Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 12 octobre 2011

Débat sur la couverture numérique

M. le président. - L'ordre du jour appelle le débat sur la couverture numérique du territoire.

M. Hervé Maurey, au nom de la commission de l'économie. - Notre commission est convaincue de l'enjeu que représente l'accès aux technologies de l'information et de la communication pour nos territoires, y compris pour les zones rurales. Par manque de temps, je n'évoquerai pas leur importance pour les services publics, la santé, l'enseignement, la qualité de la vie. D'après une étude publiée par McKinsey en mars 2011, plus de 700 000 emplois ont été créés depuis 2000 grâce aux technologies de l'information et de la communication et 450 000 devraient l'être à l'horizon 2015. Ce n'est pas un hasard si la Corée investit dans le très haut débit à 1 gigaoctet alors que nous nous contentons de 100 mégaoctets.

Notre commission est inquiète. Comme souvent, la France se berce d'illusions. Notre couverture en téléphonie mobile, en 2G, en 3G, en 4G, en fibre n'est pas satisfaisante, d'autant que nos outils de mesure présentent un fort biais optimiste : il suffit de capter en un point hors des résidences et en restant immobile pour que toute la commune soit réputée couverte par la téléphonie mobile.

Le déploiement du très haut débit fixe reste embryonnaire : au rythme actuel, il faudrait un siècle pour couvrir notre pays. Nous sommes 22e sur 26 dans les comparaisons internationales, contrairement à ce qu'a affirmé le ministre en commission.

Nous aurions pu retenir la solution de l'opérateur mutualisé ; France Telecom n'en a pas voulu. Recourir à un opérateur unique sur fonds publics comme en Australie, à des partenariats public-privé comme en Finlande, ou encore à des concessions régionales, ce qui aurait permis de travailler avec des opérateurs en travaux publics, lesquels sont habitués à des retours sur investissement moins rapides et à des taux plus faibles que les opérateurs de téléphonie. Vous avez opté pour l'initiative privée et les projets intégrés des collectivités qui portent à la fois sur des zones denses et non denses ne seront aucunement subventionnés, même sur la partie non dense. C'est exclure toute péréquation entre zones rentables et non rentables (applaudissements) où sont confinées les collectivités territoriales. C'est intolérable !

M. Daniel Raoul, président de la commission de l'économie. - On a des noms ?

M. Hervé Maurey, au nom de la commission de l'économie. - Comme toujours, on invoque le droit européen et la concurrence. Nous demandons des explications plus fournies et avons saisi l'autorité de la concurrence.

Notre commission émet également des doutes quant à la volonté de l'opérateur historique de déployer la fibre, qui le priverait de sa rente sur le cuivre.

Mme Kroes, commissaire à l'économie numérique, s'est récemment émue de cette question : elle souhaite réduire la rentabilité du cuivre. Bref, l'État a laissé la clé de la maison aux opérateurs privés. (On renchérit à gauche)

M. Daniel Raoul, président de la commission de l'économie. - Je suis débordé sur ma gauche !

M. Hervé Maurey, au nom de la commission de l'économie. - Les collectivités vont où les opérateurs ne veulent pas aller. L'État ne doit pas se contenter d'être un spectateur : il doit devenir un acteur volontariste.

J'en viens à mes préconisations. Les schémas directeurs territoriaux d'aménagement numérique doivent être opposables -pour éviter qu'ils ne restent des « paroles verbales »- et couvrir davantage de compétences. Ensuite, il faut profondément inverser les relations entre l'État et les opérateurs : cessons de les considérer comme des vaches à lait et fixons-leur des obligations de service public.

Concernant le numérique, nous devons viser 2 mégabits dès 2012 et 8 dès 2015. Il faut alimenter le Fonds d'aménagement numérique du territoire dès 2012. C'est possible sans créer de taxe supplémentaire, via la TVA sur le triple play. Il faut assurer en priorité le développement en zone rurale, où il y a plus d'appétence : pour preuve, là où il est possible, le taux de raccordement à la fibre est de 60 % dans l'Ain mais de 5 % à Paris.

En 2013, quand l'heure sera venue du bilan, ne nous interdisons pas de changer de modèle de déploiement. Mieux vaut revenir sur des décisions plutôt que de foncer dans le mur.

Monsieur le ministre, j'attends des réponses à mes propositions et aux questions que je vous ai adressées en juin. Pour l'heure, j'ai seulement reçu un accusé de réception de votre directeur de cabinet...

