Allez au contenu, Allez à la navigation

TELLIER Gabriel

Ancien sénateur du Pas-de-Calais

Election

  • Elu le 26 avril 1959
  • Fin de mandat le 1er octobre 1965 (ne se représente pas)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires économiques
  • Membre du Groupe du Centre Républicain d'Action Rurale et Sociale

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)
Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

TELLIER (Gabriel)

Né le 13 janvier 1899 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

Décédé le 9 septembre 1976 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

Membre de la première Assemblée nationale Constituante (Pas-de-Calais)

Sénateur du Pas-de-Calais de 1948 à 1958

Né le 13 janvier 1899 à Boulogne-sur-Mer, Gabriel Tellier s'installe en 1925 comme agriculteur à Pittefaux.

Maire de sa commune depuis 1927, il se présente dans la première circonscription du Pas-de-Calais aux élections à la première Assemblée nationale Constituante le 21 octobre 1945 en seconde position de la liste du MRP emmenée par Jacques Vendroux.

Avec 80 637 voix sur 173 181 suffrages exprimés, cette liste remporte deux des cinq sièges à pourvoir et Gabriel Tellier est donc élu. A son arrivée au Palais Bourbon, il rejoint le groupe MRP et siège à la commission de l'agriculture et du ravitaillement.

Président de la société d'agriculture et du syndicat des sinistrés agricoles de l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer, Gabriel Tellier le 19 février 1946 dépose deux propositions de résolution pour mettre à la disposition des agriculteurs sinistrés des avoines de semence et un contingent supplémentaire d'engrais azotés.

Il n'est pas candidat à la seconde Constituante ni aux élections législatives du 10 novembre 1946 mais se présente en revanche au Conseil de la République le 7 novembre 1948 en tête de liste du RPF.

Avec 799 voix sur 2949 suffrages exprimés, cette liste obtient deux élus sur les six sièges à pourvoir. A son arrivée au Conseil de la République, Gabriel Tellier rejoint le groupe du Centre républicain d'action rurale et sociale et l'intergroupe du Rassemblement du peuple français et est nommé membre de la commission de la reconstruction et de la commission de la famille qu'il quitte en janvier 1949 pour celle de la marine.

Mise à part la proposition de résolution qu'il dépose le 11 août 1951 pour indemniser les victimes de l'orage de grêle qui vient de s'abattre sur son département, il n'a recours à aucun autre instrument de l'initiative et du contrôle parlementaires. Relativement plus nombreuses, ses interventions portent sur des questions ayant trait à la reconstruction, à l'urbanisme et aux dommages de guerre.

Le 18 mai 1952, il est réélu à la Haute Assemblée après avoir conduit la liste de Concentration républicaine qui, avec 738 voix des 2930 suffrages exprimés, n'a cependant obtenu qu'un seul des six sièges à pourvoir.

Gabriel Tellier rejoint alors au Conseil de la République le groupe du Rassemblement du peuple français. Il siégera au sein de plusieurs commissions chargées de la reconstruction, de la marine, de l'agriculture et de l'intérieur comme membre titulaire, et des affaires économiques, de la presse et de la production industrielle comme membre suppléant.

Ses interventions publiques ont trait essentiellement aux questions intéressant le monde paysan, dont il défend surtout les intérêts en 1956 en soutenant l'idée de créer un fonds de prévoyance chômage et de lutte contre l'exode rural et de prendre des mesures visant à venir en aide aux agriculteurs victimes de calamités atmosphériques, en appelant à la revalorisation des produits agricoles et à l'extension du bénéfice de l'amnistie aux condamnations prononcées lors de manifestations agricoles.

Ayant démissionné en 1955 du groupe du Rassemblement du peuple français pour rejoindre en 1955 le groupe du centre républicain d'action rurale et sociale, Gabriel Tellier est réélu en juin 1958 au Conseil de la République, après s'être prononcé en faveur des pleins pouvoirs et de la révision constitutionnelle les 2 et 3 juin.

Afficher le texte

Ve République

TELLIER (Gabriel, Auguste, Albert)

Né le 13 janvier 1899 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) Décédé le 9 septembre 1973 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

Membre de la première Assemblée nationale constituante

Sénateur du Pas-de-Calais de 1948 à 1965

La stabilité des résultats avait marqué le renouvellement du 8 juin 1958 puisque tous les conseillers de la République sortants du Pas-de-Calais avaient été réélus au scrutin proportionnel. Pour sa part, Gabriel Tellier, tête de liste d'Union nationale républicaine et d'action républicaine investie par le Centre national des indépendants et paysans (CNIP), obtenait 760 voix sur 2 995 inscrits et sur 2 978 suffrages exprimés. Cette liste arrivait loin derrière la Section française de l'internationale ouvrière (SFIO) et ses 1 260 voix. Elle devançait cependant sa concurrente communiste (484 voix) et sa rivale investie par le Mouvement républicain populaire (MRP) (474 voix) qui, elles aussi, ne comptaient qu'un seul élu. Mais à la suite des votes des 2 et 3 juin, la seconde chambre n'a plus d'activité parlementaire. Le 28 septembre 1958, le peuple approuve, par référendum, les institutions de la République nouvelle qui compte une Haute assemblée. Lorsque ce Sénat tient sa « réunion constitutive » le 9 décembre 1958, dans la composition du Conseil de la République issu des élections du printemps précédent, Gabriel Tellier participe à l'élection de son président puis, le lendemain, adhère de nouveau au groupe du Centre républicain d'action rurale et sociale (CRARS). Le 21 janvier, il entre dans une des nouvelles commissions permanentes, celle des affaires économiques où il demeure jusqu'à la fin de son mandat en 1965. C'est en son sein, d'ailleurs, qu'il fournit l'essentiel de son travail sénatorial.

