Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 19 janvier 2021

SÉANCE

du mardi 19 janvier 2021

51e séance de la session ordinaire 2020-2021

présidence de Mme Nathalie Delattre, vice-présidente

Secrétaires : Mme Martine Filleul, M. Jacques Grosperrin.

La séance est ouverte à 9 h 30.

Le procès-verbal de la précédente séance, constitué par le compte rendu intégral, est adopté.

Questions orales

Mme la présidente. - L'ordre du jour appelle trente-cinq questions orales

Établissements d'abattage non agréés

Mme Sabine Van Heghe . - Les exploitations agricoles qui élèvent volailles, palmipèdes gras et lapins sont en droit d'avoir des établissements d'abattage non agréés (EANA) sur leur exploitation pour abattre, découper et transformer les animaux élevés sur place. L'essentiel des produits issus de ces 2 700 ateliers est commercialisé en circuits courts et de proximité, plébiscités depuis la crise sanitaire. De plus, un atelier embauche entre un et trois équivalents temps plein (ETP).

Ce sont le règlement européen 853/2004 et le règlement d'application 2017/185 qui autorisent cette dérogation. Sa suppression éventuelle aurait des conséquences fâcheuses pour les exploitations concernées. En effet, la transformation des produits est un élément clé dans l'équilibre économique des ateliers et des exploitations. Les éleveurs transformant leurs viandes n'ont pas les capacités matérielles et financières d'investir dans un abattoir agréé, ce qui pénaliserait l'économie locale, freinerait le développement des circuits courts et menacerait à terme de nombreux savoir-faire et emplois. Qu'entend faire le Gouvernement ?

M. Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation . - Les quelque trois mille EANA sont extrêmement importants pour nos territoires. Les circuits courts reposent sur eux. Vous connaissez mon attachement à la promotion des produits frais et locaux ; à ce titre, je rappelle le lancement, il y a quinze jours, de la plateforme Fraisetlocal.fr, qui répertorie les ventes directes des producteurs.

Le règlement européen n'était plus applicable au 31 décembre 2020 : les EANA ne pouvaient plus intervenir à compter de cette date. Cela aurait été ubuesque puisque la viande fraîche aurait pu être vendue mais pas la viande transformée par les EANA.

Je me suis mobilisé au Conseil des ministres européens et j'en ai parlé à la commissaire Stella Kyriakides. Une solution technique a été trouvée, je vous en transmettrai le détail par écrit.

Mme Sabine Van Heghe. - Merci. Pensons aux petits éleveurs, qui ne doivent pas se trouver pénalisés face aux éleveurs plus puissants.

Producteurs de noix et de fruits à coques

M. Didier Rambaud . - Le 9 novembre 2020, la Commission européenne a pris des sanctions douanières contre les États-Unis, notamment une surtaxe sur des produits agricoles et agroalimentaires, mais pas sur les noix ni sur d'autres fruits à coques.

La France produit en moyenne 40 000 tonnes de noix par an dont 20 000 tonnes en région Auvergne-Rhône-Alpes, où la noix de Grenoble, d'appellation d'origine protégée (AOP), tire toute la filière vers le haut. L'AOP représente environ 12 à 14 000 tonnes par an, dont 60 % sont exportés vers l'Europe, essentiellement l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. Mais la concurrence est très forte. Les États-Unis inondent les marchés, avec une production qui avoisine les 800 000 tonnes en 2020. Pour le volume comme pour les tarifs, la France n'est pas en mesure de rivaliser.

Bien entendu, les modes de production divergent largement entre un système californien ultra-productiviste et notre système traditionnel, qui fait la renommée de notre agriculture.

Dans sa décision, la Commission européenne a pourtant ignoré les noix et la plupart des fruits à coques, exclus de la surtaxation. Cela pourrait pourtant être un moyen de faire pression sur les États-Unis, sachant que l'Europe est l'un de leurs premiers clients, tant pour la noix en coques que pour le cerneau.

Une surtaxation permettrait aux producteurs français de redevenir concurrentiels sur le marché européen. Il s'agit de protéger les productions hexagonales et de notre agriculture dans ce qu'elle a de qualitatif et de singulier.

Comment la France pourrait-elle agir auprès de la Commission européenne ?

M. Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation . - Je salue le travail de M. Rambaud sur la filière noix. Comment augmenter la production et la consommation de noix dans notre pays ? Vous proposez d'utiliser les mesures de rétorsion prises dans le cadre du contentieux avec les États-Unis, qui trouve sa source dans le contentieux Airbus-Boeing.

Je comprends votre idée, mais l'objectif du Gouvernement reste, sans naïveté, d'aboutir avec la nouvelle administration Biden à une désescalade, à un compromis sur ce contentieux qui fait de nombreuses victimes collatérales, comme les viticulteurs. Ces mesures de rétorsion, que nous ne voulons pas considérer comme pérennes, ne sont pas le bon vecteur.

Mon projet de longue date, que je compte bien activer lorsque je présiderai le Conseil européen des ministres de l'agriculture, est de ne plus être aveugle, lorsque nous autorisons des importations, au mode de production culturale - dans l'esprit de l'article 443 de la loi EGalim. Cela concerne les noix, mais aussi les noisettes et les cerises de Turquie.

M. Didier Rambaud. - Je place beaucoup d'espoirs dans l'administration Biden - sans me faire d'illusions sur le protectionnisme américain.

Moyens alloués aux agriculteurs pour répondre aux nouvelles exigences climatiques

M. Jean-François Rapin . - Les travaux de Laurent Duplomb l'ont montré, le respect des engagements pris afin de lutter contre le réchauffement climatique réduit la capacité productive agricole nationale, et menace notre excédent agricole à l'horizon 2023. Les politiques actuelles agissent par la contrainte, au détriment de la compétitivité des agriculteurs. Parallèlement, des pays dont le modèle agricole est bien moins respectueux de ces normes continueront d'exporter leur production vers la France, notamment pour répondre à l'injonction des prix bas, étouffant ainsi les agriculteurs français.

Face à ce constat, la recherche scientifique et technologique peine à trouver les moyens de restaurer notre puissance productive sans dégrader les écosystèmes et en s'adaptant aux changements climatiques. Comment le Gouvernement compte-t-il accompagner les agriculteurs ?

M. Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation . - Je salue les travaux de Laurent Duplomb sur ces questions. Certains prophètes promettent une agriculture sans eau. Mais c'est impossible : la base de l'agriculture reste l'eau. C'est pourquoi il faut affronter le sujet sereinement.

Les conflits sur l'usage de l'eau existent depuis que les hommes sont sédentarisés. Nous devons améliorer la gestion de l'eau, territoire par territoire. C'est pourquoi j'ai mis en place une gestion en mode projet dans mon ministère, afin de faire aboutir les projets de territoire.

La concertation est utile, mais une concertation qui n'aboutit pas au bout de huit à dix ans n'est pas une bonne concertation. Nous devons aider nos agriculteurs à se protéger contre les aléas climatiques. Nous avons prévu un budget de 800 millions d'euros à cet effet.

La recherche apporte aussi une solution - je songe aux mechanical biological treatments (MBT). Enfin, les scientifiques peuvent accélérer la sélection variétale pour anticiper l'adaptation au changement climatique - ainsi de nos magnifiques hêtraies, qui souffrent aussi du réchauffement.

M. Jean-François Rapin. - J'espère que le budget pour 2021 sera appliqué. Si la capacité à faire face à l'échéance climatique est une priorité, alors il faut y mettre les moyens.

La bataille des prix entre producteurs et distributeurs recommence. Les mots employés sont très violents. Les agriculteurs ont besoin que leurs coûts de production leur permettent d'être compétitifs.

Situation financière des établissements de la Mission laïque française

Mme Hélène Conway-Mouret . - La situation politique, économique et sociale du Liban est critique ; elle s'est aggravée avec la pandémie et, plus récemment, après l'explosion d'août 2020 qui a dévasté le quartier du port de Beyrouth.

Comme c'était naturel pour un pays ami, la France a débloqué une aide humanitaire d'urgence puis consenti un soutien financier de 50 millions d'euros pour la santé, l'emploi, le logement, la culture et l'éducation et de 20 millions d'euros pour le réseau des cinquante écoles francophones, dont 4,4 millions d'euros en faveur des cinq établissements de la Mission laïque française.

On ne peut que le saluer, mais il semblerait que ces crédits ne soient pas suffisants. Les cinq lycées de la Mission laïque française, avec leurs 7 100 élèves, sont particulièrement touchés par la crise sanitaire et économique. Le pire est sans doute à venir, avec un déficit cumulé estimé à 10 millions d'euros à la fin de l'année scolaire, si rien n'est fait.

Les aides attribuées en 2020 seront-elles reconduites en 2021 pour aider ces établissements à traverser cette crise ?

M. Clément Beaune, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes . - Je partage votre préoccupation. Le Liban subit une crise profonde et multiple. Le Président de la République s'y est rendu deux fois depuis l'explosion du port de Beyrouth cet été.

Le Liban est le premier pays étranger pour l'enseignement français, avec 60 000 élèves et 55 établissements auxquels nous portons une attention particulière. Parmi eux, cinq sont gérés par la Mission laïque, cinq y sont affiliés.

Ces établissements, qui ont souffert de la crise sanitaire, économique et de l'explosion, ont reçu plus de 20 millions d'euros dans le cadre du plan de soutien du ministère des Affaires étrangères, dont 7 millions d'euros d'aide à la reconstruction. Avec 4,3 millions d'euros, les cinq établissements de la Mission laïque ont reçu 20 % des crédits de soutien au réseau libanais. Deux d'entre eux ont bénéficié de 800 000 euros chacun et les établissements affiliés ont aussi été aidés. Le déploiement des aides se poursuivra au premier semestre 2021.