D'après un sondage auprès des maires ruraux, le numérique est leur première préoccupation, avant l'école et les routes.

Nous n'en resterons pas là : M. Leroy et moi-même allons déposer une proposition de loi car il est temps de passer des paroles aux actes. (Applaudissements unanimes)

Mme Mireille Schurch. - Le numérique représente le même enjeu que l'eau courante et l'électricité au XIXe siècle. L'avenir de nos territoires est en jeu ! Les maires ruraux ne s'y trompent pas.

Pour l'usager, l'accessibilité se situe à deux niveaux : l'accès au réseau, le coût de l'accès. En 2010, le président de la République a fixé des objectifs ambitieux pour la couverture numérique du territoire que vous comptez atteindre en vous reposant sur la seule initiative privée. Je partage les doutes du rapporteur... Il est inacceptable de priver les collectivités de subventions quand elles souhaitent couvrir des zones rentables en même temps que de non rentables. Cela interdit toute péréquation ! (« Très bien ! » à gauche) Il faudrait sans doute revoir votre copie du 27 avril 2011.

Le très haut débit pose, au fond, la question d'un service universel. La concurrence n'est qu'un moyen d'atteindre l'intérêt général, peut-on lire dans le rapport. Je partage ces propos : sans ressources pérennes octroyées au Fonds d'aménagement numérique, comment résorber la fracture numérique ? En temps de crise, il n'est pas juste de mettre le consommateur à contribution. Nous préférons un service public universel performant à des subventions délivrées à des opérateurs privés.

Ceux-ci ne voient que leur propre intérêt ! Appliqué depuis 1993, le modèle concurrentiel a montré ses limites. Nous contestons le découpage du territoire en trois zones et la charge imposée aux collectivités. Décentralisation ne doit pas rimer avec désengagement financier de l'État !

M. Roland Courteau. - Très bien !

Mme Mireille Schurch. - Restons vigilants : le numérique ne doit pas justifier une moindre présence de l'État : la télémédecine n'est pas une solution miracle aux déserts médicaux.

M. Roland Courteau. - Très juste !

Mme Mireille Schurch. - L'État doit reprendre la main et remettre les territoires au coeur de sa politique ! (Applaudissements à gauche)

M. Raymond Vall. - Difficile d'innover dans l'argumentation lorsque l'on s'exprime après le rapporteur ! Merci pour ces travaux excellents, qui soulignent l'injustice intolérable constituée par les zones blanches. Le président de la République l'a reconnu dans son discours de Morée. Il a récidivé hier à Aubusson. Que faire quand l'État ne tient pas ses promesses ?

Déjà, des entreprises se délocalisent faute de bénéficier du très haut débit. Quid de la télémédecine sans accès fiable au réseau ? L'injustice est d'autant plus criante en Midi-Pyrénées car nous devons déjà nous substituer à l'État pour le TGV, les routes nationales, les maisons de services publics, les maisons de santé.

Nul ne maîtrise les décisions des opérateurs. Voici que l'opérateur historique a placé une fibre à côté de celle du conseil régional et maintenant, un autre opérateur pose une troisième fibre !

La révolte des territoires ruraux va se poursuivre. Nous désespérons, nous attendons des réponses et des faits. Commençons par créer un ministère exclusivement chargé de l'aménagement du territoire et des questions d'économie numérique, nous aurons ainsi un interlocuteur sur le terrain.

La fracture numérique engendre le désespoir. Cela ne peut pas durer. Monsieur le ministre, vous devez nous apporter des réponses ! (Applaudissements à gauche)

M. Daniel Raoul, président de la commission de l'économie. - Très bien !

M. Bruno Retailleau. - La révolution numérique rebat les cartes tous les jours : les révolutions arabes ont été des e-révolutions... Cet outil suscite beaucoup d'espoirs et d'attentes.

Concernant le mobile, il y a un paradoxe car nos concitoyens veulent toujours plus de couverture et moins d'antennes.

M. Daniel Raoul, président de la commission de l'économie. - Eh oui !

M. Bruno Retailleau. - Je me réjouis qu'avec l'Arcep, nous ayons fixé comme premier critère, pour les nouvelles fréquences, l'aménagement du territoire.