Le 26 avril 1959, pour les élections générales qui constituent le nouveau Sénat, Gabriel Tellier conduit une liste d'Union nationale républicaine et d'action paysanne toujours investie par le Centre national des indépendants et paysans. Le scrutin proportionnel prévoit le partage identique de six sièges. Sur 3 141 inscrits, sur 3 140 votants et sur 3 132 suffrages exprimés, Gabriel Tellier demeure le seul élu de sa liste, qui affronte cinq concurrentes. Le Parti communiste et le MRP revendiquent chacun un sénateur mais les socialistes en recueillent trois. Plus grave est le résultat du sortant indépendant qui tombe à 546 voix. Ce recul sensible peut expliquer son renoncement à se représenter en 1965, alors que Gabriel Tellier n'est âgé que de soixante-six ans. Sans doute son mandat de maire de Pittefaux ne l'aide guère à rayonner dans son département. Il est certes réélu en 1953, en mars 1959 et encore en mars 1965 mais son village, malgré ses imposantes ruines médiévales et un admirable château, ne l'aide guère à s'imposer dans la vie politique locale. En effet, situé à huit kilomètres au nord-est de Boulogne-sur-Mer, cet agrégat de quelques foyers, modernisé par son premier magistrat dans l'orbite de sa puissante voisine, ne s'étend que sur 2,42 km², bordé dans sa limite sud par un fleuve côtier, le Wimereux. Et il ne compte que cinquante-sept habitants en 1962 ! Gabriel Tellier ne siège pas au Conseil général, ce qui limite aussi son action politique. C'est donc dans son activité professionnelle qu'il faut chercher l'explication de son assise politique.

En plus de sa profession d'agriculteur, il préside la coopérative La littorale boulonnaise. Par ailleurs, Gabriel Tellier diversifie ses occupations. La société des habitats à loyers modérés (HLM) La Sémaroise le place à sa tête en tant que président-directeur-général. Créee en 1930 à l'initiative d'une famille industrielle des textiles du nord, cette société donne l'occasion à son président de nouer d'utiles contacts avec les maires du

Boulonnais. Au titre de son mandat sénatorial, Gabriel Tellier est logiquement nommé membre du conseil supérieur des habitats à loyers modérés le 7 juillet 1959.

Une fois réélu, le sénateur du Pas-de-Calais se réinscrit au groupe du CRARS le 30 avril 1959. Dans sa carrière de parlementaire, c'est sans doute avec les idées de cet ensemble qu'il s'accorde le mieux. Les termes de la déclaration politique de ce groupe, remise à la présidence du Sénat au début de la première session de 1959, garantissent d'abord les libertés individuelles, politiques et économiques. En effet, il est question de préoccupations particulièrement chères aux sénateurs « paysans » : « l'équipement du territoire tant urbain que rural », « l'expansion économique et la promotion sociale, notamment dans le monde agricole » et

« l'indépendance des collectivités locales, élément essentiel de la stabilité nationale. »

Gabriel Tellier est beaucoup moins actif au Parlement sous la Ve République qu'au temps de la première Assemblée nationale constituante, et sous la IVe République. Il n'intervient jamais en séance publique, il n'est l'auteur d'aucun rapport ou proposition de loi, il ne siège dans aucune commission spéciale ou commission mixte paritaire.

Gabriel Tellier appartient à un groupe politique qui ne se reconnaît pas toujours dans la politique conduite par le général de Gaulle. Cependant, son compagnonnage ancien avec les gaullistes lui interdit de se comporter en opposant. En effet, il fut en 1945 le colistier (MRP) de Jacques Vendroux, désormais maire UNR de Calais. Il a aussi appartenu, de 1952 à 1955, au groupe du Rassemblement du peuple français (RPF) au Conseil de la République. Sous la Ve République, Gabriel Tellier vote en faveur du projet de loi autorisant le Gouvernement à prendre certaines mesures relatives au maintien de l'ordre, à la sauvegarde de l'Etat, à la pacification et à l'administration de l'Algérie le 3 février 1960. Il approuve également le projet de loi portant réforme des régimes matrimoniaux le 11 mai 1965.

Ne se représentant pas en septembre 1965, Gabriel Tellier s'efface doucement de la vie politique du Pas- de-Calais. Répugnant à livrer les éléments de sa vie expliquant sa propre réussite sociale, il se retire à Boulogne- sur-Mer où il a toujours résidé. Il y décède en 1973.

(Dossier personnel Sénat, Sénat, Tables, Who's who in France 1965-1966)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Gabriel TELLIER, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe du Centre Républicain d'Action Rurale et Sociale
Etat-civil
Né le 13 janvier 1899
Décédé le 9 septembre 1976
Profession
Agriculteur
Département
Pas-de-Calais