Quelque 10 millions d'euros d'aide ont été débloqués pour l'ensemble des établissements de la Mission laïque dans le monde. Nous resterons mobilisés en 2021. Nous ne laisserons pas tomber notre réseau, au Liban en particulier.

Mme Hélène Conway-Mouret. - Monsieur le ministre, il faut continuer à aider les établissements pour rassurer les familles, qui font un gros sacrifice, mais aussi le personnel.

La situation est critique dans le pays. Le quotidien Al-Akhbar titrait il y a quelques jours : « C'est l'enfer ».

Vous avez parlé de prolonger le soutien : en quoi cela consistera-t-il ? Quels crédits supplémentaires y consacrerez-vous ? Le déficit de 10 millions d'euros doit être comblé. Je vous écrirai à ce sujet.

Participation des Français de l'étranger aux élections

M. Ronan Le Gleut . - « Un bulletin de vote est plus fort qu'une balle de fusil », disait Abraham Lincoln. Le faible taux de participation des Français de l'étranger aux élections s'explique par la distance qu'ils doivent parcourir pour voter, qui se compte parfois en centaines de kilomètres. Pour établir une procuration, il faut attendre les tournées consulaires, dont la fréquence se réduit avec la crise sanitaire.

La liste des bureaux de vote à l'étranger doit être mise à jour. La mobilité est contrainte. Le bureau de vote d'Al-Khobar, situé à 420 kilomètres de Riyad, a été fermé pour les élections européennes. Les électeurs ont dû faire 840 kilomètres aller-retour pour voter...

Le vote par correspondance électronique est une bonne chose, mais il faudrait aussi, dans les pays où la poste fonctionne bien, rétablir le vote par correspondance papier.

Enfin, une proposition nouvelle. Les Français de l'étranger sont les seuls électeurs français à ne pas disposer de carte d'électeur. En créer une, comme celle qui est distribuée lors des cérémonies d'accueil à la nationalité française, aurait un fort caractère symbolique. Elle pourrait être dématérialisée et imprimée par les électeurs eux-mêmes.

M. Clément Beaune, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes . - Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères encourage la participation des Français de l'étranger aux élections. Jean-Baptiste Lemoyne est mobilisé pour les élections consulaires qui auront lieu les 29 et 30 mai prochains.

La présentation d'une pièce d'identité française ou de la preuve de l'enregistrement au consulat suffit aujourd'hui pour voter.

C'est pourquoi, dans un objectif d'efficacité, nous n'avons pas envisagé de créer une carte d'électeur. Nous en reparlerons avec Jean-Baptiste Lemoyne.

Il y a 468 bureaux de vote à l'étranger, c'est considérable. Nous travaillons avec les postes diplomatiques et consulaires pour garantir la sécurité sanitaire des électeurs et des agents et volontaires qui les tiennent.

Le vote électronique est simple et sûr, même si nous devons mieux le faire connaître. Le vote par voie postale suscite plus de réserves : dans beaucoup de pays, la fiabilité de la distribution du courrier est aléatoire. Mais je suis prêt, là encore, à poursuivre la réflexion avec Jean-Baptiste Lemoyne.

Plan de relance

M. Denis Bouad . - Ma question concerne la mise en oeuvre du plan de relance dans le département du Gard.

La crise sanitaire aura d'importantes répercussions sur notre économie. Ses effets se font déjà sentir dans beaucoup de secteurs. L'annonce d'un plan de relance de 100 milliards d'euros est une nouvelle bienvenue pour les entreprises et pour l'emploi. Cela permettra la mise en oeuvre de projets structurants longtemps attendus.

Le Gard, quoique deuxième département le plus industrialisé de la région Occitanie avec quelques fleurons comme la SNR Cévennes, Merlin Gérin, Royal Canin ou Orano Melox, n'en demeure pas moins le quatrième plus pauvre de France. Il a besoin d'infrastructures.

La deux fois-deux voies entre Nîmes et Alès, de 40 kilomètres, débutée en 1998, n'est toujours pas terminée ! Il manque encore huit petits kilomètres pour achever la liaison entre deux bassins d'emploi importants, liaison préalable au contournement ouest de Nîmes.

J'espère que le projet sera intégré au plan de relance, comme le projet de la rocade nord du Gard, portée par le conseil départemental, qui permettrait un accès direct à la gare TGV Nîmes-Pont du Gard.

M. Clément Beaune, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes . - Le plan de relance français, financé à 40 % par le plan de relance européen, s'articule autour de l'écologie, de la compétitivité et de la cohésion des territoires.

Certains projets des contrats de plan État-Régions (CPER) pourraient y être intégrés. Le cantonnement ouest de Nîmes a bénéficié d'une enveloppe de 8,5 millions d'euros pour les acquisitions foncières et les études, mais les travaux ne pouvant commencer avant 2022, il ne sera pas intégré au plan de relance. Pour autant, l'État soutient une mise en oeuvre rapide, comme indiqué lors de la concertation de 2017.

Le contournement ouest de Nîmes sera intégré au prochain CPER à partir de 2023. Le volontarisme financier de l'État et des collectivités sera déterminant. La rocade nord pourrait être éligible à des financements européens additionnels.

Violences et saccages à Montbéliard

M. Jean-François Longeot . - À Montbéliard, violences, incendies et saccages de l'espace public se multiplient. Malgré des échanges avec la préfecture et la venue ponctuelle de renforts de CRS, la situation, loin de s'améliorer, se dégrade.

L'escalade de la violence montre l'inefficacité de la politique de sécurité publique menée sur les territoires. Les services de secours et de sécurité ne peuvent intervenir sereinement, faute de directives courageuses. Les habitants subissent chaque jour des dégradations et des violences.

Je remercie le ministre de l'Intérieur pour son écoute lors de notre rencontre en décembre dernier. Que compte faire le Gouvernement pour rétablir la sécurité sur ces territoires ?

Mme Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'intérieur, chargée de la citoyenneté . - Les attentes des Français sont fortes en matière de sécurité et le Gouvernement est mobilisé.

Le plan de relance consacrera 325 millions d'euros à la police nationale et nous recruterons plus de 10 000 policiers et gendarmes d'ici à la fin du quinquennat.

Le Beauvau de la sécurité constituera une nouvelle étape pour l'équipement de nos forces de l'ordre et aboutira à une loi de programmation.

Nous ne laissons rien passer, à Montbéliard-Héricourt comme ailleurs, chaque fois que l'ordre public est contesté. Nos policiers sont pleinement mobilisés, avec succès, comme l'indiquent deux chiffres : la baisse de 13 % des violences aux personnes et de 18 % des atteintes aux biens. L'arrivée prochaine de huit nouveaux gardiens de la paix devrait accentuer cette tendance.

Les récentes violentes urbaines ont choqué les habitants. Les CRS sont intervenus en renfort pendant plusieurs semaines. Depuis l'interpellation de deux individus le 2 décembre, les violences ont diminué, avec quatre faits de violence en janvier dans la circonscription et aucun dans la zone de sécurité prioritaire (ZSP) - contre vingt-neuf en novembre, dont neuf dans la ZSP.

Soyez assurés du soutien total de l'État. Je salue l'engagement des élus en faveur de la sécurité. C'est ensemble que nous pourrons garantir la sécurité des Français.

M. Jean-François Longeot. - Merci pour votre réponse et pour la rencontre au ministère de l'Intérieur à laquelle j'ai assisté. Le quartier de la Petite Hollande mérite de retrouver la tranquillité. Il faudrait que votre ministère se coordonne avec celui de la Justice, qui fait preuve de trop de laxisme. Quand on voit un engin de chantier abattre des candélabres sur lesquels la municipalité venait d'installer des caméras de surveillance, il faut punir.

Application des règlements départementaux de défense incendie et secours dans les territoires ruraux

M. Daniel Laurent . - Depuis la réforme de 2015, la défense extérieure contre l'incendie (DECI) relève d'un règlement départemental élaboré par le préfet, en concertation avec les collectivités territoriales. L'interprétation stricte de ces règlements conduit parfois à appliquer des contraintes disproportionnées, avec des coûts de mise aux normes très importants pour les budgets communaux.

En Charente-Maritime, la DETR a été affectée en priorité aux dossiers de mise en conformité, mais cela crée d'importantes contraintes financières pour les communes car les mises en conformité s'étalent sur plusieurs années. De nombreux permis de construire sont refusés en raison de l'appréciation de la distance entre le point d'eau et l'habitation.

Dans une décision du 30 octobre 2019, le tribunal administratif de Poitiers juge que le règlement départemental de défense contre l'incendie ne saurait être opposable aux demandes d'autorisation d'urbanisme. La jurisprudence a débloqué beaucoup de dossiers, mais il convient de lever toute insécurité juridique. Jusqu'à présent aucune compagnie d'assurances ne s'est retournée contre un maire, mais la responsabilité de ce dernier pourrait-elle être engagée en cas d'incendie, ou l'engagement d'une commune à se mettre en conformité suffit-il à protéger les élus ?

Mme Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'intérieur, chargée de la citoyenneté . - La DECI relève du maire ou du président de l'EPCI. Elle porte sur la gestion de l'eau par les pompiers.

La réforme de 2015 a instauré une réglementation novatrice, plus souple et plus adaptée au risque incendie dans chaque territoire. La fixation des distances aux points d'eau varie donc en fonction des communes. Cette règle peut certes être contraignante, notamment pour les communes rurales, mais elle peut évoluer en fonction des retours d'expérience des élus locaux - je le sais pour l'avoir été moi-même. La coexistence de deux régimes juridiques distincts n'est pas souhaitable.

S'agissant de la responsabilité des élus, la réforme de 2015 incite à la planification grâce au développement des schémas communaux et intercommunaux sur la base d'une analyse des risques. Dans certains cas, un financement territorial par des tiers peut être envisagé.

