Allez au contenu, Allez à la navigation

LECCIA Bastien

Ancien sénateur des Bouches-du-Rhône

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 11 mai 1983 (en remplacement de M. Antoine ANDRIEUX, décédé)
  • Fin de mandat le 1er octobre 1989 (ne se représente pas)

Fonctions antérieures

  • Député

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées
  • Membre du Groupe Socialiste

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

LECCIA (Bastien)

Né le 3 novembre 1919 à Conca di Porto-Vecchio (Corse) Décédé le 9 avril 2004 à Marseille (Bouches-du-Rhône)

Député des Bouches-du-Rhône de 1967 à 1968

Sénateur des Bouches-du-Rhône de 1983 à 1989

Bastien Leccia voit le jour le 3 novembre 1919 à Conca, petit village corse perché dans les montagnes au nord de Porto-Vecchio. S'il accomplit toute sa carrière professionnelle et politique sur le continent, à Marseille,

« la plus grande ville corse » selon ses mots, il ne cesse de placer l'Île de Beauté au coeur de ses préoccupations et de son action publique.

Après avoir fréquenté le collège de Sartène, il s'établit à Marseille où il embrasse la profession d'expert- comptable. Il n'a pas dix-sept ans lorsqu'il adhère à la Section française de l'internationale ouvrière (SFIO) : membre des Jeunesses socialistes du onzième canton des Bouches-du-Rhône à partir de 1936, il en devient secrétaire général en 1939. Cette même année, il prend la direction départementale des Jeunesses socialistes. Il participe ensuite à la Résistance au sein du Mouvement de libération nationale, à partir de 1941. En août 1944, il combat avec les Forces françaises de l'intérieur pour la libération de Marseille.

En octobre 1945, il rejoint l'Union démocratique et socialiste de la Résistance. Fidèle de Gaston Defferre, il est élu conseiller municipal de Marseille en 1959. Reconduit dès lors sans interruption, il se voit confier par l'inamovible premier magistrat de la cité phocéenne les responsabilités d'adjoint au maire à plusieurs reprises. Délégué régional à la Convention des institutions républicaines, il est également proche de François Mitterrand.

Il se présente ensuite aux élections législatives de mars 1967 dans la première circonscription des

Bouches-du-Rhône. Candidat de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS), il ne réunit que

5 511 des 32 322 suffrages exprimés au premier tour et est devancé par le député gaulliste sortant Pierre Marquand-Gairard et la communiste Marcelle Bouvet. Mais le désistement de cette dernière en sa faveur lui permet de remporter le siège de député : avec 16 350 des 32 337 suffrages exprimés au second tour, il défait Pierre Marquand-Gairard qui obtient 15 987 voix.

Au Palais Bourbon, il s'inscrit au groupe de la FGDS et devient membre de la commission de la production et des échanges. Il est par ailleurs élu représentant de la France à l'Assemblée consultative du Conseil de l'Europe en 1967. La même année, il rapporte un projet de loi sur un sujet qu'il connaît parfaitement : le statut de l'ordre des experts-comptables et des comptables agréés.

Fondateur de la Maison de la Corse à Marseille en 1955, ainsi que de la Fédération des groupements corses des Bouches-du-Rhône, qu'il préside de 1957 à 1999, le natif de Conca se fait aussi l'avocat des intérêts de l'Île de Beauté à l'Assemblée nationale. À l'occasion de la discussion du projet de loi de finances, en octobre

1967, il insiste sur les nombreux handicaps dont souffre la Corse, dûs essentiellement à son insularité. Il déplore ainsi les frais qui grèvent les importations et les exportations corses et qui entraînent la hausse du coût de la vie. Il regrette également le sous-équipement de l'île.

Il se représente aux élections législatives de juin 1968. Largement distancé dès le premier tour avec seulement 5 416 des 32 112 suffrages exprimés contre 15 295 voix pour le gaulliste Joseph Comiti, il est nettement battu au second tour : il n'obtient que 12 248 des 31 717 suffrages exprimés contre 19 469 pour le candidat corse de l'Union pour la défense de la République (UDR).

En mars 1973, Bastien Leccia brigue de nouveau un mandat de député dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône. Avec 7 563 des 30 362 suffrages exprimés au premier tour, le candidat socialiste est une nouvelle fois devancé par Joseph Comiti qui réunit 11 532 voix. Il est battu au second tour, ne recueillant que

14 121 des 31 864 suffrages exprimés contre 17 743 pour le secrétaire d'État chargé de la Jeunesse et des Sports. Il échoue ensuite à remporter un mandat sénatorial le 28 septembre 1980 : il est sixième sur la liste du Parti socialiste conduite par Irma Rapuzzi qui remporte cinq sièges.

À l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, il suit Gaston Defferre au ministère de l'Intérieur et de la décentralisation : le maire de Marseille le nomme délégué aux Affaires corses de juillet 1981 à août 1982. Il joue alors un rôle essentiel dans la mise en place du premier statut particulier de la région de Corse en mars 1982. Il est par ailleurs nommé président de la Compagnie nationale du Rhône en avril 1982, fonction qu'il doit abandonner à son entrée à la Haute assemblée en mai 1983.

Il devient en effet sénateur des Bouches-du-Rhône le 11 mai 1983 en remplacement d'Antoine Andrieux, lui aussi d'origine corse et fidèle de Gaston Defferre, disparu des suites d'une maladie du cerveau. Au Palais du Luxembourg, il s'inscrit au groupe socialiste, lui qui préside ensuite l'Union des élus socialistes et républicains des Bouches-du-Rhône à partir de 1987. Membre de la commission des affaires étrangères en 1983 et de 1986 à

1989, il siège également à la commission des lois de 1983 à 1986.

Au Sénat, ce Corse, marseillais d'adoption, intervient à propos des deux terres qui lui sont le plus chères. Il s'exprime ainsi au sujet de la Corse, en juin 1985, lors de la discussion du projet de loi relatif à l'élection des conseillers régionaux. Soulignant une nouvelle fois la « spécificité géographique, historique et culturelle de l'île », l'ancien délégué aux Affaires corses dépose un amendement visant à ce que la Corse demeure une circonscription unique. L'élu phocéen s'intéresse aussi, en mai 1987, à la modification du régime électoral de la ville de Marseille.

Il s'exprime en outre sur le projet de loi relatif à la liberté de communication, en juin 1986. Rappelant que c'est le pouvoir socialiste qui a libéré l'audiovisuel à partir de 1981, il voit dans le texte proposé par le gouvernement de Jacques Chirac la menace d'un « véritable démantèlement du service public », avec en particulier la privatisation annoncée de TF1. Il s'abstient par ailleurs sur la loi relative au revenu minimum d'insertion, en novembre 1988.

Après six ans passés au Palais du Luxembourg, il ne se représente pas aux élections sénatoriales du

24 septembre 1989. Chevalier de la Légion d'honneur et officier de l'ordre national du Mérite, il s'éteint le 9 avril 2004 dans une maison de retraite marseillaise, à l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Ce militant socialiste qui a consacré toute sa vie à la Corse et à Marseille est ensuite inhumé dans son village natal de Conca.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Bastien LECCIA, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Socialiste
Etat-civil
Né le 3 novembre 1919
Décédé le 9 avril 2004
Profession
Directeur de société
Département
Bouches-du-Rhône