Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 25 janvier 2011

Hommage au président de la République de Colombie

M. le président. - Il m'est particulièrement agréable de saluer la présence, dans notre tribune d'honneur, de M. le président de la République de Colombie. Mmes et MM. les Sénateurs se lèvent)

M. le Président Juan Manuel Santos Calderon avec qui nous venons d'avoir un long et très cordial échange, effectue une visite officielle dans notre pays : c'est sa première visite officielle hors du continent sud-américain depuis son élection, il y a six mois, et nous sommes heureux et honorés qu'il nous fasse l'amitié de venir en France. Je lui souhaite, en votre nom à tous, la bienvenue.

Le président Santos Calderon est accompagné de son épouse et d'une délégation de haut niveau. Je salue notamment Mme Maria Angela Holguin Cuellar, son ministre des affaires étrangères, dont nous avons eu le plaisir de faire la connaissance lors du bicentenaire de l'indépendance des pays d'Amérique latine.

Avant d'accéder à la magistrature suprême, le président Santos a été ministre de la défense et, à ce titre, était en charge de la lutte contre la guérilla des Farc. Il a été l'un des artisans de la libération d'Ingrid Betancourt, et je veux lui redire notre gratitude. Le président Calderon est aujourd'hui le maître d'oeuvre d'un vaste plan de réformes sociales, afin de construire une société plus équitable et plus juste.

Le Sénat entretient des relations interparlementaires importantes avec le Sénat de Colombie, et notre groupe d'amitié « France-Pays andins » s'est rendu en Colombie en septembre dernier. Nos collègues ont pu constater la force de nos liens, culturels, politiques et économiques, qui seront encore renforcés, notamment par un accord universitaire, politique et économique.

La Colombie siège au Conseil de sécurité des Nations unies pour les deux prochaines années. C'est un pays important d'une région dont nous faisons partie, avec la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane. Alors que notre pays préside le G20 avec l'ambition de faire progresser une mondialisation mieux régulée, nos échanges ont été précieux. (Mmes et MM. les sénateurs applaudissent)