L'expérimentation préalable de ce fonctionnement dans les Deux-Sèvres et en Ille-et-Vilaine avait permis d'en constater la pertinence.

M. Daniel Laurent. - L'évaluation de la réforme est nécessaire.

Futur décret relatif à l'engagement des sapeurs-pompiers volontaires

M. Cyril Pellevat . - Un décret de réforme de l'activité des sapeurs-pompiers volontaires doit être publié courant 2021, afin de se conformer à la directive européenne sur le temps de travail (DETT) et prendre en compte l'arrêt Matzak de la Cour de justice de l'Union européenne, qui assimile les sapeurs-pompiers volontaires à des salariés.

Cette réforme viendrait bouleverser le modèle français de la sécurité civile fondé sur l'engagement et le volontariat. Elle soumettrait les sapeurs-pompiers volontaires à des limitations en termes de cumul de temps de travail et entraverait leur engagement en imposant une limite de 48 heures de travail hebdomadaire, astreintes comprises. Cela ferait chuter le nombre de volontaires de 195 000 à 48 000, d'où un risque accru pour les administrés, tout particulièrement en période de crise sanitaire.

L'embauche de pompiers représenterait un coût estimé à 2,5 milliards d'euros. Les finances publiques étant déjà mises à mal par des années de mauvaise gestion et par la crise sanitaire, il serait malvenu que la France ait à supporter ces dépenses supplémentaires.

Pourquoi prendre ce décret, malgré vos engagements de protéger le modèle français de sécurité civile ? Où en sont les négociations avec la Commission européenne ? Les 800 heures sont-elles toujours d'actualité ? Les événements exceptionnels comme les feux de forêt sont-ils toujours pris en compte ? Les astreintes seraient-elles comptées une heure pour une heure ?

Mme Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'intérieur, chargée de la citoyenneté . - Votre question est vaste... Nous pourrons poursuivre ces échanges.

Le modèle actuel du volontariat doit être préservé, mais adapté.

La Commission européenne ne souhaite pas modifier la directive de 2004 sur le temps de travail ni prendre une nouvelle directive sur la sécurité civile. Il convient donc, pour maintenir notre modèle, de réformer le statut des pompiers volontaires afin de le faire sortir du champ de la directive.

La concertation en cours avec l'ensemble des acteurs est essentielle et les propositions du Sénat seront les bienvenues.

M. Cyril Pellevat. - Merci pour votre réponse. Étant régulièrement sollicités sur le sujet, nous serions heureux d'être associés à la réflexion.

Sécurité routière

M. Olivier Paccaud . - La sécurité routière est depuis longtemps une cause nationale.

Les progrès sont certains : avec 3 000 décès sur nos routes cette année, nous sommes loin des hécatombes des années 1970, autour de 16 000 morts par an. Voitures et routes plus sûres, ceintures de sécurité, permis à point, limitations de vitesses, prévention ont porté leurs fruits ; la sanction aussi, avec la multiplication des radars.

Mais, depuis quelques années, nous avons atteint un plancher, autour de 3 000 morts. La multiplication des radars ne fait plus consensus ; ils ont ainsi été la cible principale des gilets jaunes.

Pourquoi ne pas envisager l'installation de radars pédagogiques, moins coûteux - environ 2 000 euros - et tout aussi efficaces, plutôt que de multiplier les radars-tourelles à 32 000 euros ? De nombreux maires souhaiteraient ainsi sécuriser la traversée de leur commune.

Si le Gouvernement consacrait une enveloppe spécifique à ces outils, il montrerait aux Français qu'il s'intéresse plus à leur sécurité qu'à leur portefeuille...

Mme Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'intérieur, chargée de la citoyenneté . - Les radars ont d'abord une vertu pédagogique puisque, dans leur quasi-totalité, ils sont signalés en amont par des panneaux bien visibles. Le nombre de morts par an est passé de 5 731 en 2003, année du début de leur installation, à 3 244 en 2019, soit une baisse de 43 %.

L'installation de radars tourelles n'en augmente pas le nombre. Il s'agit souvent de remplacer des équipements détériorés. Idem pour le développement des voitures radars dans quatre régions, plus une supplémentaire en 2021.

Nous souhaitons inciter les usagers de la route à occuper plus sereinement et harmonieusement l'espace public, et à privilégier une conduite apaisée. Cet esprit guide la dernière campagne de la sécurité routière, ainsi que l'action de l'État sur le terrain.

M. Olivier Paccaud. - Merci pour votre réponse, même si vous n'évoquez pas les radars pédagogiques, pourtant très utiles en matière de prévention.

Au-delà de la sanction, il faut faire confiance au sens des responsabilités des Français, pour lesquels radar rime avec piège, et pompe à fric... Dans mon département, les radars-tourelles ne sont pas signalés en amont.

Associations de récipiendaires des ordres nationaux

Mme Sylvie Vermeillet . - Le Président de la République a souhaité réviser l'attribution des plus hautes distinctions nationales, Légion d'honneur et Ordre national du mérite, dans le sens d'une réduction des effectifs et d'un respect plus strict des critères d'attribution et de leurs valeurs fondamentales.

Pour la période 2018-2020, le nombre d'attributions a baissé de 50 % pour les décorés civils de la Légion d'honneur, de 10 % pour les militaires et de 25 % pour les étrangers ; et respectivement de 25 %, 10 % et 20 % pour l'Ordre national du mérite.

Ces diminutions ne sont pas sans incidence sur les effectifs des 130 sections départementales de la Société des Membres de la Légion d'Honneur (SMLH) et des 140 sections de l'Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite (ANMONM), qui s'érodent régulièrement avec les décès d'adhérents vieillissants.

Ces associations, essentielles dans leur symbolique, s'attachent à renforcer le lien intergénérationnel ; elles distillent au quotidien les valeurs de citoyenneté et la transmission de la mémoire. Faute de solution, nombre d'entre elles pourraient disparaître à moyen terme.

Mme Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'intérieur, chargée de la citoyenneté . - Je veux dire notre attachement et notre respect pour nos ordres nationaux ; c'est pour préserver leur prestige que le Président de la République, grand maître des deux ordres, a souhaité réviser les critères d'attribution.

La SMLH et l'ANMONM mènent d'importantes actions au service de l'intérêt général. Ces associations sont indépendantes, ni le grand maître ni le grand chancelier n'ont à connaître de leurs actions ou de leurs comptes ; leurs ressources proviennent avant tout des cotisations des adhérents et de dons et legs ; elles peuvent solliciter une subvention de l'État ou des collectivités territoriales.

La baisse régulière de leurs effectifs tient avant tout au vieillissement des adhérents et à un moindre taux d'adhésion des nouveaux médaillés. Il convient donc de renforcer leur attractivité, comme la SMLH a commencé à le faire avec son projet associatif à l'horizon 2030, davantage axé sur les plus fragiles et les plus jeunes.

Ces associations ont montré leur adaptabilité, y compris à la suite de réformes bien plus drastiques des critères d'attribution, comme lorsque le général de Gaulle a plafonné à 125 000 le nombre de médaillés de la Légion d'honneur, qui étaient 320 000 en 1962.

Mme Sylvie Vermeillet. - L'évolution des effectifs est inquiétante. Il faut un examen au cas par cas et apporter un soutien tangible à ces associations.

Bilan de la loi mettant fin à la recherche et à l'exploitation des hydrocarbures

Mme Françoise Férat . - La loi mettant fin à la recherche et à l'exploitation des hydrocarbures en France a fêté le 30 décembre son troisième anniversaire. Votre majorité l'a décidé : la France ne produira plus de pétrole et de gaz naturel à partir de 2040. Cette loi découle d'une application stricte des accords de Paris. Dont acte.

Nicolas Hulot l'affirmait avec certitude : la France inspirera d'autres pays. L'a-t-elle fait ? Exxon Mobil vient de lancer au Guyana ses dix-septième et dix-huitième forages de pétrole, et en attend une production de 220 000 barils par jour dès 2022.

Est-il réaliste d'espérer un monde sans pétrole et sans gaz à partir de 2040 ? Quels pays ont limité leurs forages ? Peut-on parler d'une fin de l'exploitation pétrolière dans moins de vingt ans ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - En cohérence avec les engagements climatiques pris dans l'Accord de Paris, la loi hydrocarbures met fin à l'attribution de nouveaux permis de recherche d'énergies fossiles et limite le renouvellement des concessions existantes à 2040.

La France produit moins de 1 % de sa consommation d'hydrocarbures, et les gisements actuellement exploités s'amenuisent.

Le nombre de permis d'exploration est passé de soixante à dix-sept depuis la loi ; d'ici huit ans, il n'y en aura plus.

Le Danemark est le second pays de l'Union européenne à avoir programmé la fin de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources en hydrocarbures, notamment en mer du Nord, d'ici 2050.

La France étudie, avec d'autres États, la possibilité de créer une alliance internationale pour une sortie du pétrole et du gaz.

Mme Françoise Férat. - Affirmer que d'autres pays suivraient était très hasardeux. Nous allons continuer à consommer des hydrocarbures produits hors de nos frontières, dans des conditions moins sûres, sans parler du bilan carbone du transport.

Je ne défends pas le pétrole, mais l'économie française !

Avenir des moulins à eau

Mme Corinne Imbert . - Le 30 juin 2020, un décret du Premier ministre, Édouard Philippe, a autorisé le passage d'un régime d'autorisation à un régime de déclaration concernant les démolitions des barrages des moulins, dans un objectif de préservation de la biodiversité et de continuité écologique.

Or ces moulins à eau, souvent vestiges de l'époque médiévale, possèdent un potentiel non négligeable en matière d'hydroélectricité. Les aménagements demandés pour leur maintien sont particulièrement onéreux et les subventions accordées insuffisantes. Enfin, ces moulins ont un rôle prépondérant en matière d'irrigation des plans d'eau.