Monsieur le ministre, concernant les modèles, il y a deux impasses. Celui de la concurrence pure et parfaite nous mène dans le mur : nous couvrirons à peine 40 % du territoire. Mais celui de l'opérateur totalement public, à l'instar de l'Australie, n'est pas moins une impasse. L'Australie n'est pas membre de l'Union européenne, que je sache ! C'est un souverainiste qui vous le rappelle... Et il y a la contrainte budgétaire : l'Australie dépensera 20 milliards d'euros. En outre, ce modèle suppose une séparation structurelle de l'opérateur historique. Le voulons-nous ? J'en doute.

Le modèle français associe le modèle privé dans les zones denses, là où c'est rentable, et l'intervention publique ailleurs, avec une certaine mutualisation : 50 % du coût de déploiement en zone dense, 90 % ailleurs.

M. le rapporteur a raison d'insister sur la stabilité du cadre, qui est perfectible cependant. Les schémas doivent-ils être opposables ? Je n'en suis pas sûr. Quant au droit à la connaissance des réseaux, il est fondamental pour les collectivités territoriales. Je souhaite aussi un suivi longitudinal des déclarations d'intention des opérateurs privés.

Selon moi, l'État doit se concentrer sur le pilotage de ce grand chantier. Trop de jeunes fonctionnaires qualifiés sont partis à l'Arcep ou ailleurs. Que l'État reconstitue une task force en son sein.

Contrairement à ce que j'ai entendu, il n'a pas abandonné les collectivités territoriales. Autrefois, je me suis battu pour que 4,5 milliards provenant du grand emprunt aillent au numérique. Il faut conserver un taux de subvention de 30 % à 45 %. Avant de créer une nouvelle taxe, épuisons les fonds des guichets A et B. Il y en a pour plusieurs années.

Les grands réseaux de transport sont créés par les opérateurs ; les boucles locales relèvent des opérateurs et des collectivités -mais il reste 15 000 à 20 000 kilomètres de maillons manquants pour garantir l'égalité territoriale. (Applaudissements à droite)

M. Michel Teston. - On a longtemps considéré les infrastructures de transport comme seul moyen de désenclavement territorial. Il faut aujourd'hui y ajouter les autoroutes numériques.

Pour notre groupe, le désenclavement numérique exige une action forte. Malgré nos efforts, la loi de mars 2007 s'est contentée d'un objectif de couverture en TNT de 95 % du territoire métropolitain ; nous n'avons pu obtenir 90 % de la population de chaque département. (M. Roland Courteau le déplore) Grâce à la loi Pintat, le CSA a pu apporter un correctif : une couverture de 91 % de la population dans chaque département ; un soutien financier aux collectivités territoriales a également été prévu, mais il est dérisoire... Un meilleur équilibre du territoire aurait été obtenu avec le taux de couverture que nous proposions.

J'en viens à la téléphonie mobile : 97 % de la population seraient desservis en 2G par les trois opérateurs ; 100 000 personnes résideraient en zone blanche. Rappelons que le critère utilisé -une commune est considérée comme couverte si le bourg-centre l'est- n'est pas pertinent. La mutualisation entre opérateurs est indispensable, qu'il s'agisse des réseaux existants ou des futurs réseaux en THD mobile. Quant aux licences 4G, l'objectif de couverture est ambitieux... à l'horizon de quinze ans.

J'en viens au haut débit. Le Gouvernement retient le seuil de 2 Mbits/s. Rappelons que le « triple play » suppose 8 Mbits/s et que la moitié de la population ne peut y accéder... La solution satellitaire est plus chère et son niveau de service inférieur à la solution filaire. M. Maurey a formulé d'excellentes propositions à ce sujet.

Le très haut débit... Le projet du Gouvernement de déploiement de la fibre optique risque d'accroître la fracture entre zones urbaines, très rentables, et rurales où l'investissement est laissé à la charge des collectivités territoriales. Les objectifs fixés par le Programme national très haut débit (PNTHD) sont ambitieux -70 % de la population métropolitaine raccordée en 2020, 100 % en 2025- avec une zone 1 très dense laissée à l'initiative privée sans aucune aide publique, une zone 2 moyennement dense autorisant les subventions aux opérateurs privés, enfin une zone 3 peu dense où seule l'initiative publique est possible. Aucune péréquation n'est possible pour les collectivités territoriales. Ce modèle fait la part belle au privé...

