Allez au contenu, Allez à la navigation

KIENTZI Armand

Ancien sénateur du Bas-Rhin

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 6 mai 1976 (en remplacement de M. Michel KISTLER, décédé)
  • Fin de mandat le 2 octobre 1977 (ne se représente pas)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées
  • Membre du Groupe de l'Union Centriste des Démocrates de Progrès

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

KIENTZI (Armand)

Né le 22 juin 1909 à Strasbourg (Bas-Rhin)

Décédé le 30 décembre 1980 à Strasbourg (Bas-Rhin)

Sénateur du Bas-Rhin de 1976 à 1977

A la fin de ses études au collège Saint-Etienne et à la faculté de droit de Strasbourg, Armand Kientzi devient docteur en droit, et diplômé d'études supérieures d'économie politique. Avocat assermenté en 1930, il s'inscrit au barreau de Strasbourg et exerce sa profession jusqu'au 30 juin 1976, date à laquelle il devient avocat honoraire. Il publie en 1947 un ouvrage sur le régime des biens communaux en Alsace et en Lorraine, avant d'être décoré des Palmes académiques, deux ans plus tard.

Armand Kientzi s'engage dans la vie politique en 1953, lorsqu'il est élu conseiller municipal de Strasbourg. Réélu en 1959, 1965 et 1971, il devient adjoint au maire en 1974, et compte parmi les membres de la communauté urbaine de Strasbourg depuis sa création, en 1967. Entre temps, gagnant en notoriété, il a étendu son action politique au-delà du périmètre de sa commune, en siégeant au Conseil général du Bas-Rhin, de 1962 à 1964. A la même époque, le temps et l'énergie qu'il consacre aux affaires publiques lui valent d'être décoré de la Légion d'honneur.

Armand Kientzi devient sénateur du Bas-Rhin le 6 mai 1976, en remplacement de Michel Kistler, décédé. En accédant à la Chambre haute, il devient également membre de droit du Conseil régional d'Alsace. Au Palais du Luxembourg, il s'inscrit au groupe de l'Union centriste des démocrates de progrès (UCDP), puis il est nommé membre de la commission des affaires étrangères. A l'occasion du projet de loi de finances rectificative pour 1976, il soutient un amendement très technique tendant à atténuer les effets des majorations d'impôt sur le revenu par la mise en place d'un système de décote. L'année suivante, il participe à la discussion d'une proposition de loi visant à compléter les dispositions de code des communes relatives à la coopération intercommunale. A cette occasion, il s'intéresse plus particulièrement aux droits acquis des personnels des communautés dissoutes.

En 1977, Armand Kientzi ne se représente ni aux élections sénatoriales, ni aux élections municipales de Strasbourg. Il se retire de la vie publique et décède trois ans plus tard. Il était commandeur de l'ordre équestre du Saint-Sépulcre, et officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Le Sénat vers 1950
Appartenance politique
Membre du Groupe de l'Union Centriste des Démocrates de Progrès
Etat-civil
Né le 22 juin 1909
Décédé le 29 décembre 1980
Profession
Avocat
Département
Bas-Rhin