Penchons-nous sur les vraies raisons qui menacent notre faune aquatique plutôt que de pénaliser les propriétaires de moulins à eau, acteurs séculaires de l'équilibre entre l'activité humaine et la préservation de l'environnement.

Entre dix et vingt mille seuils et barrages pourraient être détruits. Le Gouvernement entend-il revenir sur cette décision et lancer une concertation ? N'est-ce pas encore un cas de surinterprétation d'une directive européenne ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - La restauration de la continuité écologique des cours d'eau nécessite de concilier plusieurs enjeux parfois contradictoires.

Le Gouvernement a lancé un plan d'action en juin 2018, après concertation de toutes les parties prenantes. Dans un contexte de réchauffement et d'état critique pour la biodiversité aquatique, cette priorité a été réaffirmée par les Assises de l'eau en 2019, avec l'objectif de restaurer 25 000 kilomètres de cours d'eau d'ici à 2022. C'est l'une des mesures phares de la stratégie biodiversité européenne pour 2030.

Le décret du 30 juin 2020 n'est pas anti-moulins. Il simplifie les procédures pour accélérer les travaux. Tous les barrages affectent la migration des poissons et les écosystèmes d'eau douce, y compris les seuils de moulins.

La concertation locale permet de trouver des solutions au cas par cas en prenant en compte la valeur touristique, énergétique ou historique, les usages de loisirs.

Le soutien à la petite hydroélectricité est un objectif de la politique énergétique. La programmation pluriannuelle de l'énergie affiche une priorité à l'équipement de seuils existants, dans le respect de la restauration des milieux aquatiques, plutôt qu'à la création de nouveaux seuils.

Mme Corinne Imbert. - Il y a des enjeux contradictoires, c'est vrai.

Il n'est pas toujours possible d'aménager un contournement de l'ouvrage pour la migration des poissons.

Je suis favorable à la simplification, mais ce décret va conduire à la destruction d'un patrimoine séculaire en donnant aux agences de l'eau tout pouvoir d'araser des ouvrages, sans étude d'impact ni enquête publique. Une concertation locale est impérative.

Réglementation environnementale 2020

Mme Annick Billon . - La rénovation énergétique des bâtiments est l'un des piliers de la relance verte envisagée par le Gouvernement.

Diminuer l'impact carbone des bâtiments, améliorer leur performance énergétique et en garantir la fraîcheur l'été sont les objectifs de la future réglementation RE2020.

L'application bienvenue de l'indicateur d'analyse du cycle de vie dynamique aura une incidence majeure sur la filière de la construction bois et des isolants biosourcés, qui devra investir pour pouvoir répondre à l'offre de marchés. En Vendée, citons la coopérative agricole Cavac pour le chanvre, Igloo pour la ouate de cellulose ou encore Hoffmann pour le ciment décarboné.

Le bilan carbone favorable des matériaux biosourcés sera-t-il pris en compte dans la réglementation RE2020 ? Comment aider les PME de la filière végétale à investir afin d'augmenter la capacité de production ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - Deux fabricants de matériaux isolants sont en contentieux depuis vingt ans, ce que l'on a appelé à tort scandale de l'« isolgate ».

Les conditions de pose des isolants doivent respecter certaines règles pour que leurs performances soient pérennes. C'est pourquoi le Gouvernement a voulu renforcer les critères de qualification RGE des entreprises qui posent ces isolants. Le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) doit par ailleurs apporter des d'éléments objectifs pour mieux connaître le comportement de ces matériaux dans la durée.

La RE2020 va plus loin que les précédentes réglementations thermiques. Les meilleurs experts du domaine sont sollicités, les concertations menées en toute transparence.

Soyez assurée que la RE2020 sera le fruit d'un processus indépendant et transparent, au service du confort thermique dans les bâtiments et de la transition écologique.

Mme Annick Billon. - Je n'avais pas prononcé le mot « isolgate »... L'indépendance et la transparence sont réclamées par les acteurs du secteur. Les matériaux biosourcés, dont le bois, ont des performances exceptionnelles. N'opposons pas le minéral au végétal. Il faut mieux accompagner les entreprises engagées dans la transition. Je songe aux établissements Cougnaud notamment, qui interviennent d'ailleurs dans la cour du Sénat, ou Boisboréal. Ils attendent votre soutien !

Contournement Est de Rouen

Mme Catherine Morin-Desailly . - Chaque jour, 40 000 véhicules, dont 5 000 poids lourds et 800 camions nocturnes transportant des matières dangereuses, saturent les axes routiers de l'agglomération rouennaise.

Face à la pollution atmosphérique et sonore, aux entraves à la circulation et à la paralysie de l'activité économique, l'État et les collectivités territoriales concernées ont conclu un contrat de 886 millions d'euros d'investissement pour réaliser le contournement Est.

En supprimant le goulet d'étranglement de l'axe autoroutier Nord-Sud-Ouest européen qui relie Stockholm à Gibraltar, la liaison A28-A13 connectera la métropole rouennaise, et donc toute la Normandie, au reste de l'Europe.

Le 19 novembre 2020, le Conseil d'État a rejeté sans ambiguïté les treize requêtes déposées contre le projet, relevant notamment que les études d'impact environnemental avaient été particulièrement respectées. Tous les voyants sont désormais au vert. L'État a-t-il l'intention de faire aboutir ce projet au plus vite ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - Ce tracé de quarante kilomètres reliera l'A28 et l'A13 pour décongestionner la métropole rouennaise. J'ai évoqué le projet dernièrement avec le maire.

La déclaration d'utilité publique (DUP) date du 14 novembre 2017.

L'État a confirmé son engagement dans la loi d'orientation des mobilités, à hauteur de 50 % du financement, 50 % de la subvention d'équilibre relevant des collectivités territoriales, ce qu'elles ont confirmé en 2017. L'État est prêt à lancer la procédure de concession avant la fin 2022.

Lors de la campagne des municipales à Rouen, l'impact environnemental du projet a fait débat. Les garanties en matière de compensation sont nombreuses : 329 hectares de terres agricoles ont été mis en réserve et quatre arbres seront plantés pour un déraciné. Le projet prend également en compte les nuisances sonores.

Ce projet ne se fera pas sans les collectivités territoriales. Le préfet a demandé aux trois collectivités concernées de délibérer pour confirmer leur choix.

Mme Catherine Morin-Desailly. - Merci d'avoir rappelé l'intérêt stratégique majeur du projet et levé toute interrogation sur l'impact environnemental. Le département de la Seine-Maritime a réaffirmé son engagement le 14 janvier. La région se prononcera le 15 février, la métropole, le 8.

Ce projet s'inscrit dans la transition écologique ; il est à un moment crucial.

Délais d'instruction des demandes de création d'unités de méthanisation

M. Laurent Somon . - La relance écologique est l'une des priorités du quinquennat. Pourquoi les délais sont-ils si longs et les aides se font-elles attendre ?

Dans la Somme, la SAS Agribio-Énergies a lancé la construction d'une unité de méthanisation en septembre, projet qui a eu du mal à se concrétiser. En effet, après plusieurs mois, GRDF n'avait toujours pas passé le contrat de raccordement au réseau, les règles de gestion d'accès au réseau nécessitant désormais la validation de la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

En raison de cette lenteur administrative, la SAS Agribio-Énergies n'a pas pu régler ses fournisseurs ; elle n'est pas seule dans cette situation.

Une autre annonce gouvernementale a perturbé la filière : l'interdiction de nouvelles maisons individuelles chauffées au gaz. Comment dès lors inciter les agriculteurs à investir pour produire du gaz vert ? Y a-t-il une réelle volonté de développer les énergies renouvelables issues de la biomasse ? Comment aider les agriculteurs en difficulté, pour lesquels la méthanisation est une solution ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - Créé en 2018, le dispositif d'aide au renforcement des réseaux facilite le raccordement des projets d'installations de production de biométhane aux réseaux gaziers.

Le développement de la production de biométhane passe par le bon usage des dispositifs du soutien. La CRE évalue la pertinence des projets de renforcement ; le zonage facilite et accélère la vérification.

Cent cinquante zonages ont été validés lors des six derniers mois ; une quarantaine d'autres le seront cette semaine.

Cela représente un investissement de 100 millions d'euros environ.

Calendrier de réalisation de la ligne 17

M. Fabien Gay . - La Seine-Saint-Denis jouxte Paris mais certaines zones sont totalement enclavées, faute de transports en commun.

Le RER B, que j'emprunte quotidiennement, transporte près d'un million de voyageurs par jour ; cette saturation entraîne des ralentissements, des incidents et des retards à répétition, fort handicapants. Résultat, les salariés utilisent leur véhicule personnel, ce qui engorge les routes, notamment l'A1 - c'est le cas de 76 % des salariés de la zone aéroportuaire.

La ligne 17 du métro serait une solution pour désengorger les transports et améliorer le quotidien des habitants en particulier de Tremblay-en-France.

Certes, il faut abandonner la station triangle de Gonesse, située en plein champ, au risque sinon d'ouvrir la porte à des projets nocifs de type EuropaCity, mais hormis cette station, la ligne 17 est absolument nécessaire.

Le calendrier initial de mise en circulation de la ligne 17 pour 2030 est-il maintenu ? La mise en service de la station Parc des Expositions Tremblay-Villepinte est-elle toujours prévue pour 2028 ? Sinon, quelles sont les nouvelles échéances ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - Ce projet est une priorité du Gouvernement et des acteurs locaux.

Le Grand Paris Express avance : plus de 40 kilomètres sur 200 ont déjà été creusés et 20 milliards d'euros engagés. Les premiers tronçons devraient être livrés entre 2024 et 2030.

La crise sanitaire a toutefois impacté l'échéancier de réalisation. Nous faisons en sorte que le premier tronçon de la ligne 16, entre Saint-Denis-Pleyel et Le Bourget-RER, soit ouvert pour les Jeux Olympiques de 2024.

