Allez au contenu, Allez à la navigation

COMPTES RENDUS DES COMMISSIONS MIXTES PARITAIRES


COMMISSION MIXTE PARITAIRE

Jeudi 10 novembre 2011

- Présidence de M. Jean-Luc Warsmann, président -

Commission mixte paritaire sur l'instauration d'un service citoyen pour les mineurs délinquants

La commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur la proposition de loi visant à instaurer un service citoyen pour les mineurs délinquants s'est réunie à l'Assemblée nationale le jeudi 10 novembre 2011.

Le Bureau de la commission a été ainsi constitué :

- M. Jean-Luc Warsmann, député, président ;

- M. Jean-Pierre Sueur, sénateur, vice-président ;

- M. Éric Ciotti, député, rapporteur pour l'Assemblée nationale ;

- Mme Virginie Klès, sénateur, rapporteur pour le Sénat.

M. Jean-Luc Warsmann, président, a indiqué que la commission mixte paritaire se trouvait devant une situation assez claire d'opposition entre les deux assemblées, le Sénat ayant adopté le 25 octobre dernier une question préalable rejetant le texte adopté par l'Assemblée nationale sans souhaiter débattre de ses articles.

M. Jean-Pierre Sueur, vice-président, a confirmé ce désaccord, tout en espérant qu'il n'en aille pas forcément ainsi de toutes les futures commissions mixtes paritaires et qu'une collaboration fructueuse puisse avoir lieu sur d'autres textes entre les commissions des Lois des deux assemblées dans la nouvelle configuration politique.

Mme Virginie Klès, rapporteur pour le Sénat, a souligné que les prises de position sur ce texte ne pouvaient pas être réduites à une opposition entre les deux chambres, puisque la commission de la Défense de l'Assemblée nationale avait, elle aussi, rejeté cette proposition de loi.

M. Jean-Luc Warsmann, président, a néanmoins rappelé que cette opposition de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale ne s'était guère confirmée lors du débat dans l'hémicycle.

M. Éric Ciotti, rapporteur pour l'Assemblée nationale, a confirmé que les points de vue des deux assemblées sur cette proposition de loi étaient inconciliables, comme en a témoigné le vote par le Sénat de la question préalable.

La Commission a ensuite constaté qu'elle ne pouvait parvenir à élaborer un texte commun.