Allez au contenu, Allez à la navigation

Extrait de la table nominative 1982

LECHENAULT (France), sénateur de la Saône-et-Loire (GD-SRG).

NOMINATIONS

- Membre de la commission des affaires économiques.

INTERVENTIONS

- Projet de loi portant réforme de la planification [n° 391 (81-82)] - Suite de la discussion - (1er juillet 1982)- Explication de vote sur l'ensemble (p. 3383) : abstention de la formation des sénateurs radicaux de gauche.

- Projet de loi relatif à la création d'offices d'intervention dans le secteur agricole [454 (81-82)] - (21 septembre 1982) : Discussion générale (p. 4019) : dégradation du revenu agricole depuis 1974 - Création de l'office du blé en 1936 et rôle de Charles Borgeot, sénateur de Saône-et-Loire - Mise en place des offices par produit et risque d'étatisation de la gestion du marché - Rôle économique des prix agricoles et politique de redistribution des revenus au moyen d'aides directes - Diversité des agricultures en France - Rentes de situation créées par la politique de prix unique ; politique de prix différenciés et pénalisation des entreprises les plus compétitives - Connaissance nécessaire du marché et transparence des transactions - Développement des filières - Coût de transformation des produits agricoles et compétence nécessaire de l'office sur toute la filière : représentation de l'ensemble des opérateurs au comité de direction - Coordination avec la distribution- Amélioration de la gestion - (p. 4020) : moyens financiers des offices - Contrôle du respect des règles de discipline définies par l'office - Rôle des antennes régionales- Engagement pris par le ministre devant la commission des affaires économiques d'exclure du champ de compétence des offices les appellations d'origine contrôlée - Convention entre l'office national et les interprofessions par produit- Attente des décrets d'application et exclusion nécessaire de l'étatisation.

- Projet de loi de finances pour 1983 [n° 94 (82-83)].

Deuxième partie :

Agriculture - (30 novembre 1982) - (p. 6070) : budget de l'agriculture n'échappant pas à la politique de rigueur nécessaire pour la défense de l'emploi et la lutte contre l'inflation - Choix de privilégier l'enseignement, la formation et par la loi sur les offices d'interventions, l'orientation des productions et l'organisation des marchés - Commission des comptes de l'agriculture publiant cette année un revenu moyen positif par agriculteur - Approbation des priorités du Gouvernement - Choix cohérents étant ceux de l'avenir - Augmentation des crédits de l'enseignement agricole public, création de cent postes et titularisation de quatre mille auxiliaires - Augmentation de l'écart entre les bourses de l'enseignement agricole par rapport à l'éducation nationale - Animations culturelles en milieu rural et création de cent postes d'animateurs du Fonds de coopération de la jeunesse et de l'éducation populaire- Commission interministérielle agriculture-éducation nationale tentant d'harmoniser les statuts des professeurs et leur enseignement - Problème crucial de l'enseignement agricole débouchant sur les possibilités d'installation des jeunes agriculteurs - Engagement du Président de la République de doubler la dotation d'installation des jeunes agriculteurs (DJA) - Favorable aux offices par produits et attente de la publication des décrets d'application de la loi votée- (p. 6071): industries agro-alimentaires au deuxième rang de l'industrie française - France en tête de la Communauté économique européenne (CEE) pour les industries de première transformation, mais ne sachant pas transformer, exporter et s'adapter à la spécificité des demandes- Importations de technologies et de machines - Problème de l'extinction du métayage en viticulture en Saône-et-Loire- Constat des efforts du gouvernement pour le maintien de cet excellent outil d'équilibre qu'est l'exploitation familiale.