Le premier tronçon de la ligne 17 a été reporté à après les Jeux Olympiques. Il convient en outre de rester attentif aux suites d'un recours contentieux contre l'autorisation environnementale.

S'agissant des tronçons entre Le Bourget Aéroport et Le Mesnil Amelot, il est trop tôt pour évaluer les impacts éventuels de la crise sanitaire et du contentieux en cours sur les échéances de mise en service.

La ligne 17 se fera telle qu'elle est prévue au schéma d'ensemble du Grand Paris, elle traversera bien les treize communes et facilitera le quotidien de quelque 565 000 habitants.

M. Fabien Gay. - Vous dites que le Covid a ralenti les travaux ? Pas pour le CDG Express ! Il faut abandonner ce dernier, mettre les moyens sur le RER B et toutes les lignes du Grand Paris Express.

Les habitants de Seine-Saint-Denis ont droit à l'égalité républicaine et à une offre de transport de qualité comme les autres.

Projet de barreau ferroviaire Paris-Laon

M. Pierre-Jean Verzelen . - Ma question porte sur la « virgule » Roissy. Ce tronçon de six kilomètres entre la ligne Paris-Laon et la ligne à grande vitesse desservant Paris et Roissy présente un grand intérêt, notamment pour l'accès à la zone d'activité économique et à la nouvelle cité internationale de la francophonie. C'est également un enjeu structurant, vital, pour tout le département de l'Aisne.

Une somme de 150 000 euros est fléchée dans l'actuel contrat de plan État-région (CPER) pour la réalisation d'études. Qu'en est-il de l'inscription des travaux dans le prochain CPER ? Quand celui-ci sera-t-il signé ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - Je suis particulièrement soucieux des transports du quotidien et du désenclavement des territoires. Pendant ce quinquennat, le ferroviaire bénéficie d'un soutien sans précédent.

L'opportunité de ce nouveau barreau ferroviaire a été analysée dans une étude exploratoire en 2013. Le coût minimum serait de 110 millions d'euros. Il est nécessaire d'approfondir l'analyse fonctionnelle du projet.

Je vous confirme l'engagement de l'État à hauteur de 150 000 euros à ce titre. Cela viendra alimenter la réflexion concernant le réseau Nord - le Président de la République et le Gouvernement ont déjà défini comme prioritaire pour les cinq années à venir la liaison ferroviaire Roissy-Picardie. L'enquête publique se déroulera au premier semestre 2021.

Barrage de Sivens

M. François Bonhomme . - Ma question porte sur le projet de territoire du bassin-versant du Tescou et le projet de retenue de Sivens, abandonné en catimini en 2015.

Depuis, associations écologistes, agriculteurs, syndicats agricoles, élus et membres de l'instance de co-construction (ICC) tentent de trouver un consensus sur ce dossier sensible. Deux cents réunions et groupes de travail se sont ainsi succédé en près de trois ans mais les décisions tardent à venir.

Chacun cependant reconnaît les tensions autour de l'eau et des milieux aquatiques. Le territoire et les cours d'eau sont en souffrance car la qualité et la quantité de l'eau sont plus que médiocres.

Il est impératif de clarifier les besoins agricoles des départements du Tarn et du Tarn-et-Garonne : cela concerne des dizaines d'agriculteurs.

Qu'envisage le Gouvernement pour accélérer le processus ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports . - Je salue le travail de concertation des parties prenantes, après la mort tragique de Rémi Fraisse. Le projet initial prévoyait la réserve d'1,5 million de mètres cubes d'eau, ce qui aurait détruit 13,4 hectares de zones humides. Il a été abandonné et le conseil départemental a été indemnisé.

Un nouveau cadre de réflexion a été défini, sur la base de la concertation locale. Les travaux menés ont abouti à un diagnostic de la ressource en eau disponible, des besoins des agriculteurs, des exigences de la transition agroécologique.

Il reste à finaliser les discussions sous l'égide de la préfète et de l'Agence de l'eau, pour aboutir à un compromis.

Le Gouvernement s'est engagé sur la mise en oeuvre opérationnelle d'un projet de territoire conciliant enjeux environnementaux et agricoles. Le volume d'eau stockée devra être calibré au plus juste, afin de limiter les impacts environnementaux.

M. François Bonhomme. - C'est l'État, non le conseil départemental, qui a en catimini abandonné le projet, par un arrêté pris le 24 décembre 2015.

Depuis, pas grand-chose... mis à part 700 000 euros d'études supplémentaires alors que toutes avaient déjà été réalisées.

L'enjeu, c'est l'irrigation et le développement du territoire. Il ne faut pas entrer dans un jeu théâtral qui mène au renoncement par l'épuisement.

SMUR du centre hospitalier agenais

Mme Christine Bonfanti-Dossat . - L'Agence régionale de santé (ARS) a pris une décision incompréhensible s'agissant de la structure mobile d'urgence et de réanimation (SMUR) du centre hospitalier d'Agen : la participation des médecins libéraux sera limitée aux interventions concernant le covid, alors que la collaboration ville-hôpital avait fait ses preuves. Il faut des moyens humains car le SAMU les services d'urgence et la SMUR sont soumis à des flux tendus.

L'intervention des médecins généralistes est donc primordiale. Cette décision est un non-sens : l'expertise, le savoir et la passion sont tuées à petit feu.

Le SAMU du Lot-et-Garonne est exemplaire. Il est le seul en France à gérer de façon autonome et partagée l'articulation territoriale, toutes les nuits et parfois le jour ; et c'est lui qui assure la régulation supra-départementale pour le Gers à la place des médecins du SAMU 32.

Au-delà de l'organisation actuelle, prolongée jusqu'au 9 février, quelle décision prendrez-vous pour conforter les moyens humains du SAMU d'Agen ?

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - Alors qu'un mouvement de libération de la parole sur l'inceste prend de l'ampleur sur les réseaux sociaux, je veux rappeler mon déplacement à la maison du docteur Jean Bru à Agen. Je me souviens avec émotion de mes entretiens avec certaines pensionnaires.

Le nombre d'appels au SAMU a doublé avec la crise sanitaire. Le Ségur de la santé a prévu douze mesures clé pour le SAMU, dont une meilleure coordination entre l'hôpital et la médecine de ville.

Dans votre département, le SAMU Centre 15 a reçu du soutien de l'ARS dès le début de la crise sanitaire. Le forfait de régulation, étendu à des périodes hors des horaires de permanence de la médecine libérale, a été augmenté de 70 à 92 euros de l'heure.

De mars à décembre, l'enveloppe a augmenté de 25 % pour la Nouvelle-Aquitaine. Dans le Lot-et-Garonne, l'augmentation atteint 46 %.

Des pics d'appels ont été identifiés mais, entre septembre et décembre, l'activité du SAMU 47 a baissé de 15 % par rapport à 2019.

Mme Christine Bonfanti-Dossat. - Merci de vous être déplacé à Agen. Il y aura une clause de revoyure au 9 février. Il faut dans cet hémicycle tuer la « modernité à tout prix », surtout quand il s'agit de mettre à mal des organisations qui fonctionnent bien.

Le SAMU 47 souhaite le maintien du système actuel.

Inquiétudes des assistantes maternelles

Mme Laurence Rossignol . - Le 28 septembre 2020, vous avez prononcé un discours sur les mille premiers jours de l'enfant. Plusieurs des mesures annoncées ont été bien accueillies par les professionnels de la petite enfance, notamment par les assistantes maternelles. Je pense tout particulièrement aux 45 millions d'euros consacrés à un plan de formation pour les professionnels de la petite enfance et à l'annonce d'une amélioration de la rémunération et des conditions de travail des assistantes maternelles.

Mais la crise sanitaire a laissé des traces, en particulier le premier confinement. Les assistantes maternelles ont fait face à un manque d'informations et d'équipements.

En outre, la prise en charge du chômage partiel a été fixée à hauteur de 80 % et non de 84 %, ce qu'elles ont perçu comme un manque de reconnaissance de leur profession. Le sujet est toujours en discussion... En outre, les assistantes maternelles ont rencontré des difficultés financières, notamment pour non-paiement des heures dues par les parents.

Quelles revalorisations sont prévues ? Les associations nationales sont-elles incluses dans la stratégie vaccinale et si oui, à quelle étape ?

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - J'ai été en contact régulièrement avec les associations nationales pour les accompagner au mieux durant la crise sanitaire. Je reste attaché à l'accueil individuel des jeunes enfants, une spécificité française.

Avec la réforme du cadre normatif, plusieurs annonces ont été faites, notamment sur l'ouverture du bénéfice de la médecine du travail aux assistantes maternelles. Conformément à l'article 100 de la loi dite ASAP, le site mon-enfant.fr fournira de nouvelles informations avec une vision plus claire et plus fluide des besoins et des disponibilités à proximité. Il s'agit donc d'une évolution favorable aux parents, comme aux assistantes maternelles.

Je veux vous rassurer. L'obligation de s'inscrire sur le site a été maintenue, mais l'adresse des assistantes maternelles ne sera pas publiée automatiquement et la non-transmission de celle-ci ne constituera pas un motif de retrait d'agrément.

Notre stratégie vaccinale est liée à l'exposition au virus : établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en premier, puis soignants, puis personnes de plus de 75 ans. Le moment viendra pour les personnels de la petite enfance : le plus tôt possible. Comme à son habitude, le Gouvernement communiquera sur le sujet en toute transparence.

Revalorisation des visites à domicile auprès des patients covid

M. Bernard Bonne . - Ma question porte sur la nécessaire revalorisation des visites à domicile assurées par les médecins généralistes auprès des patients covid stabilisés.

