Allez au contenu, Allez à la navigation

Extrait de la table nominative 1977

HENRY (MARCEL), sénateur de Mayotte (UCDP). Elu sénateur le 25 septembre 1977.

NOMINATION

Est nommé membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées [6 octobre 1977].

INTERVENTIONS

- Projet de loi de finances pour 1978 (n° 87).

Deuxième partie :

Départements d'outre-mer [2 décembre 1977] (p. 3436) : se souvient avec émotion de la séance du 6 novembre 1974 où, au Sénat, de nombreux parlementaires se sont déclarés favorables à la modification du texte en discussion afin que soit respectée la volonté des Mahorais de ne pas être rejetés de la communauté nationale. Mayotte n'a pas été tentée par le modèle politique offert par ses voisins de l'océan Indien et de l'Afrique. La nécessité d'un plan global et pluriannuel. Le programme de développement de Mayotte doit être annexé au VIIe Plan au même titre que les programmes d'action prioritaires métropolitains. La période d'apprentissage du statut départemental. Mayotte ne doit pas être défavorisée par rapport aux autres collectivités de la République ; l'attribution du versement représentatif de la taxe sur les salaires devrait permettre d'équilibrer le budget de la collectivité territoriale sans recours à une subvention d'équilibre. Le cadre départemental suppose l'intervention directe des ministères techniques. (p. 3437) : le ministère de l'agriculture semble ignorer l'existence de l'île. Les besoins mahorais prioritaires dans les secteurs des communications, de l'enseignement, du crédit et de l'agriculture. La création d'une ligne aérienne civile entre la Réunion et Mayotte. La création, avec l'aide du fonds européen de développement, d'un port en eau profonde. Il importe d'envisager la réalisation d'un aérodrome susceptible d'accueillir des avions long courrier. L'aménagement indispensable des tarifs de transport ; le réseau routier est réduit au minimum ; l'urgence du classement en routes nationales de l'ensemble du réseau structurant l'île. Le retard pris dans le domaine de l'enseignement ; l'absolue nécessité de créer un grand nombre de classes primaires et un deuxième collège d'enseignement secondaire. Le salaire des enseignants du premier degré continue à être pris en charge dans le budget de la collectivité territoriale. Le problème particulier dans l'enseignement technique ; l'évolution doit être favorisée vers l'agriculture, la pêche, l'artisanat et les métiers du bâtiment. L'action à mener pour la création d'un cycle de fin d'études primaires ; dans l'enseignement secondaire technique et pour les adultes.

L'extension progressive aux Mahorais du bénéfice du service militaire adapté est indispensable. La mise en place à Mayotte d'un système de crédit public et privé. L'installation en 1978 d'une direction de l'agriculture. Pendant vingt ans, Mayotte a été abandonnée par le Gouvernement du territoire des Comores. L'article paru dans Le Quotidien de la Réunion intitulé « Le futur de Mayotte selon M. Stirn ». (p. 2438) : depuis le 6 juillet 1975, Mayotte s'est placée sous la protection des lois de la République ; le 11 avril 1976, elle a émis le souhait d'être dotée du statut de département d'outre-mer.