Le Fonds national pour la société numérique disposera de 4,5 milliards d'euros, dans le cadre du grand emprunt, alors que les besoins à couvrir sont bien supérieurs -il faut dire que les opérateurs n'y contribuent pas. Quant au FANT, il n'est pas encore doté.

Il faut donc infléchir notre politique pour éviter une France à deux vitesses. Les collectivités territoriales doivent être reconnues comme opérateurs -nous l'avons bien fait en 2004. (M. le président de la commission approuve) Il est tout aussi essentiel que l'Arcep puisse sanctionner les manquements des opérateurs.

Sur le plan réglementaire, le Gouvernement doit autoriser le subventionnement des projets des collectivités locales associant des zones peu denses et zones denses. Le FANT doit être doté de 500 à 600 millions par an à partir de 2012. L'État doit retrouver un rôle moteur dans l'aménagement du territoire, dans l'aménagement numérique du territoire. Et les opérateurs privés doivent contribuer aux deux fonds.

Jusqu'ici réticente, l'Union européenne pourrait évoluer sur la création d'un service universel tel que celui que nous défendons. Je le souhaite ! (Applaudissements à gauche)

M. Daniel Dubois. - Je salue l'excellent rapport de M. Maurey et le pragmatisme de ses propositions.

Le président de la République veut couvrir en haut débit 70 % du territoire en 2020 et 100 % en 2025, alors que 20 % des Français n'accèdent pas aujourd'hui à un débit de 2 Mbits. Bien sûr, les zones rurales manquent le plus d'infrastructures -alors que c'est là qu'elles sont le plus indispensable. Demain, comment retenir les habitants et les activités sans le très haut débit ? Comment imaginer les maisons de santé et les écoles rurales sans cette technologie ? Quelle entreprise s'implantera demain dans une zone blanche ?

Nombre de collectivités se sont engagées dans ces équipements ; la Somme a créé un syndicat mixte qui a investi 30 millions d'euros pour tirer 800 km de fibre optique... Bien sûr en associant zones urbaines et rurales pour équilibrer financièrement son projet. Pourquoi le plan national interdit-il une telle péréquation ?

M. Daniel Raoul, président de la commission de l'économie. - Bonne question.

M. Daniel Dubois. - Cela imposera de financer l'équipement des zones peu denses grâce à un fonds... dont les recettes ne sont pas assurées, ce qui reportera l'essentiel de la charge sur les collectivités territoriales. Il est encore temps de réajuster le tir ! (Applaudissements)

M. Philippe Leroy. - Comme élu de terrain, président de conseil général pendant vingt ans et sénateur depuis dix ans, j'insiste sur le rôle majeur des collectivités territoriales : dès 2004, nous avons introduit le fameux article 1425-1 faisant entrer les collectivités locales dans le grand bal des opérateurs. Depuis, elles ont investi au bas mot trois milliards d'euros. C'est pourquoi la situation du haut débit n'est pas catastrophique, même si elle n'est pas si brillante.

Aujourd'hui, il faut poser un principe : tous les territoires ont vocation à bénéficier du très haut débit, en privilégiant la fibre numérique. Ne prenons pas prétexte du coût des investissements pour écarter certaines zones rurales et les laisser en déshérence avec des solutions intermédiaires. L'expérience montre que les opérateurs privés ne peuvent pas satisfaire nos objectifs sans les réseaux des collectivités territoriales.

Pendant dix ans, les technologies de l'information ont été un eldorado ; le paysage était parfois celui d'un western où l'État s'en remettait au shérif Arcep. (M. Daniel Raoul, président de la commission de l'économie, apprécie) En 2008, puis en 2009, le modèle s'est enrichi grâce à la loi LME et à la loi Pintat, celle-ci créant les schémas d'aménagement numérique et le fonds ad hoc. Puis est venu le plan national du Gouvernement, aujourd'hui le rapport de M. Maurey. Avec sept collectivités de droite et de gauche, j'ai signé le mémorandum d'Aurillac. Tout cela prépare l'élaboration d'un nouvel outil, indispensable pour éviter une vitrification du territoire entre les zones denses bien équipées et les autres. Je rejoins les propositions de plusieurs orateurs qui veulent autoriser les réseaux d'initiative publique à intervenir partout, sans contraintes exagérées. Je souhaite également qu'on réfléchisse au statut des schémas d'aménagement numérique. Le modèle mixte en vigueur doit être amélioré à brève échéance. (Applaudissements à droite)

M. Jean-Paul Amoudry. - Je salue l'excellent rapport de M. Maurey.

L'extrême diversité de la Haute-Savoie a conduit à multiplier les initiatives localisées, unifiées en 2010 pour aboutir à un projet respectant l'équité grâce à la péréquation. Toutefois, malgré les aides du guichet B, l'équilibre économique du projet sera compromis par les interdictions apportées par le plan national. L'égalité territoriale vaut pourtant bien la loi Le Chapelier... Il faudrait mettre en oeuvre pour le haut débit les dispositifs qui ont permis d'électrifier le territoire. Aujourd'hui, les opérateurs ne sont tenus à aucun engagement envers les collectivités.