Nos hôpitaux font en effet face à la violence de la reprise de l'épidémie depuis plusieurs semaines et certains sont au bord de la rupture, notamment dans le département de la Loire.

Nous craignons une nouvelle flambée accentuée par les nouveaux variants du virus. Face à cette arrivée massive et continue de malades, il faut impérativement désengorger les services hospitaliers et notamment les services de réanimation.

Il est donc urgent d'impliquer la médecine libérale, en particulier les médecins généralistes, dans le suivi des patients covid-19 stabilisés qui ont quitté l'hôpital et se trouvent dans les structures spécialisées comme les Ehpad ou à leur domicile.

Dans le cadre du Ségur de la santé, le ministre avait indiqué que les professions libérales devaient négocier les revalorisations tarifaires directement avec l'assurance maladie.

Or l'article 33 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 reporte à 2023 les négociations conventionnelles. Par ailleurs, la cotation qui prévaut pour les actes de visites, à la suite d'un décret d'avril 2020, est plus élevée dans les Ehpad qu'à domicile.

Il y a là une véritable injustice ! Il paraîtrait normal que les médecins généralistes prenant en charge le suivi à domicile des patients covid-19 stabilisés bénéficient de la dérogation tarifaire ou d'une lettre clé correspondant à une meilleure valorisation de ces actes.

Quelles mesures entendez-vous prendre ?

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - Les visites à domicile sont assurées par les médecins généralistes. Nous sommes pleinement conscients de leur rôle fondamental.

Des mesures dérogatoires ont été prises pour les patients ne nécessitant pas d'oxygénothérapies.

Aucun gel des négociations n'est envisagé. Des avenants à la convention médicale sur la télémédecine ont été négociés ; les visites gériatriques seront revalorisées par l'assurance maladie.

M. Bernard Bonne. - Le ministère et la sécurité sociale accepteront-ils de revaloriser les visites à domicile, vu les obligations de s'équiper pour rendre visite aux malades stabilisés ? C'est une demande forte des généralistes.

Implantation du nouveau CHU à Nantes

Mme Laurence Garnier . - Le projet de déménagement du centre de Nantes est chiffré à un milliard d'euros et accumule les incohérences, comme la suppression de 230 lits et de plus de 400 postes alors que la population de Loire-Atlantique ne cesse d'augmenter.

Le ministre Véran a estimé qu'il fallait revoir l'ensemble des projets hospitaliers.

Celui de l'hôpital de Nantes est inadapté et sous-dimensionné. De nombreux élus, experts et médecins dénoncent ce projet. Il est établi sur un site exigu en zone inondable, celui de l'île de Nantes, coincé entre les deux bras de la Loire, un lieu quatre fois plus petit que les surfaces actuellement utilisées par le CHU, sans possibilité d'extension et difficilement accessible. On s'apprête donc à dépenser un milliard d'euros pour avoir moins de lits, moins de postes et un financement extrêmement fragile du projet. En effet, la faisabilité et la soutenabilité financières d'un tel projet sont mises en cause par la chambre régionale des comptes, à cause du poids de l'endettement du CHU.

Nous allons donc tout droit au scandale sanitaire. N'en soyez pas la caution ! D'autant que les trois sites d'origine, apprend-on, continueront à fonctionner compte tenu de l'exiguïté du nouveau site.

De nombreux élus sont mobilisés contre ce projet. Il existe d'autres solutions. Ce projet est-il bien concerné par le moratoire annoncé en avril dernier par le ministre de la Santé ?

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - Ma vision est différente. Ce projet est le fruit de deux longues années de travail et de concertation. Il ne sort pas de terre comme cela ! Et la crise sanitaire montre sa pertinence, y compris architecturale. Il est adapté à la prise en charge des patients en contexte épidémique.

Si les besoins nécessitaient une évolution du projet, ce ne pourrait être qu'à l'échelle du territoire.

La pertinence de sa localisation sur l'Île de Nantes a été confirmée. Le CHU de Nantes connaît une situation financière satisfaisante. En matière de ressources humaines, il se trouve dans la moyenne nationale. Des mesures en faveur de l'amélioration des conditions de travail ont été prises. Les deux sites réservés aux courts séjours ont des locaux inadaptés et vétustes. Du reste, le personnel du CHU est majoritairement favorable au projet, notamment en raison de l'amélioration de la qualité de vie au travail qu'il entraîne.

Fermeture de l'hôpital Roger Prévot à Moisselles

M. Sébastien Meurant . - L'hôpital Roger Prévot situé à Moisselles dans le Val-d'Oise, qui compte 200 lits, va être délocalisé entre 2022 et 2024 pour être intégré au centre hospitalier de Nanterre, contre la volonté des élus locaux et du personnel hospitalier des deux structures.

Patrick Jarry, président du conseil d'administration du centre d'accueil et de soins hospitaliers (CASH) de Nanterre et maire de la ville, juge disproportionnée cette délocalisation qui ne permettra pas « une prise en charge digne et humaine des patients ».

Le personnel hospitalier partage ce point de vue et s'inquiète de la disparition des services rentables - pneumologie, réanimation, chirurgie - et de l'accumulation de structures médicales et sociales peu valorisantes au sein de locaux de plus en plus vétustes.

Comment expliquer cette paupérisation de l'offre de soins dans le 95 et le 92 ? Pourquoi ne pas faire preuve de bon sens et écouter les élus locaux ?

Fermer les lits et réduire l'offre de soins pour faire des économies dans un contexte d'augmentation et de vieillissement de la population est une ineptie.

Le contrôleur général des lieux de privation de liberté met en avant de nombreux éléments objectifs en faveur d'un maintien de cet établissement : parc de sept hectares permettant des activités thérapeutiques diversifiées, équilibre financier et capacités de l'établissement, stabilité, efficacité et personnel suffisant.

Entendez-vous intervenir en faveur du maintien de l'établissement public hospitalier Roger Prévot à Moisselles ? Quels moyens allez-vous mobiliser pour préserver les emplois ?

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - Cette évolution se fera dans le cadre d'un projet médical commun validé en décembre par les commissions médicales d'établissements (CME) des deux établissements concernés.

Le site actuel, dans le nord des Hauts-de-Seine, dessert des populations géographiquement éloignées. La relocalisation facilitera le lien entre les personnes hospitalisées et leur domicile, favorisera la prise en charge ambulatoire et, avec un bâtiment neuf pour les hospitalisations complètes, offrira de meilleures conditions d'accueil, de l'hébergement aux activités proposées.

Ce projet consolidera donc l'offre de soins. Il fait l'objet d'une large concertation et d'une gouvernance spécifique.

Les élus des Hauts-de-Seine y sont majoritairement favorables.

L'avenir du site de Moisselles fait enfin l'objet d'échanges avec les élus locaux.

M. Sébastien Meurant. - Ma vision est quelque peu différente alors que le Val-d'Oise, en pleine crise sanitaire, subit de nombreuses fermetures d'établissements hospitaliers.

IRM pour le centre hospitalier de Condom

M. Franck Montaugé . - La direction du centre hospitalier de Condom a soumis à l'ARS d'Occitanie une demande d'installation d'un appareil d'imagerie par résonance magnétique (IRM). L'avis négatif a été motivé par le choix d'installer une IRM à Auch, dans le même département.

Or le centre hospitalier de Condom et celui d'Auch ne peuvent être considérés comme concurrents. Ces deux établissements contribuent à l'accès aux soins sur un territoire très affecté par la désertification médicale, une population âgée et dépendante et des temps de trajets souvent longs.

L'implantation d'une IRM contribuerait à la stabilité et au dynamisme du centre hospitalier de Condom et insufflerait un nouvel élan avec le recrutement de spécialistes. La gestion de la pandémie a prouvé combien le maillage des établissements est vital dans le cas du délestage imposé par une crise sanitaire.

Aussi, je vous demande un réexamen de la demande du centre hospitalier de Condom.

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - Cette demande d'IRM a été déposée par Condom en août, parallèlement à celle émise par Auch. Le choix d'Auch s'explique par l'adossement de cet équipement à des actions fortement demandeuses d'imagerie. Il n'était pas inscrit au schéma régional de santé du Gers mais répond à un besoin exceptionnel.

Le groupement d'intérêt économique (GIE) d'Auch gère le seul appareil d'IRM actuellement installé à Auch, destiné aux deux tiers à des actions privées. Il était urgent de sécuriser l'offre en IRM pour le développement du Gers.

Les travaux de révision de l'équipement en appareils d'imagerie devraient aboutir à une nouvelle organisation de l'imagerie en Occitanie, fixée dans le schéma régional de santé 2018-2022.

M. Franck Montaugé. - Vous faites la même réponse que Mme Bourguignon à l'Assemblée nationale. Cette décision fragilise notre territoire de santé. On habitue les habitants à se rendre à Agen ou ailleurs...

Les équipes, qui s'étaient beaucoup mobilisées sur ce projet, sont très déçues. Ce type de décision est défavorable à la démographie médicale dans le condomois, qui dépend aussi des équipements et des actes que l'on peut réaliser en milieu hospitalier.

Calendrier du projet de loi relatif au grand âge et à l'autonomie

M. Patrice Joly . - Les grandes organisations et fédérations de l'aide à domicile s'inquiètent du calendrier incertain du projet de loi relatif au grand âge et à l'autonomie.

Comment ne pas rappeler la mobilisation des accompagnants de personnes âgées, le 30 janvier 2018, pour exprimer leur malaise et dénoncer le manque de moyens humains et financiers, ainsi que les effets délétères de la réforme de la tarification introduite par la loi du 28 décembre 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement ?

Un rapport a été remis en mars 2019, suivi de celui de la mission sur l'attractivité en octobre de la même année.

