Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 19 mars 2019

Hommage à une délégation du Bundesrat

M. Gérard Larcher, président du Sénat . - J'ai le plaisir et l'honneur de saluer la présence dans notre tribune officielle d'une délégation du Bundesrat, conduite par son président, M. Daniel Günther, ministre président du Schleswig-Holstein. Il est accompagné de ministres présidents et de collègues du Bundesrat.

Cette visite est pour moi l'occasion de manifester l'attachement du Sénat à l'amitié franco-allemande et à son rôle irremplaçable au sein de l'Union européenne.

Cette amitié a été forgée, après des siècles d'affrontements meurtriers, par le Traité de l'Élysée, signé en 1963 entre le général de Gaulle et le chancelier Adenauer, et réaffirmée, le 22 janvier dernier, par le Traité d'Aix-la-Chapelle signé par la Chancelière Angela Merkel et le président de la République française Emmanuel Macron.

C'est grâce à la solidité du couple franco-allemand que nous avons réussi à construire une Europe, qui symbolise la paix et la prospérité et à surmonter les crises du passé. Nous ne devons pas l'oublier !

Aujourd'hui, face aux nombreux défis auxquels l'Europe est confrontée, la France et l'Allemagne doivent, plus que jamais, se montrer unies et raisonner en termes de communautés de destin.

Comme en témoigne votre visite, le Sénat et le Bundesrat sont des acteurs engagés de cette relation.

Je tiens à saluer l'action des présidents des groupes d'amitié, Mme Catherine Troendlé et M. Tobias Hans, et des membres des deux groupes d'amitié qui ne cessent de conforter l'amitié franco-allemande.

Aujourd'hui, nous avons signé une déclaration commune, élaborée sur la base des travaux conduits par les présidents des commissions des Affaires européennes de nos deux assemblées, MM. Guido Wolf et Jean Bizet, que je tiens à remercier.

Cette déclaration commune traduit notre volonté de renforcer la coopération et les échanges entre le Sénat et le Bundesrat et de contribuer ainsi au nouvel élan qui doit être donné à la relation franco-allemande.

Malgré les différences entre le bicamérisme en Allemagne et en France, notamment en matière législative ou de contrôle de l'exécutif, auquel nous ne renonçons en rien, nos deux assemblées partagent en effet un intérêt commun pour les questions européennes, pour la coopération décentralisée et transfrontalière et pour la subsidiarité, ce principe souvent méconnu dans notre pays, qui est pourtant gage de démocratie, de proximité et d'efficacité.

Alors que l'Europe est trop souvent perçue comme éloignée des citoyens, j'ai la conviction que les Parlements nationaux, et les chambres hautes en particulier, ont un rôle essentiel à jouer, notamment en tant que gardiens de cette subsidiarité et pour lancer des initiatives communes afin de rapprocher l'Europe des citoyens.

Nous nous retrouverons du 13 au 15 juin à Paris, puisque nous recevrons ensemble les Présidents des secondes chambres membres de l'Association des Sénats d'Europe.

Nous rencontrerons aussi les présidents de plusieurs Sénats du continent africain afin de dialoguer ensemble et apporter des réponses communes aux défis du développement, du climat, des migrations et de la paix.

Je formule donc le voeu que votre visite contribue au renforcement des relations d'amitié qui lient la France et l'Allemagne.

Le Général de Gaulle déclarait : « L'avenir de nos deux pays, la base sur laquelle peut et doit se construire l'union de l'Europe, le plus solide atout de la liberté du monde, c'est l'estime, la confiance, l'amitié mutuelles du peuple français et du peuple allemand ».

Vive le Bundesrat ! (Mmes et MM. les Sénateurs, ainsi que Mme la ministre, se lèvent et applaudissent longuement.)

M. le président. - La longueur des applaudissements témoigne de cette amitié.

présidence de Mme Valérie Létard, vice-présidente