Comment compenser le défaut de péréquation sans recours à l'État ? Les projets aujourd'hui matures sont le résultat de plusieurs années de gestation. Personne n'imagine qu'ils puissent être abandonnés. Et quid du financement à long terme du FANT ? Nous attendons les réponses du Gouvernement à nos propositions constructives ! (Applaudissements au centre et à droite)

Mme Bernadette Bourzai. - Les territoires de montagne espèrent le très haut débit, mais ils attendent souvent encore le haut débit !

Le Limousin a créé un syndicat mixte appelé Dorsal pour déployer de façon mutualisé le très haut débit sur son territoire ; il est cosignataire de l'appel Très haut débit : le marché ne peut pas tout. Le premier constat de carence de l'initiative privée remonte à la fin des années 1990...

Le programme national annoncé par le Premier ministre en août inquiète les élus limousins : en renvoyant au bon vouloir des opérateurs privés, il nous renvoie dix ans en arrière. Surtout, il empêche les collectivités territoriales de jouer leur rôle. À ce jour, les premières déclarations d'intention des opérateurs privés excluent 80 % de nos communes de l'accès à la fibre optique. Et on nous promet au mieux le déploiement à Limoges et Brive pour 2020.

Le programme national déséquilibrerait le projet régional, car il empêcherait la péréquation entre zones urbaines et rurales. Les collectivités territoriales devraient alors intervenir, dans des conditions très coûteuses pour elles. Et le FANT n'est pas encore doté. L'Anem a demandé à l'unanimité le 7 octobre qu'il le soit sur dix ans, et souhaité que le déploiement du THD dans les zones les moins denses ne soit pas supporté par les seules collectivités locales.

Dès maintenant, nous demandons que les opérateurs privés n'aient plus la priorité absolue. Il en va de l'égalité de nos citoyens et de nos territoires. (Applaudissements)

M. Pierre Hérisson. - Depuis plus de vingt ans, les plus clairvoyants d'entre vous ont dû souvent réviser leurs positions, qu'il s'agisse de la téléphonie mobile, du haut débit ou des antennes-relais. Il y a peu, certains s'interrogeaient sur l'utilité de liaisons internet à 4 mégabits... Puis tout a changé avec la fibre optique. Je dois donc attirer aujourd'hui votre attention sur la difficulté à fixer des objectifs dans ce domaine mouvant pour les quinze années à venir.

Certes, il faudra qu'une proposition de loi règle certains problèmes, mais il est temps de réfléchir à nouveau à ce qu'est le service universel. Pouvons-nous redéfinir les obligations imposées à l'opérateur historique ? Au Japon, l'équipement du territoire à 80 % en fibre optique a eu pour contrepartie une prolongation du monopole accordé à l'opérateur historique.

La fibre optique pose un problème non de coût mais de revenus, explique avec raison l'Arcep dans son dernier rapport. Le raccordement aux USA coûte 80 euros ; chez nous, la concurrence exacerbée l'a considérablement réduit ; pourquoi ne pas accepter qu'il ne baisse plus en contrepartie de la réalisation d'investissements ? On peut raisonner par analogie avec l'électricité, mais n'oublions pas que les collectivités ont longtemps payé l'enterrement des réseaux de télécommunications. Quid de la séparation fonctionnelle ?

Nous avons besoin d'une complémentarité publique et privée pour couvrir le territoire -et être attentif à l'évolution des technologies.