Il souligne la nécessité d'une réflexion sur les métiers du grand âge, notamment les diplômes, statuts et rémunérations. Les directeurs d'Ehpad peinent à recruter du personnel qualifié. On recrute des non diplômés, sans formation théorique, souvent des femmes, cantonnées à de faibles rémunérations, sans possibilité d'évolution.

Les enjeux sont majeurs, alors que la population dépendante ne cesse d'augmenter. La loi annoncée à l'automne 2019, dont il n'a plus été question depuis, serait repoussée à l'été 2021. Quelles sont les intentions du Gouvernement ?

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - De nombreuses concertations se sont tenues dans le cadre des rapports Libault et El Khomri, sur les métiers du grand âge. Un projet de loi sur le grand âge et l'autonomie sera examiné au sortir de la crise sanitaire.

Déjà, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 a créé une cinquième branche, mais il faut aller plus loin, notamment en répondant aux attentes des Français en matière de perte d'autonomie.

Le plan de relance financera la rénovation de 30 000 places en établissements et le Ségur de la santé a revalorisé les rémunérations des professionnels en Ehpad. Olivier Véran et Brigitte Bourguignon sont conscients des besoins majeurs, renforcés par la crise sanitaire. Le Gouvernement est pleinement mobilisé face à la crise et au-delà.

Rôle et responsabilité des maires dans la gestion de la pandémie

Mme Christine Herzog . - La Moselle a été durement touchée par la crise sanitaire et les élus ont dû faire face, malgré le manque de moyens, à des situations difficiles. Les Premiers ministres qui se sont succédé ont assuré au Sénat que l'État menait des actions ciblées de prévention et avait désormais les moyens de contenir la contamination lorsque les clusters sont identifiés, notamment pour le dernier variant. Or nous comptons 204 nouveaux cas pour 100 000 habitants en Moselle, alors que la moyenne nationale est de 188.

Les maires, vers lesquelles se tournent spontanément nos concitoyens, n'ont pas été sollicités pour les campagnes de vaccination. Résultat, l'Allemagne a vacciné un million de personnes contre 422 000 pour la France. Nous sommes très en retard !

Il ne faut pas vacciner que les personnes âgées, mais aussi ceux qui travaillent auprès d'elles.

Quid, en outre, du protocole sanitaire dans les écoles ?

M. Adrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargé de l'enfance et des familles . - La campagne de vaccination se fera main dans la main avec les maires. La concertation avec les préfets et les ARS est quotidienne.

En Moselle, deux instances se réunissent chaque semaine. L'une, pilotée par le préfet, réunit tous les parlementaires du département. Le 15 décembre dernier, nous avons institué une cellule départementale de vaccination, sous la coprésidence du préfet du département et de la directrice générale de l'ARS, qui réunit l'ensemble des parties prenantes, dont les maires ; nous leur avons demandé de proposer des lieux adaptés et de prendre l'attache des personnes vulnérables concernées par cette nouvelle étape de vaccination qui s'est ouverte hier. Déjà, plus de 800 centres de vaccinations ont ainsi ouvert en France, et nous les en remercions.

Nous avons renforcé le protocole sanitaire dans les écoles où nous développons nos capacités de dépistage, avec un objectif de 300 000 tests par semaine.

Les maires sont également sollicités pour le transport vers les centres. Le Gouvernement est parfaitement transparent : 422 000 personnes ont été vaccinées et plus de 1,3 million de doses livrées.

Il faut éviter les stocks dormants, c'est pourquoi les centres de vaccinations sont répartis en fonction des besoins des territoires. La campagne durera jusqu'à l'été, en fonction du calendrier d'approvisionnement des doses livrées à la France.

Mme Christine Herzog. - Ce ne sont que des effets d'annonces, qui ne correspondent pas à la réalité du terrain. Faites donc confiance aux élus !

Location de voiture pour les jeunes conducteurs

M. Gilbert Roger . - J'ai attiré l'attention de M. le ministre de l'Économie et des finances sur la surprime appliquée par les loueurs de voitures aux conducteurs de moins de 26 ans, du fait du risque d'accident plus élevé pour cette catégorie, parfois jusqu'à deux fois le tarif normal.

Le Gouvernement est-il prêt à réglementer cette surprime pour en limiter au moins l'application aux conducteurs ayant moins de deux ans de permis ?

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Il est interdit de refuser un service sur la base de l'âge, mais pas d'appliquer des suppléments. Le Défenseur des droits a estimé que la différence de traitement n'était prohibée que si elle constituait un refus implicite de vente.

Cependant, le consommateur doit être parfaitement informé avant la conclusion du contrat. La DGCCRF effectue régulièrement des contrôles dans le secteur de la location ; les abus peuvent être signalés sur la plateforme signal.conso.gouv.fr.

L'État peut réglementer les prix dans les zones où la concurrence est limitée - mais la location de voitures n'est pas concernée par ces limites, d'autant que les réservations en ligne permettent de faire jouer la concurrence.

M. Gilbert Roger. - Les surprimes sont très élevées dans les gares et les aéroports, chez tous les loueurs. Un jeune qui commence à conduire à 16 ans et passe le permis à 18 ans sera surtaxé jusqu'à sa vingt-sixième année ! Quelque chose ne va pas.

« Nouveau réseau de proximité » (I)

Mme Cathy Apourceau-Poly . - La fin des transactions en numéraire dans les trésoreries a été lancée en même temps qu'un bouleversement de la présence territoriale de ces services : la mal nommée réforme du « nouveau réseau de proximité ».

Les maisons France Services sont à la charge des collectivités territoriales - encore un nouveau transfert de compétences sans compensation ! Les services publics de proximité sont essentiels, en raison de leur connaissance du terrain et de leur implantation proche.

Les trésoreries sont un maillon essentiel de la présence de l'État dans les territoires. Une réforme à moyens décroissants n'est pas compatible avec une réaffirmation de la présence républicaine dans les territoires.

Monsieur le ministre, suspendez l'application de la réforme qui entraînerait des milliers de suppressions d'emplois !

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Le nouveau réseau de proximité de la DGFiP est destiné à rapprocher les services publics de nos concitoyens à travers un service modernisé. Pas moins de 340 cadres seront dédiés à une mission de conseil financier et budgétaire.

Un service de proximité sera mis en place en mairie dans les communes les plus reculées. Certaines fonctions seront également assurées par les buralistes.

La démarche est concertée et partenariale : ainsi, 37 conventions ont été signées avec les départements et plus de 400 avec des présidents d'EPCI.

Le nouveau réseau de proximité se construit dans le dialogue, au bénéfice des territoires ruraux. Dans le Pas-de-Calais, la DGFiP sera présente dans 52 communes, contre 42 actuellement.

Mme Cathy Apourceau-Poly. - Comment rester dans la proximité avec de telles suppressions de services ?

« Nouveau réseau de proximité » (II)

M. Olivier Rietmann . - Répétez, répétez, il en restera toujours quelque chose... Pour des millions de Français victimes de la fracture numérique, en Haute-Saône comme ailleurs, la dématérialisation de la DGFiP à marche forcée délite le lien humain.

L'accueil dans les maisons France services sera-t-il à la hauteur de celui de la DDFiP, sur les étalements de dette par exemple ? Je songe aussi aux difficultés des forains eu égard à la dématérialisation des paiements. Cette déshumanisation est insupportable.

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Le nouveau réseau de proximité tient compte des besoins spécifiques des différents publics, notamment les moins mobiles et les moins à l'aise avec le numérique.

Le nombre d'accueils de proximité augmentera de 40 %, en partie dans les communes les plus éloignés des centres urbains. La dématérialisation n'est jamais imposée : la déclaration en ligne n'est obligatoire que pour ceux qui sont capables de la réaliser.

Le service en ligne vient en complément et non en remplacement de l'accueil physique. De plus la DGFiP met à disposition dans ses accueils une offre d'accompagnement pédagogique. La qualité d'accueil fait l'objet d'une grande attention : les animateurs reçoivent une formation complète pour délivrer au moins une information de premier niveau dans tous les cas. Les buralistes, de plus, offriront une amplitude horaire plus large.

M. Olivier Rietmann. - Les fermetures éloignent toujours plus les usagers des services. Ne niez pas l'évidence ! Cela accentuera le sentiment d'abandon de nos territoires ruraux. La France n'est pas uniforme...

Restructuration d'EDF Hydro Méditerranée sur le site de Sainte-Tulle

M. Jean-Yves Roux . - Je regrette l'absence des ministres chargés de ce dossier. Avec trente centrales hydroélectriques et dix-sept barrages, la région PACA contribue à la bonne santé du secteur, deuxième source d'énergie renouvelable en France.

Or EDF a décidé, en 2020, de rattacher 85 agents, installés dans l'arrière-pays niçois, à une unité nationale hydraulique basée à Lyon.

EDF Hydro Méditerranée prévoit également dès l'été 2021 une restructuration de son siège marseillais, ainsi que des entités d'Aix-Marseille et Sainte-Tulle près de la gare d'Aix TGV, ce qui entraînera une perte d'emplois à Marseille mais aussi sur le site florissant de Sainte-Tulle, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Le Centre conduite hydroélectrique (CCH) de l'aménagement Durance-Verdon sera lui aussi transféré à Lyon, ce qui entraînera la destruction de douze emplois directs sur le site de Sainte-Tulle.

Or le CCH assure un rôle majeur dans la synchronisation des dix-huit centrales hydroélectriques, permettant un transfert d'eau instantané de Serre-Ponçon vers l'étang de Berre. Cet aménagement est indispensable à la sécurisation du système électrique en région Sud ; lors du passage de crues, il garantit la sécurité des personnes et des biens.

Depuis sa création en 1981, le CCH de Sainte-Tulle a engendré des aménagements multi-usages très divers : hydroélectricité, fourniture d'eau potable, irrigation et activités de tourisme. La gestion des centrales ne doit pas passer par des activités à la coupe. Le Gouvernement peut-il garantir que ce service ne sera pas démantelé ?

