national interprofessionnel des céréales (ONIC) aux sociétés de caution mutuelle des négociants en grains agréés. Il profite de cette occasion pour déplorer que les idées qui « avaient présidé à la conception de l'office du blé, cet organisme tripartite réunissant les producteurs, les transformateurs et les consommateurs, aient été bien modifiées au cours des années et que la fixation du prix, notamment, lui ait été en définitive complètement retirée. » Quelques semaines plus tard, en novembre 1967, lors de la discussion du projet de loi de finances pour 1968, il demande une revalorisation des allocations d'aide sociale pour les infirmes, aveugles et grands infirmes. Il suggère également de mettre fin à la distinction faite entre les infirmes ayant moins de 80% d'invalidité, et les grands infirmes ayant plus de 80% d'invalidité.

Lors des grands scrutins de la période, Abel Gauthier vote pour la loi Neuwirth relative à la régulation des naissances (1967) et pour la loi fixant à 18 ans l'âge de la majorité (1974). Par contre, il vote contre la loi portant création et organisation des régions (1972) et s'abstient lors du vote de la loi Royer d'orientation du commerce et de l'artisanat (1973).

En parallèle de son activité politique nationale, Abel Gauthier accroît ses responsabilités au niveau local. Toujours maire d'Orbeil, il est élu en octobre 1967, au second tour, conseiller général de Sauxillanges. Il préside également l'association des élus socialistes et républicains du Puy-de-Dôme. L'année 1973 marque un tournant dans sa carrière politique. Le 13 juillet tout d'abord, il démissionne de sa fonction de maire d'Orbeil. Deux mois plus tard, il est battu dans son canton de Sauxillanges au premier tour par le républicain indépendant Mazet, avec 695 voix contre 1 449. Il choisit alors de rejoindre le Conseil régional d'Auvergne, dont il est membre de droit, à la fin de l'année 1973. L'année suivante, il décide de ne pas se représenter aux élections sénatoriales de septembre, puis il se retire de la vie publique.

Abel Gauthier était chevalier de la Légion d'honneur et du Mérite agricole. Il reçut également de la Tunisie la distinction d'officier du Nichan Iftikhar et, de la part du Maroc, celle de commandeur de l'ordre du Ouissam Alaouit Chérifien.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Abel GAUTHIER, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Socialiste
Etat-civil
Né le 17 novembre 1905
Décédé le 28 février 1991
Profession
Agriculteur
Département
Puy-de-Dôme