Certains départements comme la Haute-Savoie ont besoin de réseaux particuliers, en raison de la dispersion des activités économiques. Laisser les opérateurs privés déterminer le calendrier des raccordements est de mauvaise méthode : l'État doit être le péréquateur du territoire ! (Applaudissements au centre et à droite)

Mme Catherine Morin-Desailly. - La fracture géographique frappe surtout la ruralité. Sa dimension économique est majeure, mais j'insisterai sur l'aspect sociétal, car les réseaux numériques rapprochent socialement des populations géographiquement éloignées. Internet, c'est le monde à portée de la campagne, le voisinage à longue distance. L'accès de tous aux services et aux contenus est devenu un enjeu majeur, comme l'a souligné en octobre 2010 la table ronde sur la neutralité d'internet. Le premier impératif est un internet ouvert. C'est ce que nous avons voulu avec M. Retailleau lorsque nous avons transposé le deuxième Paquet télécom. L'accès à internet est un moyen essentiel de socialisation des jeunes, d'ouverture, d'échange, de formation. Il suppose un aménagement équilibré du territoire.

N'oublions pas la fracture cognitive ! Désormais, le livre, la musique et le spectacle vivant sont à portée de clic... pourvu que l'accès au réseau soit suffisant ! Certes, l'État est en cause. Pour autant, élue de terrain, je constate que certaines collectivités sont parfois peu entreprenantes.

Monsieur le ministre, nous aimerions que vous dressiez un bilan de cet outil dont nous reconnaissons tous le bien-fondé ! (Applaudissements au centre)

M. Yves Rome. - Nouveau sénateur, je m'exprimerai au nom de l'Oise, qui s'est investi dès le début dans le haut débit. Je m'exprime aussi au nom des 225 communes ou intercommunalités unies dans l'Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l'audiovisuel (Avicca).

Je commencerai par un cri d'alarme : il faut replacer les collectivités territoriales au coeur de l'aménagement du territoire, contrairement au schéma du PNTHD. Les opérateurs privés découpent le territoire en zones rentables et non rentables. Comprenez-moi bien : je défends non une économie planifiée mais un pilotage des initiatives par le public. Les entreprises privées suivent les marchés et se retirent si la rentabilité attendue n'est pas atteinte. Le marché de l'ADSL est très profitable. Pourquoi les opérateurs se lanceraient-ils dans les lourds investissements que suppose le raccordement de 15 millions de logements à la fibre optique en 2020 ? Si l'opérateur historique se lançait dans cette aventure, il entraînerait dans cette aventure les autres, malgré leur peu d'appétence.

L'Arcep doit réagir au vocabulaire piégé des opérateurs : la prétendue « couverture » n'a souvent aucune réalité. Au rythme de 300 000 prises construites par an, il faudrait un siècle pour couvrir la France en fibre optique. Bref, nous sommes à la peine.

Je regrette l'asymétrie de traitement entre collectivités et opérateurs dans le cadre du PNTHD ! Alors qu'il faut obtenir six autorisations avant de lancer un réseau d'initiative publique, aucune obligation n'est imposée aux opérateurs privés. En outre, les règles applicables n'ont fait l'objet d'aucun débat parlementaire. Une étude montre que l'intervention de l'État se limite à 12 % du besoin de subvention publique. Le Fonds d'aménagement numérique n'a pas été créé.

L'État doit mieux accompagner les collectivités, sans les contraindre à se mettre à la remorque d'opérateurs privés.

Déployer la fibre est un chantier de dix à quinze ans ; nous devons l'anticiper, sauf à accepter de créer des déserts numériques pour demain. D'où l'importance de la concertation et d'une responsabilité partagée avec les élus locaux.

Permettez-moi d'évoquer quelques pistes : l'abandon du dogme de la concurrence pour les infrastructures, des schémas directeurs opposables, une séparation fonctionnelle des activités pour que France Telecom finance le déploiement de la fibre optique. N'obérons pas notre avenir par une architecture inadaptée au développement du très haut débit ! (Applaudissements à gauche)

M. Jean-François Husson. - La couverture numérique est indispensable. Hélas, son équilibre économique est parfois problématique : la Meurthe-et-Moselle a investi 70 millions pour 476 km de fibre optique en partenariat public-privé, mais les recettes sont insuffisantes.

J'en profite pour évoquer les zones blanches. Lors de la campagne pour les élections sénatoriales, j'ai rencontré trop de communes laissées à l'écart de la téléphonie mobile. Je salue la volonté de notre assemblée de redéfinir la notion de zone blanche. Couvrir l'ensemble du territoire d'une commune doit être l'objectif. Je pense notamment aux appels d'urgence. C'est indispensable pour éviter la désertification rurale ! (Applaudissements à droite)

M. Xavier Pintat. - Alors que s'achève le plan numérique 2012, allons-nous enfin accélérer la couverture numérique ? La réponse est « oui », bien que la France numérique n'avance pas aussi vite que nous le souhaitons.