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Veuillez excuser l'absence de Mmes Pompili et Pannier-Runacher.

La production hydro-électrique représente 50 % de la production électrique en PACA.

Il y a eu 3,6 millions d'achats locaux en 2019. Ce projet de modernisation des outils de pilotage d'EDF aura un impact très limité sur la présence des salariés d'EDF, et aucun sur les achats locaux et les retombées fiscales.

Si les 25 salariés de Sainte-Tulle changeront bien de rattachement, ils pourront travailler à distance plusieurs jours par semaine, de chez eux ou depuis le site de Sainte-Tulle, et donc demeurer sur place. À terme, un pôle national du pilotage sera installé à Lyon. Ces salariés auront le choix entre le rejoindre et poursuivre leur activité sur la Durance.

Relations commerciales entre producteurs et grande distribution

M. Michel Canevet . - Monsieur le ministre, vous étiez dans le centre du Finistère, il y a une dizaine de jours, puis à Varennes-sur-Allier ce week-end ; vous avez pu constater l'importance de l'agriculture dans les zones rurales et les difficultés des agriculteurs, notamment celles des éleveurs et des producteurs de lait.

La grande distribution concentre l'essentiel des ventes et la loi EGalim de 2018 n'a pas répondu à tous les problèmes.

Aux États-Unis, la loi dite Robinson Act de 1936 limite les concentrations. Monsieur le ministre, le Gouvernement envisage-t-il à présent des solutions afin que les agriculteurs puissent enfin gagner leur vie ?

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Le Gouvernement est pleinement engagé dans la lutte contre les pratiques commerciales déloyales. En 2018, le Président de la République a lancé les états généraux de l'alimentation qui ont abouti à la loi EGalim, qui fait suite à un grand nombre de textes, dont la loi Dutreil de 2005 ou la loi Sapin II de 2016.

Il convient d'évaluer l'application d'EGalim, et notamment l'encadrement des promotions dont l'expérimentation a été prolongée.

La DGCCRF pousse à une contractualisation en amont. Il ne convient pas, pour le moment, d'envisager une nouvelle loi.

Laissons le temps aux opérateurs de s'emparer du texte.

Je rappelle que 16 millions d'euros d'amende civile ont été infligés aux distributeurs, parfois également condamnés à restituer aux fournisseurs lésés plus de 180 millions d'euros indûment perçus.

Bruno Le Maire a engagé deux actions judiciaires dans lesquelles il demande la condamnation à près de 220 millions d'euros d'amende civile. En 2020, il a développé le recours aux sanctions administratives dans le domaine des pratiques restrictives de concurrence en sanctionnant quatre grands opérateurs de la distribution alimentaire pour non-respect de la date de signature des conventions.

M. Michel Canevet. - Je partage votre analyse sur le foisonnement textuel, mais pas vos conclusions : il faut agir dès maintenant, sans attendre l'évaluation.

Arnaques sur internet et protection des utilisateurs

M. Stéphane Piednoir . - L'informatique est incontournable pour le quotidien. Chacun est incité à la dématérialisation. Les démarches administratives se font de plus en plus en ligne, tout comme le commerce, a fortiori en période de confinement.

Reste que son utilisation peut s'avérer complexe pour certains. Au-delà des simples difficultés d'usage, des actes malveillants - arnaques, piratages - peuvent duper les utilisateurs.

Ce phénomène a fortement augmenté avec le confinement : sites frauduleux, fausses cagnottes, usurpations d'identité... Les seniors sont particulièrement touchés par ces duperies.

La confédération française des retraités du Maine-et-Loire sensibilise ses adhérents pour lutter contre les arnaques sur internet.

Monsieur le ministre, vous voulez faire du numérique un service pour tous ; qu'allez-vous faire pour mettre en oeuvre cette exigence ?

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Les seniors sont en effet facilement dupés par les arnaques en ligne, mais les jeunes sont aussi une cible.

Notre action comporte trois volets : sensibilisation, assistance aux victimes et répression.

Le groupement d'intérêt public (GIP) cybermalveillance.gouv.fr diffuse des conseils en matière de sécurité numérique et mène des campagnes de communication avec les ministères de l'Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, mais aussi l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi).

Cette plateforme apporte également des conseils aux victimes pour reprendre le contrôle de leurs équipements.

Enfin, j'incite les victimes à porter plainte systématiquement, pour nous permettre de poursuivre les auteurs. Cela permet aux enquêteurs d'avoir une vision plus globale des attaques commises et d'y apporter une réponse.

M. Stéphane Piednoir. - En effet, les jeunes aussi peuvent être touchés par les arnaques sur internet, souvent par naïveté.

Il faut mieux sensibiliser à la possibilité de porter plainte, directement sur les sites, afin que ces délits soient plus systématiquement poursuivis et sanctionnés.

Couverture en téléphonie mobile dans les territoires ruraux

M. Bruno Rojouan . - Selon l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), 99 % du département de l'Allier est couvert en téléphonie mobile. Pourtant, sur une part non négligeable du territoire, cette couverture n'est assurée que par certains opérateurs. Dans 17 % du département, au moins un des opérateurs est défaillant.

La plupart de nos concitoyens n'ont qu'un seul abonnement mobile, et se retrouvent avec des trous de couverture. Difficile dans ces conditions de mener une vie normale, d'accéder aux services de secours. Cela entrave le dynamisme économique du territoire.

Il serait pertinent qu'un opérateur, dès lors qu'il est le seul à couvrir une zone rurale, soit obligé d'assurer, via ses propres équipements, la couverture pour le compte des autres opérateurs. Cette pratique appelée « RAN-sharing » améliorerait significativement la couverture mobile des territoires ruraux.

Les taux affichés par l'Arcep et par les opérateurs sont contestables : ils reposent sur des simulations numériques et sur des niveaux de signal en extérieur. Dans des zones pourtant considérées comme couvertes, on ne capte pas le réseau mobile à l'intérieur des bâtiments ! La situation est donc bien plus dégradée que ce que présentent les statistiques.

Quelles sont les intentions du Gouvernement sur le « RAN-sharing » ? Comment améliorer la couverture et mettre fin à la fracture numérique ?

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Le Gouvernement s'est résolument attaqué à la fracture numérique. Via le plan de relance et le New Deal, nous investissons des sommes inédites.

L'impatience de nos concitoyens est légitime car le déploiement de nouveaux pylônes est toujours trop lent. Entre 2003 et 2018, 600 pylônes ont été déployés en zones blanches. Grâce au New Deal Mobile signé en juin 2018, 2 500 pylônes supplémentaires seront déployés en deux ans et demi : 10 à 12 000 pylônes seront ainsi allumés d'ici 2022.

Quelque 39 nouveaux sites ont été déclarés prioritaires dans le département de l'Allier et ont fait l'objet d'un arrêté. Ils seront ouverts avant fin 2022 ; déjà six sites mobiles ont été installés.

Les élus locaux et préfets décident de l'implantation des nouveaux pylônes, au plus près des besoins des habitants.

Nous avons toute la flexibilité nécessaire. Le « RAN-sharing » est obligatoire dans les zones blanches où un seul opérateur est présent. La mobilisation du Gouvernement est totale.

Entretien du réseau de téléphonie fixe

Mme Anne Ventalon . - Le 30 octobre, Bruno Le Maire déclarait que le télétravail était la règle en cette période de covid. Mais, dans la ruralité, notamment en Ardèche, l'exception est l'ordinaire, car tous les acteurs privés et publics subissent les déboires d'un réseau filaire obsolète et dysfonctionnel.

En 2021, l'accès à une téléphonie fixe de qualité devrait être un droit garanti, comme l'eau ou l'électricité. Hélas, le manque d'entretien du réseau en cuivre empêche nombre de nos compatriotes de bénéficier du service universel de téléphonie dû par l'opérateur historique.

Orange est tenu d'intervenir en 48 heures, mais les délais se comptent en semaines, voire en mois. Une demande de raccordement dans la commune de Limony datant n'a toujours pas abouti, après un an ! Les communes d'Aizac, de Saint-Martial et du Cros-de-Géorand ont aussi eu à subir cette impéritie : fils au sol, poteaux tombés et délais de traitements de pannes extravagants.

En 2018, l'Arcep a mis Orange en demeure d'améliorer les délais de raccordement et d'intervention. Faute de volonté de la part d'un opérateur qui mise sur la fibre et la 5G, aucune amélioration notable n'a été apportée. Vous avez vous-même déclaré qu'il y avait urgence.

La convention de trois ans avec Orange est arrivée à échéance le 27 novembre 2020. Définirez-vous des critères plus lisibles pour apprécier la situation propre à chaque département, afin de résorber enfin les problèmes de la téléphonie fixe en milieu rural ?

M. Cédric O, secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques . - Le service universel de la fibre sera apporté à tous d'ici 2025. D'ici là, beaucoup de Français vont continuer à dépendre de la téléphonie fixe.

La convention avec Orange a pris fin le 4 décembre dernier. Nous devions voter en 2020 un projet de loi pour transposer la directive qui encadre les conditions du nouveau service universel. En raison de la pandémie, ce ne fut possible que fin décembre. Nous sommes dans une période de transition entre deux conventions.

Il nous faudra plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant que le nouveau cadre de service universel soit défini. D'ici là, il n'est pas question de laisser nos concitoyens sans solutions.

Des propositions seront formulées d'ici un mois et demi par la députée que j'ai missionnée sur le sujet.

Il convient de développer la fibre, mais de maintenir, entre-temps, une bonne qualité du réseau cuivre.

Mme Anne Ventalon. - Je resterai vigilante. La téléphonie est un droit et la qualité de service un devoir.

La séance est suspendue à midi quarante-cinq.

présidence de M. Roger Karoutchi, vice-président

La séance reprend à 14 h 30.