Allez au contenu, Allez à la navigation

ROLLIN René

Ancien sénateur de la Haute-Marne

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 28 novembre 1972 (en remplacement de M. Pierre René MATHEY, décédé)
  • Fin de mandat le 1er octobre 1974 (non réélu)

Fonctions antérieures

  • Député

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires culturelles
  • Membre du Groupe de la Gauche Démocratique

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

ROLLIN (René, Alfred, Emile)

Né le 7 décembre 1907 à Saint-Dizier (Haute-Marne) Décédé le 13 septembre 1984 à Saint-Dizier (Haute-Marne)

Député de la Haute-Marne de 1936 à 1940

Sénateur de la Haute-Marne de 1972 à 1974

Après avoir voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, le 10 juillet 1940, René Rollin vit l'Occupation dans la Haute-Marne. Il y crée une compagnie forestière et industrielle au lendemain de la campagne de France. Arrêté au printemps 1944, l'ancien parlementaire est déporté au camp de Neuengamme le 15 juin 1944. A son retour en France, il est frappé d'inéligibilité et se tient un temps à l'écart de la vie publique. Il renoue avec elle en étant élu conseiller général dans le canton de Chevillon à l'automne 1951. Il avait déjà siégé au Conseil général de la Haute-Marne avant la guerre, comme représentant du canton de Saint-Dizier et est élu maire de Chevillon à la fin des années 1950 - la commune compte alors un peu plus de 1 500 habitants. René Rollin reste fidèle à la mouvance radicale à cette époque. Il figure comme suppléant du sortant Pierre Mathey, maire de Prauthoy, sur la liste « républicaine et libérale d'Action économique et sociale » que conduit Edgard Pisani dans la Haute-Marne pour les élections sénatoriales du 26 avril 1959. Pierre Mathey est réélu au second tour grâce au soutien de 440 grands électeurs sur 754. Six ans plus tard, il sollicite le renouvellement de son mandat et confirme son choix de René Rollin comme suppléant. Le tandem Mathey-Rollin, qui figure sur la liste du

« Rassemblement démocratique et de défense des intérêts communaux et départementaux », obtient 342 voix sur

787 au premier tour de scrutin, au l'automne 1965. Les suffrages des grands électeurs haut-marnais lui sont en effet disputés au premier tour par une liste « d'Action économique et sociale » emmenée par Michel Cointat, directeur général de la production et des marchés au ministère de l'agriculture et futur député gaulliste d'Ille-et- Vilaine. Raymond Hanin, ancien député du Centre national des indépendants et paysans (CNIP), est également candidat au premier tour, à la tête d'une liste « d'Action familale et sociale pour l'aménagement et l'expansion de la Haute-Marne ». Le scrutin décisif permet toutefois à la liste radicale-socialiste de Raymond Boin et Pierre Mathey de conserver les deux sièges de sénateurs de la Haute-Marne. Les grands électeurs de ce département, où est située la commune de Colombey-les-Deux-Eglises, ont donc fait le choix de l'opposition, même discrète, au pouvoir gaulliste. Pierre Mathey, qui a néanmoins noué des contacts anciens avec le général de Gaulle et son entourage, soutient les options de l'exécutif sur des textes importants comme pour la légalisation de la contraception médicamenteuse (5 décembre 1967).

Le décès de Pierre Mathey conduit René Rollin à le remplacer sur les bancs du Palais du Luxembourg à compter du 28 novembre 1972. Il retrouve ainsi le Parlement plus de trente ans après l'avoir quitté, mais siège désormais à la Chambre haute. Il s'y inscrit au groupe de la Gauche démocratique et siège à la commission des affaires culturelles. Il participe également aux travaux du groupe d'études sénatorial pour l'aménagement rural, que préside alors Jacques Boyer-Andrivet. René Rollin ne prend pas la parole en séance publique entre novembre 1972 et septembre 1974. En juin 1973, il est nommé membre de la commission spéciale chargée de l'examen du projet de loi relatif à la création d'un Institut universitaire européen.

René Rollin ne fait pas partie de ces radicaux qui, comme René Billières, Maurice Faure ou Jacques Maroselli, quittent en 1972 le parti de la place de Valois pour fonder le Mouvement des radicaux de gauche (MRG). Il soutient au contraire l'évolution initiée sous la direction de Jean-Jacques Servan-Schreiber et se

reconnaît dans la majorité présidentielle après la victoire de Valéry Giscard d'Estaing en mai 1974. Il approuve l'abaissement de l'âge de la majorité à dix-huit ans lors de sa discussion par le Sénat (séance du 28 juin 1974). C'est comme sortant qu'il se présente aux élections sénatoriales du 22 septembre 1974. Second de la liste que conduit Raymond Boin, il réunit cependant plus de suffrages sur son nom que ce dernier (290 contre 273) au premier tour. Ils sont devancés par le premier adjoint au maire de Chaumont Georges Berchet, qui est élu sénateur avec 569 voix sur 928, mais également par Edgard Pisani qui, après avoir été député du Maine-et-Loire de 1967 à 1968, est soutenu dans sa tentative de retour en Haute-Marne par 387 grands électeurs. René Rollin et Raymond Boin se retirent avant le scrutin décisif, qui voit la victoire d'Edgard Pisani sur Jean Raullet, maire de Colombey-les-Deux-Eglises.

L'ancien parlementaire haut-marnais n'abandonne pas le vie publique après cet échec. Fidèle au Parti radical, il devient membre de l'Union pour la démocratie française (UDF) dès sa création en 1978. Le 24 mars

1982, il accède à la présidence du Conseil général de la Haute-Marne. Il est alors âgé de 74 ans et continue de mener une vie particulièrement active malgré des problèmes cardiaques récurrents. C'est peu après avoir effectué un voyage en Grèce à la tête d'une délégation du Conseil général de la Haute-Marne que René Rollin est victime d'un grave malaise. Il décède quelques heures plus tard, à l'âge de 77 ans.

Ancien capitaine d'artillerie de réserve, René Rollin avait été fait chevalier de la Légion d'honneur le

7 avril 1977. Il avait en outre été décoré de l'ordre national du Mérite, de la Médaille d'honneur départementale et communale et de la Médaille d'or de la jeunesse et des sports.

Un collège porte son nom à Chevillon.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. René ROLLIN, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe de la Gauche Démocratique
Etat-civil
Né le 7 décembre 1907
Décédé le 13 septembre 1984
Profession
Professeur en retraite
Département
Haute-Marne