Deux ans après le plan numérique et la loi contre la fracture numérique le cadre réglementaire et financier demeure mais le fonds créé n'est pas doté de ressources pérennes ; surtout, les opérateurs privés peuvent desservir la partie la plus rentable du territoire, sans la moindre obligation pour les autres zones. Dans ces conditions, comment couvrir les besoins de financement ?

Le très haut débit exige plus que jamais de la concertation entre État, collectivités et opérateurs pour atteindre une couverture de 100 %. Sous l'impulsion du président de la République, les lignes ont bougé. Utilisons les outils dont nous disposons pour obtenir cette couverture totale le plus vite possible ! (Applaudissements à droite)

M. Bruno Sido. - Merci à M. Maurey pour son excellente analyse. Le numérique représente une tâche ardue et les demandes sont pressantes. Mon département a financé 1 000 km de fibre optique.

L'impatience -que dis-je ! la mauvaise humeur- grandit, surtout à propos de la téléphonie mobile, sujet principal de mon intervention.

Les ruraux en ont assez d'être traités comme des citoyens de seconde zone. Je l'ai nettement ressenti lors de la campagne des élections sénatoriales. Je me suis engagé à porter leurs voix dans notre hémicycle.

Beaucoup déjà a été fait. En 2003, nous avions trouvé un accord qui a permis un développement en trois phases. Huit ans ont passé : le critère retenu -réception à l'extérieur en centre-bourg- n'est plus d'actualité. En réalité, n'en déplaise à l'Arcep, un million de nos concitoyens restent privés de couverture en téléphonie mobile. Je le constate même en Haute-Marne, qui n'est pourtant pas le département le moins bien doté. Je remercie donc le Sénat d'avoir voté mon amendement n°25 à la loi Marsin. Comme le disait Lacordaire, entre le fort et le faible, la liberté opprime et la loi libère...

Je souhaite modifier la mesure de la couverture. Nous attendons également les rapports sur la rentabilité des pylônes...

Monsieur le ministre, nos concitoyens attendent des avancées concrètes dans leur quotidien ! (Applaudissements sur les bancs UMP)

M. Éric Besson, ministre auprès du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique. - L'accès à internet est devenu une condition d'intégration dans notre pays, comme l'eau courante et l'électricité.

Le Gouvernement partage votre ambition d'une France à l'avant-garde de la révolution numérique. Dans le cadre des investissements d'avenir, 2,5 millions seront consacrés au contenu. Car rien ne sert de construire les tuyaux sans rien à mettre dedans !

J'en viens aux réseaux. Concernant la TNT, en moins de quatre ans, nous desservons 97 % de la population et 100 % avec les satellites. Aujourd'hui, presque tous les Français reçoivent 19 chaînes gratuites -qui plus est en qualité numérique- contre 4 auparavant. Je regrette qu'on n'ait pas rappelé ce succès.

La couverture en téléphonie mobile a nettement progressé. Les difficultés sont résiduelles.

Tous les pays sans exception comportent des zones blanches, qui existent parfois en ville. On en trouve même à Paris ! MM. Retailleau et Hérisson ont souligné la contradiction entre la méfiance envers les antennes et le désir d'une couverture parfaite. En 2003, nous avons lancé, avec les opérateurs, un plan « zone blanche ».

Les affirmations du rapporteur, selon lesquelles un point de réception suffirait à qualifier une commune couverte, ne sont pas exactes. Monsieur Maurey, je vous propose de créer un groupe de travail avec l'Arcep sur la mesure de la desserte. Notre pays a des taux de couverture meilleurs que la moyenne européenne, qui est de 90 %.

La France est l'un des premiers pays européens à se lancer dans la 4G, avec l'obligation de couvrir 90 % de la population départementale. C'est la première fois ! Le 4G sera le premier réseau déployé simultanément dans les villes et les campagnes.

S'agissant des réseaux fixes, 100 % des Français sont couverts par satellite avec un débit de 2 Mbits/s, ce qui est -encore une fois- supérieur à la moyenne européenne.

Le 6 juillet 2011, votre commission a adopté un rapport dont le titre m'a quelque peu surpris. Passer des paroles aux actes ? Mais que fait le Gouvernement depuis deux ans sinon mettre en oeuvre les paroles du président de la République ?

Reconstituer un grand monopole public, comme le veut Mme Schurch, serait une erreur historique : la concurrence a entraîné une diminution très forte des prix. Ce secteur en est une preuve irréfutable.

Je voudrais que M. Maurey m'en donne acte. La majorité des propositions du rapport -24 sur 33- ont déjà été mises en oeuvre.

M. Hervé Maurey, au nom de la commission de l'économie. - Pardon ?

M. Éric Besson, ministre. - L'article L. 1425-1 a joué un grand rôle dans l'intervention des collectivités dans le déploiement du haut débit. Elles ont déjà investi 3 millions d'euros, jouant ainsi un rôle essentiel.

L'État sera au rendez-vous. Il est paradoxal de défendre l'inclusion du haut, voire très haut débit dans le service universel et une intervention accrue des collectivités, sauf à confier au seul opérateur historique le déploiement de ces réseaux. En juillet, nous avons ouvert un guichet de 900 millions pour accompagner ces dernières dans le déploiement du numérique. Les conventions régionales d'aménagement du territoire sont un élément essentiel ; les demandes qui leur ont été adressées seront bientôt instruites. Quant au PNTHD, il comporte un volet péréquateur pour les territoires ruraux avec des aides plus importantes. Le Fonds d'aménagement du territoire sera abondé !

Nous investissons en outre dans la recherche pour un très haut débit par satellite. Tout le monde a conscience que la fibre optique ne peut être installée partout.

Le Gouvernement veillera à ce que les engagements des opérateurs privés dans le PNTHD soient respectés...

M. Hervé Maurey, au nom de la commission de l'économie. - Comment ?

M. Éric Besson, ministre. - Si on constate une carence, le réseau d'initiative publique reprendra ses droits dans ladite zone.

M. Bruno Retailleau et M. Pierre Hérisson. - Très bien !

M. Éric Besson, ministre. - Cette menace n'est pas prise à la légère par les opérateurs. Au reste, ne leur faisons pas de procès d'intention : beaucoup misent sur la fibre.

La loi du 22 mars 2011 a habilité le Gouvernement à légiférer par ordonnance. Une nouvelle version du décret sera bientôt soumise à l'Arcep.

Pour l'outre-mer, des mesures spécifiques sont inscrites dans la loi du 27 mai 2009.

Nombre d'entre vous, dont M. Maurey, ne sont pas convaincus par la complémentarité entre public et privé. Pourtant, les règles européennes ont été adoptées à l'unanimité, rappelons-le. Aucune entreprise privée n'investira s'il existe une initiative concurrente publique et subventionnée ! Passé trois ans, le public peut reprendre ses droits. C'est le bon sens !

Interdire les projets privés pour protéger les projets publics, comme le préconise votre rapport, conduirait à une nationalisation de fait.

Rappelons-nous l'échec du plan câble et du minitel, qui n'étaient ouverts ni à la concurrence ni à la régulation !

Le cadre réglementaire et financier est en place pour le très haut débit. Il a fallu cinquante ans pour déployer le téléphone, avec un seul opérateur public, en situation de monopole ; nous le remplaçons pas la fibre optique en quinze ans, ave quatre opérateurs nationaux et des dizaines d'opérateurs publics.

Cessons de nous autoflageller ! La France est le pays européen où la croissance des abonnés au très haut débit est la plus élevée. Nous sommes largement en avance sur de grands pays européens, sans avoir à rougir de la comparaison avec l'Allemagne ou le Royaume-Uni. L'Australie, la Corée et le Japon sont, il est vrai, en avance sur nous. Mais le premier a un monopole public, massivement subventionné -ce que nous ne pouvons pas nous permettre. Les deux autres sont très densément peuplés.

Nous devons bien sûr assigner des objectifs ambitieux à nos opérateurs, sans oublier que nous avons besoin d'opérateurs solides et puissants. Le très haut débit est l'objectif pour tous. (Applaudissements à droite)

M. Hervé Maurey, au nom de la commission de l'économie. - Je remercie tous les participants à ce débat très riche qui a mis l'accent sur le caractère insatisfaisant de la situation. En écoutant M. le ministre, j'ai eu l'impression qu'à ses yeux, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes mais nous débattrons bientôt de la proposition de loi que M. Leroy et moi-même déposerons sous peu.